Planète-Séries

Informations et discussions sur les séries télévisées

Fermeture provisoire des inscriptions -> En savoir plus ...
Derniers sujets
» Le décor du forum
Hier à 10:57 par Maalje

» Trois mots pour deviner une série [J.Live] [J.2]
Hier à 10:55 par Maalje

» Le pendu Séries Live [J.Live] [J.2]
Mer 7 Déc 2016 - 2:39 par Alexandra

» Les fonctionnalités et le codage du forum
Mer 30 Nov 2016 - 10:04 par Neptunia

» Le jeu du changement [J.Vrac] [J.4]
Mer 30 Nov 2016 - 9:40 par Neptunia

» Fermeture provisoire des inscriptions
Lun 28 Nov 2016 - 21:22 par Neptunia

» Mirmo Zibang! [2002] [S. Anim]
Sam 26 Nov 2016 - 20:36 par Neptunia

» Les statistiques du forum
Sam 19 Nov 2016 - 9:09 par Neptunia

» De quel dessin animé est tirée cette image ? [J.Anim] [J.2]
Lun 14 Nov 2016 - 10:25 par Neptunia

» Le jeu de l'intrus [J.Anim] [J.8]
Dim 13 Nov 2016 - 21:55 par Neptunia

» Votez pour le plus beau kit pour Wicket
Dim 13 Nov 2016 - 18:57 par Dinah de Vador

» L'apprenti sorcier [2010] [film live]
Dim 13 Nov 2016 - 18:40 par Dinah de Vador

» He is a Beast [2012] [manga]
Dim 13 Nov 2016 - 18:37 par Dinah de Vador

» L♥DK ou L-DK [2009] [manga]
Dim 13 Nov 2016 - 18:35 par Dinah de Vador

» Comme des bêtes [2016] [F.Anim.]
Dim 13 Nov 2016 - 18:31 par Dinah de Vador

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Le Bossu de Notre-Dame [1996] [F. Anim]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Message n° 1Sujet non listé Le Bossu de Notre-Dame [1996] [F. Anim] le Sam 21 Juin 2014 - 19:50

Je vous adresse deux créations que ma Narcisse avait déjà réalisées : le Walt Disney Le Bossu de Notre-Dame ; ainsi qu’un superbe résumé détaillé du roman Notre-Dame de Paris de Victor Hugo.
Mes amis, je vous souhaite une bonne lecture et une bonne comparaison.




Narcisse vous présente :







Genre : Fiction
Année : 1996
Pays : États-Unis
Auteur du roman Notre-Dame de Paris : Victor Hugo
Réalisateurs : Gary Trousdale, Kirk Wise
Scénario : Tab Murphy, Irene Mecchi, Jonathan Roberts, Bob Tzudiker, Noni White
Musique : Alan Menken
Production : Walt Disney Pictures





LES PERSONNAGES















Narcisse vous présente le Walt Disney Le Bossu de Notre-Dame, et en comparaison je vous joins ma présentation du roman de Victor Hugo : Notre-Dame de Paris.





Description du Walt Disney :

Paris, 1482 : Clopin, chef de la Cour des Miracles, raconte à des enfants l’histoire du sonneur de cloches de Notre-Dame :
Par une nuit noire, quatre gitans abordèrent à la rame les quais de Notre-Dame, dont une femme tenant son bébé. Un piège les attendait, le juge Claude Frollo arrive, ses gardes s’emparent des gitans. Pensant que la gitane tient contre elle un larcin, Frollo ordonne à ce que l’on lui prenne, la gitane fuit. Frollo se lance à sa poursuite, la gitane atteint l’église de Notre-Dame, Frollo la rattrape et lui arrache ce qu’il pense être un larcin. La femme tombe, sa tête heurte violement les marches de l’escalier, elle meurt sur le coup.
Frollo se rend compte que ce n’était pas un larcin mais un bébé, il le regarde et est horrifié par l’apparence monstrueuse de l’enfant. Frollo est sur le point de jeter le bébé dans un puits, mais il est arrêté par l’archidiacre de Notre-Dame. Frollo lui dit qu’il s’agit d’une créature démoniaque qu’il allait rendre à l’enfer. L’archidiacre lui reproche d’avoir souillé le parvis de Notre-Dame (par la mort de la gitane et la tentative de meurtre contre un enfant),
L’archidiacre rappelle à Frollo la puissance divine et le châtiment, il lui demande d’élever cet enfant comme s’il était le sien. Frollo accepte à la condition que l’enfant reste caché dans l’église de Notre-Dame, qu’il soit enfermé quelque part à l’abri des regards, il propose le sommet des tours. Frollo prénomma l’enfant Quasimodo.

Quasimodo est devenu le sonneur de cloches de Notre-Dame, il a désormais vingt ans
C’est le jour de la Fête des fous. Du haut d’une tour de Notre-Dame, Quasimodo aide un oisillon à s’envoler.
Quasimodo aimerait se rendre à la fête, lui qui est toujours enfermé. Ses trois amies les gargouilles s’animent : Victor (la rocaille à tête de sanglier), Hugo (la muraille) et la volière (la vieille gargouille).
Notons que les prénoms de deux gargouilles (Victor et Hugo) sont un petit clin d’œil à Victor Hugo.
Victor et Hugo ne comprennent pas la tristesse soudaine de Quasimodo, c’est la volière qui leur explique.
Quasimodo rejoint ses constructions : il a sculpté des maisonnées de la ville et ses habitants qu’il voit du haut de sa tour.
Les gargouilles encouragent Quasimodo à se rendre au festival. Quasimodo aimerait bien mais il leur rappelle son maitre Frollo qui refuserait, d’autant plus qu’il déteste la Fête des fous.
Les gargouilles lui conseillent de se déguiser, de s’y rendre sans demander la permission à Frollo. Quasimodo est motivé pour y aller mais Frollo apparait, les gargouilles reprennent forme rigide (elles ne s’animent que devant Quasimodo). Frollo lui apporte son déjeuner, il fait réciter à Quasimodo son alphabet : à chaque lettre prononcée, Quasimodo doit donner un mot à connotation religieuse (du registre de la pénitence et du châtiment) mais arrivé à la lettre F, Quasimodo prononce le mot ‘‘Festival’’. Frollo recrache son vin, Quasimodo lui dit qu’il y va chaque année, Frollo lui répond qu’il est un personnage officiel, il doit y aller. Frollo ment à Quasimodo en lui rappelant que sa mère l’a abandonné, qu’il l’a recueilli, et élevé comme son fils. Frollo lui dit qu’il est son seul ami, le monde est cruel et sans pitié, Quasimodo doit toujours rester ici pour être protégé et ne pas être exposé aux moqueries des gens.
Quasimodo regarde tous les jours les gens du haut de sa tour, il les envie, aimerait les rencontrer.


Phoebus, capitaine de la garde est de retour à Paris, il veut se rendre au Palais de justice.
Il rencontre une gitane, Esmeralda, en train de donner un petit spectacle avec sa chèvre Djali qui récupère les pièces dans un chapeau. Phoebus regarde Esmeralda, il a le coup de foudre pour elle. Esmeralda lui lance un regard de braise.
Les gardes arrivent, elle se précipite à partir mais revient ramasser les pièces tombées du chapeau transporté par Djali. Les gardes l’accusent d’avoir volé l’argent. Esmeralda, aidée de sa chèvre, récupère son argent et fuit sous le regard de Phoebus. Un garde part à la poursuite d’Esmeralda, Phoebus fait asseoir son cheval Achille sur lui. Esmeralda le regarde réjouie et part. Lorsque les gardes se rendent compte que cet homme est Phoebus, capitaine de la garde, ils le conduisent docilement au Palais de justice.
En route, Phoebus ramasse quelques pièces, reconnaissant qu’elles appartiennent à la gitane. À côté, une personne déguisée est assise au sol (Esmeralda, enveloppée avec Djali dans un drap, a placé sa chèvre sur sa tête, celle-ci tenant une pipe dans sa bouche). Phoebus l’a reconnue et remet les pièces dans le chapeau déposé près d’elle. Esmeralda est étonnée.
Phoebus rejoint Frollo au Palais de Justice. Ce dernier est en train d’expliquer à un garde une façon plus cruelle d’assener des coups de fouet à un condamné.
Frollo ordonne à Phoebus d’éradiquer les bohémiens. Il faut trouver où se trouve la Cour des Miracles, leur cachette.
C’est à présent l’heure de la Fête des fous, Frollo invite Phoebus à y assister.
De son côté, Quasimodo s’y rend aussi. Il tombe dans la tente d’Esmeralda, elle croit qu’il porte un masque. Quasimodo est entrainé dans la fête.
Clopin présente Esmeralda qui va se donner en spectacle. Elle apparait, Frollo est frappé en plein cœur. D’autant plus, qu’elle se jette sur lui vulgairement et entoure son foulard grossièrement autour de son cou pour le tirer à elle et coller insolemment son visage au sien en plongeant son regard langoureux et ensorceleur en lui.
Elle entame ensuite une danse endiablée à la limite de l’obscénité (pour l’époque) et s’enroule, déchainée, autour d’une lance d’un garde telle une gogo-danseuse américaine qui s’enroule autour de sa barre.
Clopin annonce la suite du spectacle : c’est le moment de sacrer le roi de fous, le plus laid sera le roi. Esmeralda fait monter Quasimodo sur la scène. Esmeralda enlève le masque de tous les hommes alignés : chacun leur tour, ils font la plus horrible grimace possible, la foule les hue, ils perdent un à un. Au tour de Quasimodo, Esmeralda arrache ce qu’elle croit être un masque, elle s’aperçoit avec peur qu’il s’agit d’un vrai visage. Toute la foule est effrayée par la laideur de Quasimodo. Frollo est choqué de le voir ici !
Clopin dit à la foule qu’ils cherchent le visage le plus affreux de Paris, eh bien ils l’ont trouvé.
Quasimodo, surnommé le Bossu de Notre-Dame, est élu et couronné roi des fous.
La fête bat son plein et la foule acclame son roi. Quasimodo se sent heureux mais sa joie est de courte durée, l’un des gardes lui balance une tomate à la figure. Toute la foule s’y met et se livre à un mouvement d’humiliation et de violence à son encontre. Quasimodo est ligoté et exposé aux attaques et moqueries de la foule. Quasimodo appelle son maitre à l’aide. Phoebus demande à Frollo la permission d’abréger ses cruautés, Frollo refuse pour l’instant, il veut donner une leçon à Quasimodo.
Esmeralda s’approche de Quasimodo, l’essuie et le libère malgré l’interdiction de Frollo. Ce dernier veut lui faire payer son insolence. Esmeralda lance la couronne du roi des fous en direction de Frollo en lui criant que le plus fou ici c’est lui !
Frollo ordonne au capitaine Phoebus de l’arrêter, celui-ci est contraint d’envoyer ses gardes.
Esmeralda leur échappe avec un tour de magie. Puis la foule l’aide à fuir.
Frollo ordonne à Phoebus de la retrouver, il la veut vivante. Frollo s’approche ensuite de Quasimodo, lui lance un regard accusateur. Quasimodo s’excuse de lui avoir désobéi. En larmes, déçu, traumatisé, Quasimodo retourne à Notre-Dame.

Esmeralda, déguisée, gagne l’église Notre-Dame, ce qui n’échappe pas à Phoebus. Il la rejoint, elle le combat. Il se présente : Phoebus. Esmeralda est étonnée qu’il ne veuille pas l’arrêter, et s’aperçoit qu’il est différent des autres soldats. Elle lui demande ce qu’il veut, Phoebus veut connaitre son prénom. Elle lui dit qu’elle s’appelle Esmeralda. Il trouve que c’est un beau prénom. Ils s’approchent l’un de l’autre mais Frollo pénètre brusquement dans la cathédrale et ordonne l’arrestation d’Esmeralda. Phoebus souffle à Esmeralda de demander le droit d’asile. Elle croit qu’il l’a trompée. Phoebus se retourne vers Frollo et lui dit qu’elle demande le droit d’asile. Frollo suggère à Phoebus de la sortir de l’église mais l’archidiacre intervient pour protéger Esmeralda. Il prévient Frollo qu’il ne la touchera pas et rassure Esmeralda : Frollo doit respecter le droit d’asile des lieux saints.
Frollo profite de l’éloignement de l’archidiacre et Phoebus pour agripper Esmeralda. Il respire dans ses cheveux de façon tout à fait indécente, et lui fait comprendre ce qu’il désire, ce qu’elle doit faire si elle souhaite avoir vie sauve… Elle le rejette, il part en la menaçant : un pied dehors, et elle sera à lui. Un garde est posté à chaque porte.
Esmeralda ne comprend pas ce rejet de la différence, l’archidiacre lui dit qu’elle ne peut corriger seule les erreurs de ce monde (elle qui a voulu braver Frollo dans l’espoir d’une prise de conscience, d’un changement) et lui suggère de parler à Dieu, Lui l’entendra. Esmeralda adresse un appel à Dieu, elle espère toujours en lui, elle lui demande de protéger les malheureux, les miséreux, les bannis, les exclus et implore sa grâce. Esmeralda serre Djali dans ses bras. Quasimodo l’observe. Sa présence est trahie par un individu. Esmeralda suit Quasimodo, elle veut lui parler. Les gargouilles rejoignent Quasimodo. Victor la rocaille lui dit : « T’as enfin allumé une gitane »
Esmeralda arrive, les gargouilles reprennent leur forme originelle. Quasimodo est très gêné, mal à l’aise. Esmeralda le suit, lui demande pardon pour cet après-midi, si elle avait su elle ne l’aurait jamais poussé à participer à l’élection du roi des fous. Elle arrive à son refuge, l’endroit où il vit, elle est agréablement surprise de voir toutes les sculptures de Quasimodo ainsi que la décoration qu’il a apportée, elle trouve cela magnifique. Elle lui dit que si elle savait faire cela, il ne la verrait pas danser dans la rue pour de l’argent. Quasimodo lui répond qu’elle est une merveilleuse danseuse. Esmeralda précise que cela lui permet de gagner son pain. Elle découvre deux sculptures : l’une représentant le maréchal-ferrant, l’autre, le boulanger. Quasimodo ne les a pas encore peintes.
Pendant ce temps, Djali mange une sculpture représentant un mouton.
Esmeralda dit à Quasimodo qu’il est surprenant. Il lui présente ses cloches. Il garde le meilleur pour la fin : il lui montre la vue vertigineuse du haut de la tour. Esmeralda est éblouie par la vue que l’on a de Paris du haut de cette tour, elle dit qu’elle pourrait rester ici pour toujours. Quasimodo l’aimerait, mais Esmeralda ne le pourrait pas réellement, elle a trop besoin de liberté. Quasimodo lui dit qu’elle est différente des autres gitans qui, eux, sont des démons. Esmeralda lui demande qui lui a dit cela ? Quasimodo lui répète que c’est son maitre Frollo, celui qui l’a élevé. Esmeralda est étonnée qu’un être aussi cruel que Frollo ait pu élever un être aussi gentil que Quasimodo. Ce dernier dit que Frollo n’est pas cruel, c’est son sauveur, personne ne voulait de lui, personne ne voulait d’un monstre. Esmeralda, touchée, lui prend sa main pour lui lire les lignes, elle lui dit qu’elle ne voit aucune ligne de monstre. Après, elle lui demande s’il croit qu’elle est un démon. Il lui dit que non, elle est gentille, douce. Esmeralda ajoute : « et une gitane. Il est possible que Frollo ait tort à propos de nous deux. » Les gargouilles sont en train d’écouter leur conversation.
Victor la rocaille, demande à la volière ce qu’Esmeralda a dit. La volière répond : « Frollo a des cors sur ses pieds douteux. » ah ah !

Quasimodo dit à Esmeralda qu’elle l’a aidé, maintenant c’est à son tour. Il lui propose de descendre la tour accrochée à lui : elle portera Djali, et lui la portera. Esmeralda accepte.
Quasimodo a vraiment des talents d’acrobate. Une fois la descente terminée, il dit à Esmeralda qu’il ne l’oubliera jamais. Elle a soudainement une idée : emmener Quasimodo à la Cour des Miracles. Mais Quasimodo, traumatisé par les récents événements, ne veut plus quitter Notre-Dame. Pour l’inciter à venir, Esmeralda lui dit qu’elle viendra le voir souvent, Quasimodo réagit comme elle l’avait convenue : il a peur que les soldats l’arrêtent. Esmeralda en rajoute : elle viendra le soir. Quasimodo ne sait quoi trouver comme excuse, il bafouille que le soir il doit sonner la messe, nettoyer les cloitres…Esmeralda lui fait un bisou sur la joue, Quasimodo lui dit de faire ce qui l’arrange. Esmeralda prend son talisman, et lui dit que si un jour il a besoin d’un asile, ceci le guidera : elle lui met le talisman autour du cou.
Elle lui dit que ce talisman est la clé de la cité des gitans. Des soldats se font entendre, Esmeralda doit vite partir.
En remontant dans sa tour, Quasimodo tombe sur Phoebus à la recherche de la gitane. Quasimodo le chasse violemment, le soulève de sa force surhumaine, mais Phoebus lui dit qu’il ne veut aucun mal à Esmeralda et le charge de lui transmettre ce message : il ne lui a pas tendu de piège, c’était la seule façon de la sauver. Quasimodo accepte à condition que Phoebus sorte. Quasimodo redépose Phoebus par terre. Avant de partir, Phoebus dit qu’Esmeralda a beaucoup de chance d’avoir Quasimodo pour ami (Phoebus charge ce dernier de transmettre aussi ce message à Esmeralda).
Les gargouilles rejoignent leur ami. Amoureux d’Esmeralda, Quasimodo est certain de n’avoir aucune chance avec elle à cause de sa laideur, mais le baiser qu’elle lui a donné sur la joue lui a apaisé le cœur et l’âme.
Quasimodo peint la sculpture d’Esmeralda et la pose à coté de celle qui le représente lui-même.

De son côté, Frollo se confesse : il est hanté et obsédé par Esmeralda, il la désire. Il la voit danser dans les flammes, cette passion le dévore. Il conserve le foulard qu’elle lui avait enroulé autour du cou le jour de la Fête des fous.
Tombé passionnément amoureux d’Esmeralda, Frollo se sent coupable d’éprouver un tel sentiment. Il veut qu’elle soit détruite si elle ne peut pas être à lui.
On apprend à Frollo que la bohémienne s’est échappée de la cathédrale.
Il ordonne qu’elle soit retrouvée. Il fait arrêter tous les bohémiens qu’il puisse trouver.
Frollo se rend chez un meunier accusé d’avoir abrité des gitans. Il ordonne à Phoebus de brûler ce meunier et sa famille, les châtier pour l’exemple. Phoebus refuse d’obéir aux ordres, il ne veut pas faire de mal à des innocents. Frollo incendie lui-même l’habitation du malheureux. Phoebus se précipite au secours de cette famille et les sauve. Esmeralda observe la scène. Un soldat assomme Phoebus de son épée, la sentence pour insubordination est la mort. Frollo ordonne à l’un de ses soldats d’exécuter la sentence.
Esmeralda sauve Phoebus : elle lance une pierre qui atteint le cheval de Frollo, il s’emballe, Phoebus en profite pour fuir sur le cheval de Frollo. Celui-ci ordonne à ses soldats de tuer Phoebus. Une avalanche de flèches s’abat sur lui, l’une d’elles l’atteint près du cœur, il tombe inconscient dans le fleuve. Esmeralda s’y précipite et le sauve de la noyade.

Frollo devine que Quasimodo a aidé Esmeralda à s’échapper de la cathédrale.

Quasimodo s’inquiète pour Esmeralda. Les gargouilles chantent une chanson et laissent entendre à Quasimodo qu’il est un tombeur, qu’il a sa chance avec Esmeralda, qu’il peut la séduire, elle tombera amoureuse de lui c’est sûr, elle ne pourra pas lui résister, il est unique en son genre. Le pauvre Quasimodo y croit très fort et se berce d’illusions.
Esmeralda arrive, Quasimodo est si heureux qu’elle soit revenue, il est sûr de lui et de son charme. Esmeralda lui demande à nouveau sa protection, Quasimodo lui dit qu’il fera tout ce qu’elle voudra, et croyant qu’elle est toute à lui, il découvre avec stupeur et déception qu’elle lui demande un service pour un autre : elle veut qu’il abrite Phoebus. Quasimodo, voulant faire plaisir à celle qu’il aime, offre donc son lit à Phoebus. Déçu, accablé et découragé, Quasimodo regarde avec tristesse et envie la manière dont Esmeralda s’occupe de Phoebus. Il voit Esmeralda débouchonner une outre avec sa bouche (pas très raffiné comme attitude) pour verser du vin sur la blessure de Phoebus, elle recoud la plaie. La flèche a manqué de peu le cœur de Phoebus, qui pose la main d’Esmeralda sur son cœur.
Toujours caché, Quasimodo assiste à la scène impuissant, elle se penche alors pour se donner à Phoebus et l’embrasser ; tous les espoirs de Quasimodo s’effondrent, il déchire la carte de cœur et pleure.
Tout d’un coup, Djali les prévient d’un danger, Quasimodo et Esmeralda se précipitent pour regarder du haut de la tour : c’est Frollo qui arrive. Quasimodo montre à Esmeralda un chemin sûr pour fuir, elle lui demande de prendre soin de Phoebus, il le lui promet.
Quasimodo se précipite à cacher Phoebus sous une table.
Frollo a apporté des raisins pour Quasimodo. Frollo a senti qu’il lui cache quelque chose.
Frollo prend la sculpture représentant Esmeralda, il hurle sur Quasimodo, il sait qu’il l’a aidée à s’échapper, il brûle la sculpture comme pour symboliser le fait que sa mort mettra un terme à ses tourments.
Frollo tend un piège à Quasimodo : il prétend savoir où se trouve le repère d’Esmeralda, il attaquera le lendemain à l’aube avec un millier d’hommes. Frollo s’en va.
Phoebus sort de sa cachette : il faut trouver la Cour des Miracles avant l’aube. Il demande à Quasimodo de venir avec lui. Celui-ci n’ose pas désobéir à son maitre (mais surtout, il est désespéré qu’Esmeralda soit amoureuse de Phoebus).
Phoebus lui rappelle qu’Esmeralda a affronté Frollo pour lui. Il lui demande d’agir selon sa conscience et s’en va bien déterminé à empêcher Frollo de massacrer d’innocentes victimes.
Quasimodo dit aux gargouilles qu’Esmeralda a déjà trouvé l’amour et ce n’est pas lui.
Il ajoute que Frollo avait raison, il essayait d’être ce qu’il n’est pas. Puis, il regarde sa main (il repense à Esmeralda qui lui lisait les lignes de la main, elle lui disait qu’elle ne voit aucune ligne de monstre), il regarde la sculpture d’Esmeralda brulée et il regarde le talisman qu’elle lui a donné. Il se décide à rejoindre Phoebus pour aller au secours d’Esmeralda.
Quasimodo lui montre le talisman en lui disant que cela aidera à la retrouver. Phoebus pense que c’est une sorte de code, il pense à la langue arabe puis au grec ancien. Mais Quasimodo se remémore ce que lui a dit Esmeralda : ce talisman est la clé de la cité des gitans. Quasimodo comprend tout d’un coup que ce talisman est un plan permettant de localiser la Cour des Miracles.
Phoebus et Quasimodo trouvent le chemin, pénètrent dans le repère de Clopin. Celui-ci et ses compères les prennent pour des espions. Clopin décrète que leur vie doit s’arrêter, c’est la pendaison qui les attend. Esmeralda intervient à temps pour l’en empêcher. Elle explique à Clopin que ce sont des amis, et détache leurs liens.
Phoebus avertit la foule que Frollo va les attaquer à l’aube. La foule se précipite à fuir. Esmeralda dit à Phoebus qu’il a pris un énorme risque en venant ici, le remercie et se sert contre lui. Phoebus est gêné pour Quasimodo qui en souffre, c’est pourquoi il recule, attrape Quasimodo et demande à Esmeralda de le remercier car sans son aide, il ne serait jamais arrivé jusqu’ici.
Brusquement, nous entendons la voix de Frollo crier : « Moi non plus ! » Frollo n’a fait que suivre Quasimodo, il mentait bel et bien lorsqu’il prétendait savoir où se trouve le repère d’Esmeralda.
Après vingt années de recherches, Frollo pénètre dans la Cour des Miracles. Il s’aperçoit que Phoebus est vivant.
Phoebus, Esmeralda et tous les gitans sont arrêtés. Quant à Quasimodo, il est reconduit à la tour et enchainé.
Frollo déclare Esmeralda coupable du crime de sorcellerie et la condamne à mourir brûlée vive sur un bûcher. Enfermé, Phoebus est impuissant.
Frollo s’approche d’Esmeralda pour lui dire à voix basse qu’il n’est pas trop tard, il peut la sauver des flammes. Il lui demande de choisir : le feu ou lui ! Esmeralda lui crache à la figure.
Les gargouilles disent à Quasimodo de briser ses chaines pour sauver Esmeralda. Mais Quasimodo abandonne, découragé. La volière lui dit que ses chaines ne sont pas ses seules entraves, Quasimodo demande à ses amis de le laisser seul. Déçues, les gargouilles reprennent leur forme rigide.
Frollo enflamme le bûcher, Quasimodo se ressaisit, hurle, brise ses chaines, vole au secours d’Esmeralda, la conduit dans l’église Notre-Dame, et crie « Droit d’asile ! »
Frollo ordonne à ses gardes d’attaquer la cathédrale.
Quasimodo dépose Esmeralda dans un lit, puis part combattre les gardes pour les empêcher de pénétrer dans la cathédrale.
Phoebus assomme le garde qui détient les clés de sa prison et se libère. Il s’adresse aux citoyens de Paris et les pousse au combat contre Frollo qui les a persécutés et qui déclare à présent la guerre à Notre-Dame, un lieu saint.
Clopin et tous les gitans viennent d’être libérés ; avec les citoyens, ils attaquent les gardes.
Les gargouilles aussi s’y mettent : la muraille leur envoie une pierre, la rocaille les mitraille de pierres enflammées et la volière envoie les pigeons à l’attaque.
Quasimodo verse de la lave, les gardes battent définitivement en retraite.

Frollo pénètre dans l’église, l’archidiacre lui barre le passage, il ne tolère pas cette violation de la maison de Dieu. Frollo le jette au sol et force le passage.
Quasimodo rejoint Esmeralda, elle ne se réveille pas, Quasimodo craint qu’elle soit morte, lui verse de l’eau dans sa bouche. Esmeralda n’a aucune réaction, Quasimodo la croit morte et éclate en sanglots.
Frollo pénètre dans la pièce, poignard dissimulé au dos, il s’approche doucement de Quasimodo, pose sa main sur sa tête, il lui dit que l’heure est venue de mettre fin à ses souffrances pour toujours. Quasimodo voit l’ombre de Frollo brandir un poignard pour l’abattre sur lui, il retient le bras de son maitre, s’empare du poignard, projette Frollo au sol.
Quasimodo lui crie qu’il a compris qu’il est noir et cruel.
Esmeralda se réveille, Frollo veut la tuer, Quasimodo emporte Esmeralda. Frollo, qui s’est emparé d’une épée, les rejoint et tente de les tuer. Il avoue à Quasimodo que sa mère est morte en essayant de le sauver.
Frollo tente de faire basculer Quasimodo dans le vide en lui jetant sa cape noire à la figure, mais il tombe dans son propre piège : en tombant, Quasimodo agrippe la cape de Frollo, ce dernier est propulsé dans le vide. Esmeralda aide Quasimodo à se retenir. Quasimodo retient Frollo qui parvient à se hisser sur une gargouille. En furie, il brandit alors son épée, son regard est devenu démoniaque, il est sur le point de tuer Esmeralda mais la gargouille se brise. Frollo s’y accroche, la gargouille s’anime, enflammée, Frollo est précipité dans le vide avec elle.
Esmeralda n’a pas assez de force pour soutenir le poids de Quasimodo qui tombe dans le vide. Par chance, Phoebus, qui se trouve à un étage inférieur de la cathédrale, le rattrape de justesse et le sauve. Quasimodo prend Phoebus dans ses bras et le remercie. Esmeralda les rejoint et serre Quasimodo.
Se rendant à l’évidence, Quasimodo prend la main gauche d’Esmeralda et la main droite de Phoebus, et les met l’une dans l’autre comme s’il leur donnait sa bénédiction. Phoebus et Esmeralda s’embrassent puis rejoignent la foule qui les acclame.
Esmeralda s’en retourne pour amener Quasimodo au monde. Une petite fille s’approche de lui, lui caresse le visage, pose affectueusement son visage contre le sien, le prend par la main et le conduit jusqu’à la foule. Clopin s’écrie : « Houra pour Quasimodo ! »
Quasimodo est acclamé et est emporté par la foule. Ses amies les gargouilles sont heureuses pour lui, la muraille est même émue.
Quasimodo n’a désormais plus besoin de vivre caché dans Notre-Dame.





L’avis de Narcisse :

Je suis très déçue par ce dessin animé qui ne reprend en rien l’histoire originale de Victor Hugo dont je suis fan. Son œuvre mythique a été détournée, sabotée, rabaissée.
Ce dessin animé est incohérent par rapport au roman, plus je le vois, plus je m’ennuie à mourir tout le long.
Les scénaristes ont voulu faire un méchant (Frollo), un gentil (Phoebus) et un ami (Quasimodo) ; cette vision trop simpliste fausse totalement la véritable histoire du roman.
Les personnalités des personnages n’ont strictement rien à voir avec le roman.
Phoebus qui est un homme perverti et lâche dans le roman, devient ici un preux chevalier sauveur des opprimés.
Dans ce Disney, je trouve que Phoebus a des faux airs de John Smith (du Walt Disney Pocahontas) de part son physique, sa façon de parler, sa gestuelle, ses regards, mais il est très loin d’avoir le charisme et la beauté de mon John Smith.

Il est réducteur de cantonner Frollo au rôle de grand méchant, c’est un personnage très complexe et profond dans le roman. Et sa relation avec Quasimodo est touchante dans le roman, ce qui n’a pas été adapté ici, c’est fort dommage.
De plus, dans le roman, Frollo est archidiacre.

Où est Fleur de Lys ? Où est Jehan ? Des personnages importants à ne surtout pas oublier.

Je trouve que dans ce Walt Disney, Esmeralda est une sauvage pire que Pocahontas, elle a des faux-airs d’une troisième sauvage : Nadia ! (du dessin animé Nadia, le secret de l’eau bleue).
Je la trouve vulgaire, effrontée et sans pudeur, elle n’est pas timide, elle est très « rentre-dedans ».
À la fête des fous, Esmeralda danse comme une gogo-danseuse de boite de nuit américaine, c’est d’une vulgarité extrême, d’une indécence et d’une humiliation effroyable.
C’est une fille de mauvaise vie, sans retenue, impolie, impertinente et sans éducation, pas du tout innocente et naïve, elle représente tout le contraire de la Esmeralda du roman !

Sa relation avec Phoebus me rebute, aucun romantisme ! Les choses ne se font pas joliment, ne se font pas en douceur, c’est laid à voir pour une romantique telle que moi.
Dès qu’Esmeralda voit Phoebus, elle lui lance des regards aguicheurs, langoureux et racoleurs.
Ils ne se connaissent même pas, ils ont à peine discuté que déjà ils s’enlacent.
Ce couple n’a jamais été un couple dans le roman, le personnage de Phoebus, dans le roman, n’a jamais eu aucun sentiment pour Esmeralda.
Je peux dire que dans le roman, Esmeralda est véritablement aimée par Quasimodo et Frollo, ils sont fous amoureux d’elle (Frollo, en plus d’être amoureux, est obsédé par Esmeralda, il nourrit une passion pour elle, il veut la posséder mais en même temps, un sentiment de culpabilité le ronge eu égard à sa fonction d’archidiacre).
Malheureusement pour eux, elle est amoureuse de Phoebus, se berce d’illusions à son sujet, et lui, en retour, ne l’aime pas du tout.

Certes, ce Disney vise un jeune public mais de là à aller dénaturer à ce point le roman c’est le comble ! Je demande simplement un minimum de respect pour le roman de Victor Hugo Notre-Dame de Paris qui, lui, est un chef d’œuvre, et ce Disney ne le respecte absolument pas.






IMAGES






























Voir le profil de l'utilisateur http://www.narcisse-et-les-dessins-animes.com

Message n° 2Sujet non listé Re: Le Bossu de Notre-Dame [1996] [F. Anim] le Sam 21 Juin 2014 - 19:50

Voici l’authentique histoire du roman Notre-Dame de Paris de Victor Hugo que j’avais synthétisée avec précision pour vous montrer la véritable personnalité des personnages et ce qu’ils sont réellement devenus.


Narcisse vous présente :









LIVRE PREMIER


I. La grand’salle

6 janvier 1482, jour de la Fête des fous : Une immense foule est rassemblée autour de la table de marbre au sein du Palais de Justice, on sait que parmi elle se trouve Jehan Frollo, le petit frère de l’archidiacre.
Ce jour là, il doit y avoir feu de joie à la Grève, plantation de mai à la chapelle de Braque et mystère au Palais de Justice.
À midi, l’ambassade de Flandre doit arriver et c’est en son honneur que le mystère est prévu.
Mais à midi, l’ambassade de Flandre n’est pas là, et la foule s’impatiente puis se met en colère.
Menée par Jehan, la foule réclame le mystère.

II. Pierre Gringoire

Le poète Pierre Gringoire, un homme grand, maigre, blême et blond, fait son apparition.
C’est lui l’auteur du mystère tant attendu par la foule.
Mais l’attention de la foule, toujours menée par Jehan Frollo, se tourne très rapidement vers le mendiant déguenillé Clopin Trouillefou.
Pierre Gringoire en est fort mécontent, puis la pièce se met à reprendre le dessus et le public se remet à l’écouter.
Tout d’un coup, l’huissier annonce la venue du cardinal de Bourbon.

III. Monsieur le cardinal

L’entrée de Charles, cardinal de Bourbon, bouleverse l’auditoire, toute la foule veut le voir.
Il est fort populaire à Paris, surtout auprès des femmes car il est bel homme.
Jehan Frollo, qui est effronté, chante à tue-tête « Cape remplie de vin » en fixant le cardinal.
L’arrivée du cardinal distraie donc la foule qui n’est plus attentive au mystère de Pierre Gringoire. Et la foule sera encore plus distraite par l’arrivée de l’ambassade de Flandre.

IV. Maître Jacques Coppenole

Jacques Coppenole fait son entrée dans la salle et sympathise avec le peuple.
Il se met à parler avec son ami Clopin.
Et avec toutes ces entrées, tous oublient Pierre Gringoire qui n’a cessé de s’agiter pour le salut de son prologue.
Le cardinal ordonne que le spectacle continue pour satisfaire ceux qui veulent qu’il recommence et ceux qui veulent qu’il finisse.
Mais Gringoire sera très déçu car lorsque cet ordre fut donné, l’estrade était loin d’être remplie, la pièce sera très difficile à suivre car l’huissier criera à chaque fois le nom des personnages arrivants au compte goutte qui distrairont l’auditoire.
Plus personne n’écoutera la pièce de Gringoire.
Le comble arrivera lorsque Coppenole se lèvera pour dire que le mystère n’est pas amusant, et il propose à la foule un nouveau divertissement qui sera approuvé avec enthousiasme, celui de se rassembler en cohue et chacun devra passer sa tête par un trou et faire une grimace aux autres. Celui qui fera la tête la plus laide, à l’acclamation de tous, sera élu pape des fous.
Gringoire en sera indigné.

V. Quasimodo

Tout fut prêt pour exécuter l’idée de Coppenole qui sera un grand succès.
Quant à Gringoire, il est resté le seul spectateur de sa pièce à l’exception d’un homme, un gros magistrat à demi réveillé.
Le pape des fous est élu : c’est Quasimodo le sonneur de cloches, la grimace était son visage ou plutôt toute sa personne.
Coppenole va le féliciter pour sa laideur et s’aperçoit que Quasimodo est sourd.
Jehan crie à la foule qu’il reconnait Quasimodo, que c’est le sonneur de cloches de son frère l’archidiacre, et va le saluer.
Quasimodo se laissera revêtir de la tenue du pape des fous, la foule le fera asseoir sur brancard bariolé, douze officiers de la confrérie des fous le porteront et la procession se mettra en marche.

VI. La Esmeralda

Gringoire est déterminé à continuer sa pièce et ne désespère pas d’un retour de l’attention du public.
Mais en un clin d’œil la grand’salle fut vide car toute la foule suit la procession du pape des fous, à l’exception de quelques spectateurs.
Tout d’un coup l’un d’eux s’écrie « La Esmeralda ! », et on entend au dehors un grand bruit d’applaudissements.
Gringoire descend les escaliers du Palais en grommelant et en se demandant ce que signifie Esmeralda.


LIVRE DEUXIÈME



I. De Charybde en Scylla

La nuit est tombée de bonne heure (nous sommes en janvier) et Gringoire, qui est sans le sou, ne sait pas où loger car il doit six mois de loyer et se trouve dans l’incapacité de régler la somme due.
Il est même tenté de se noyer dans la Seine si l’eau n’avait pas été aussi froide.
Désespéré, il se résout à s’enfoncer au cœur même de la fête, et d’aller à la place de Grève dans l’espoir de se réchauffer et souper.

II. La place de Grève

Victor Hugo décrit ici la place de Grève qui a l’aspect sinistre car au milieu du pavé se trouvent, notamment, un gibet et un pilori permanents, une justice (c’est-à-dire un gibet) et une échelle (c’est-à-dire un pilori) qui ont fait tant agoniser de vies….

III.Besos para golpes (Des Baisers pour des coups)

Gringoire arrive, transi, sur la place de Grève et dans un vaste espace laissé libre entre la foule et le feu de joie, une jeune fille dansait.
Je vous cite le passage in extenso :
Spoiler:
« Si cette jeune fille était un être humain, ou une fée, ou un ange, c’est ce que Gringoire, tout philosophe sceptique, tout poète ironique qu’il était, ne put décider dans le premier moment, tant il fut fasciné par cette éblouissante vision.
Elle n’était pas grande, mais elle le semblait, tant sa fine taille s’élançait hardiment. Elle était brune, mais on devinait que le jour sa peau devait avoir ce beau reflet doré des andalouses et des romaines. Son petit pied aussi était andalou, car il était tout ensemble à l’étroit et à l’aise dans sa gracieuse chaussure. Elle dansait, elle tournait, elle tourbillonnait sur un vieux tapis de Perse, jeté négligemment sous ses pieds ; et chaque fois qu’en tournoyant sa rayonnante figure passait devant vous, ses grands yeux noirs vous jetaient un éclair.
Autour d’elle tous les regards étaient fixes, toutes les bouches ouvertes ; et en effet, tandis qu’elle dansait ainsi, au bourdonnement du tambour de basque que ses deux bras ronds et purs élevaient au-dessus de sa tête, mince, frêle et vive comme une guêpe, avec son corsage d’or sans pli, sa robe bariolée qui se gonflait, avec ses épaules nues, ses jambes fines que sa jupe découvrait par moments, ses cheveux noirs, ses yeux de flamme, c’était une surnaturelle créature. »
Au moment où l’une des nattes de sa chevelure se détacha, et qu’une pièce de cuivre jaune roula sur le sol, Gringoire se rendit compte que cette jeune fille était une bohémienne.
Le moment qui suit est important car nous faisons connaissance avec l’archidiacre Frollo.
Je vous cite aussi le passage in extenso :
Spoiler:
« Parmi les mille visages que cette lueur teignait d’écarlate, il y en avait un qui semblait plus encore que tous les autres absorbé dans la contemplation de la danseuse. C’était une figure d’homme, austère, calme et sombre. Cet homme, dont le costume était caché par la foule qui l’entourait, ne paraissait pas avoir plus de trente-cinq ans ; cependant il était chauve ; à peine avait-il aux tempes quelques touffes de cheveux rares et déjà gris ; son front large et haut commençait à se creuser de rides ; mais dans ses yeux enfoncés éclatait une jeunesse extraordinaire, une vie ardente, une passion profonde. Il les tenait sans cesse attachés sur la bohémienne, et tandis que la folle jeune fille de seize ans dansait et voltigeait au plaisir de tous, sa rêverie, à lui, semblait devenir de plus en plus sombre. De temps en temps un sourire et un soupir se rencontraient sur ses lèvres, mais le sourire était plus douloureux que le soupir. »
Ensuite, Esmeralda présente sa petite chèvre Djali qui expose à son tour ses talents.
A la fin du spectacle, Esmeralda récolte de l’argent dans son tambour, et le tend ensuite à Gringoire, il en était très gêné car il n’a aucun sou.
Il sera « sauvé » par un incident inattendu : une voix méchante de femme criera « t’en iras-tu, sauterelle d’Egypte ? » (cette voix est celle de la recluse de la Tour-Roland).
Tous se précipiteront pour aller souper au buffet, et quand Gringoire y arrivera, il ne restera quasiment rien.
Et il entendra Esmeralda chanter, ce chant lui sera très agréable.
La même voix de femme qui avait interrompu la danse d’Esmeralda viendra interrompre son chant.
Au même instant, la procession du pape des fous arrive. Pour Quasimodo, c’était la première jouissance d’amour-propre qu’il eût jamais éprouvée, lui qui n’avait connu que l’humiliation, le dédain pour sa condition et le dégoût pour sa personne. Il prenait au sérieux tous ces applaudissements ironiques. Mais ce qu’il ressentait au fond de lui était confus.
Claude Frollo s’élance tout d’un coup et arrache à Quasimodo, avec colère, sa crosse de bois doré, insigne de sa folle papauté.
Quasimodo se mettra à genoux devant Frollo, et ils communiqueront par le langage des signes.
Frollo fera signe à Quasimodo de le suivre, il s’exécutera. La confrérie des fous voudra défendre leur pape, se rassemblera autour de Frollo mais Quasimodo les menacera des muscles de ses poings et de son regard, et il s’enfoncera avec Frollo dans une rue ténébreuse.

IV. Les inconvénients de suivre une jolie femme le soir dans les rues

Gringoire s’est mis à tout à hasard à suivre Esmeralda.
Puis, il l’entend pousser un cri perçant : c’est Quasimodo qui est en train d’enlever Esmeralda, mais le capitaine des archers de l’ordonnance du roi l’arrachera des bras de Quasimodo.
Quasimodo était accompagné d’un compagnon mystérieux : le lecteur comprend qu’il s’agit de Claude Frollo et que Quasimodo agissait sous ses ordres.
Frollo disparaitra et Quasimodo sera arrêté.
Quant à Esmeralda, elle se trouve sur la selle du capitaine, et tout éblouie, elle adoucit sa voix de plus belle pour lui demander son prénom. Il lui répond : « le capitaine Phœbus de Châteaupers ». Esmeralda se laisse glisser à bas du cheval et s’enfuit.

V. Suite des inconvénients

Gringoire se remémore ce qui vient de se passer, et il prend fuite après avoir failli être brûlé par une paillasse enflammée.

VI. La cruche cassée

Gringoire est poursuivi par des mendiants et il se retrouve pris au piège dans la Cour des Miracle (cabaret de brigands). Les mendiants conduisent Gringoire auprès du repère de Clopin (où s’y trouve grand nombre de truands, mendiants, voleurs etc.).
Clopin voudra d’abord le pendre, puis lui demandera s’il veut faire partie de leur groupe (le royaume d’argot).
Gringoire accepte et Clopin lui dit qu’il sera tout de même pendu mais plus tard, avec une cérémonie.
Clopin fait passer un test à Gringoire : s’il parvient à prendre la bourse du mannequin sans qu’une sonnette bouge, il ne sera pas pendu.
Gringoire fera sonner toutes les clochettes du mannequin en tombant, et Clopin ordonnera qu’on le pende.
Mais avant de le pendre Clopin dira qu’il est d’usage, avant de pendre un homme, de demander s’il y a une femme qui en veut pour mari.
Clopin criera aux femmes si l’une d’elles veut Gringoire pour mari. C’est Esmeralda qui arrivera et acceptera de le prendre pour mari.
Notons qu’il n’y a pas de véritable mariage, c’est seulement symbolique.

VII. Une nuit de noces

Gringoire croît rêver, il est très heureux : il est avec Esmeralda dans la chambre de celle-ci, et il croit qu’elle l’aime à la folie pour lui avoir sauvé la vie de la sorte.
Gringoire prend très à cœur son rôle de mari, mais Esmeralda refuse qu’il la touche.
Gringoire comprendra que si Esmeralda l’a pris pour « mari », c’était seulement pour lui sauver la vie.
Esmeralda nourrira Gringoire et il mangera pendant qu’elle pense à Phoebus dont elle vient de tomber amoureuse.
Esmeralda et Gringoire discuteront du sens de l’amour et de l’amitié. Esmeralda ne veut pas de Gringoire pour mari, mais ne refuse pas de l’avoir pour ami.
Elle lui dit qu’elle ne pourra aimer qu’un homme qui pourra la protéger.
Gringoire lui demande ensuite que veut dire « La Esmeralda ». Esmeralda lui dit qu’elle ne sait pas, que c’est de l’égyptien, elle ne connait pas ses parents, elle est à Paris depuis un an.
A son tour, Gringoire se présentera, il lui racontera brièvement sa vie : il fut orphelin à six ans, a eu une vie très difficile, il se fit poète, rencontra Claude Frollo. Et c’est à Frollo qu’il doit d’être désormais un véritable lettré.
Gringoire dira à Esmeralda qu’il est prêt à vivre avec elle chastement ou comme mari ou comme un frère.
Mais Esmeralda ne l’écoute pas, prononce le prénom de Phoebus et en demande à Gringoire la signification. Il lui répond que c’est un mot latin qui veut dire « soleil ».
L’un des bracelets d’Esmeralda se détache, Gringoire se baisse pour le lui ramasser et au moment où il se relève, la jeune fille et sa chèvre ont disparu.
Il entend le bruit d’un verrou. Gringoire se couche en se disant que voilà une étrange nuit de noces.


LIVRE TROISIÈME



I. Notre Dame

Victor Hugo présente le monument Notre-Dame de Paris. Il déplore notamment le fait que ce magnifique édifice ait été ébréché, rouillé, ajusté effrontément par de nouvelles architectures qui ont ravagé et détruit la magie de l’architecture gothique. Cet art a été tué.
Notre-Dame de Paris est un édifice de la transition du roman au gothique selon Victor Hugo.
Ce monument possède une touche romane, une touche gothique et une touche gréco-romaine.
C’est seulement l’art qui a changé de peau avec le temps, mais la constitution même de cette église n’est pas attaquée.
Comme l’écrit Victor Hugo : « Le tronc de l’arbre est immuable, la végétation est capricieuse ».

II. Paris à vol d’oiseau

Victor Hugo décrit la vue que l’on a de Paris du haut des tours de Notre-Dame, ainsi que les transformations de cette ville au cours des siècles.


LIVRE QUATRIÈME



I. Les bonnes âmes

Voici l’histoire de Quasimodo : Il y a 16 ans qu’il avait été recueilli par Claude Frollo.
Quand il était tout petit, il a été déposé un dimanche dans l’église de Notre-Dame sur le bois de lit où il était d’usage d’exposer les enfants trouvés à la charité publique.
Quatre femmes regardent cet enfant de quatre ans et prononcent des paroles bien mauvaises à l’égard de son apparence physique difforme.
Notons la présence de Fleur de Lys de Gondelaurier, la future femme de Phoebus : sa mère, Aloïse a regardé cet enfant difforme, tenant par la main Fleur de Lys, alors âgée de six ans (c’était une charmante petite fille, toute vêtue de soie et de velours).
Les gens autour de l’enfant déformé disent qu’il s’agit d’un démon et qu’il serait plus prudent de le condamner sur un fagot flambant.
Un jeune prêtre les écoute. C’est Claude Frollo. Il a une figure sévère, un front large, un regard profond.
Il écarte silencieusement la foule, étend sa main vers l’enfant puis dit : « J’adopte cet enfant. »
Claude Frollo prend l’enfant dans sa soutane et l’emporte.

II. Claude Frollo

Voici la présentation de Claude Frollo : ce n’est pas un personnage vulgaire, écrit Victor Hugo.
Claude Frollo avait été destiné dès l’enfance par ses parents à l’état ecclésiastique.
Il a appris à lire le latin, il a été élevé à baisser les yeux et parler bas.
Son père l’a cloîtré au collège de Torchi en l’Université où il y a grandi.
C’était un enfant triste, grave, sérieux, qui étudiait ardemment et apprenait vite.
Il n’était pas plaisantin et encore moins médisant. C’était un étudiant brillant et assidu.
Il était si intelligent, qu’à l’âge de seize ans, il a tenu tête, en théologie mystique, à un père de église ; en théologie canonique à un père des conciles, en théologie scolastique à un docteur de Sorbonne.
Maitrisant parfaitement la théologie, Claude Frollo s’est ensuite consacré au Décret. Il dévora toutes les décrétales. Le décret digéré, Frollo se jeta sur la médecine, et sur les arts libéraux.
Il étudia la science des herbes, la science des onguents. Il devint expert aux fièvres et aux contusions, aux navrures et aux apostumes.
Il parcourut également tous les degrés de licence, maîtrise et doctorerie des arts. Il étudia les langues, le latin, le grec et l’hébreu.
Mais en 1466, un drame frappa Claude Frollo : une grande peste éclata. Frollo courut, alarmé, à la maison paternelle.
Quand il y entra, son père et sa mère étaient morts de la veille. Son tout jeune frère Jehan vivait encore et criait abandonné dans son berceau. C’était tout ce qui restait à Claude de sa famille. Frollo prit l’enfant sous son bras, et sortit pensif.
Cette catastrophe fut une crise dans l’existence de Claude.
Agé de 19 ans, Claude Frollo était déjà orphelin, aîné et chef de famille.
Il se prit de passion et de dévouement pour cet enfant, son frère. C’était un sentiment très étrange et doux pour Frollo, lui qui n’avait jusqu’à présent aimé que des livres.
Cette affection se développa grandement dans le cœur de Frollo : ce fut comme un premier amour pour lui.
Frollo avait été séparé dès l’enfance de ses parents, il les avait à peine connus, il était cloîtré et comme muré dans ses livres.
Son frère fit de lui un homme nouveau et il s’aperçut que l’homme a besoin d’affection, que la vie sans tendresse et sans amour n’était qu'un rouage sec, criard et déchirant.
Mais Frollo pensait que les affections de sang et de famille étaient les seules nécessaires, et qu’un petit frère à aimer suffisait pour remplir toute une existence.
Il se jeta donc dans l’amour de son petit Jehan avec la passion d’un caractère déjà profond, ardent, concentré.
Claude Frollo en prit souci et soin comme de quelque chose de très fragile et de très recommandé. Il fut à l’enfant plus qu’un frère, il lui devint une mère.
Frollo prit la vie très au sérieux, la pensée de son petit frère devint le but de ses études.
Il résolut de se consacrer tout entier à un avenir dont il répondait devant Dieu, et de n’avoir jamais d’autre épouse, d’autre enfant que le bonheur et la fortune de son frère. Il se rattacha donc plus que jamais à sa vocation cléricale.
Frollo devint prêtre à 20 ans, grâce à une dispense spéciale du Saint-Siège.
Son mélange de savoir et d’austérité était rare à son âge.
Le jour de la Quasimodo, son attention avait un jour été éveillée par le groupe de vieilles glapissant autour du lit des enfants-trouvés.
A la vue de cet enfant, de cette détresse, cette difformité, cet abandon, Frollo pensa à son propre petit frère qui aurait pu, lui aussi, être à cette place.
Le cœur de Frollo s’attendrit et une grande pitié s’était remuée en lui. Il adopta cet enfant.
La compassion de Claude Frollo ne fit que s’accroître face à la laideur de l’enfant.
Il baptisa son enfant adoptif et le prénomma Quasimodo. Comme l’écrit Victor Hugo, soit Frollo voulût marquer par là le jour où il avait trouvé l’enfant, soit Frollo voulût caractériser par ce nom à quel point la pauvre petite créature était incomplète et à peine ébauchée.
Je penche plutôt pour le fait que Frollo ait voulu marquer le jour où il avait trouvé son fils adoptif.

III. Immanis pecoris custos, immanior ipse (Gardien d’un troupeau monstre, et plus monstre lui-même)

Grâce à son père adoptif Claude Frollo, Quasimodo est le sonneur de cloches de Notre-Dame.
Quasimodo a grandi dans cette église, il y est très attaché, il ne fait qu’un avec elle.
Quasimodo est né borgne, bossu et boiteux, c’est Frollo qui est parvenu à lui apprendre à parler. Il est devenu sonneur de cloches à quatorze ans, mais les cloches lui ont brisé les tympans, il en est devenu sourd.
Sa surdité le rendit en quelque sorte muet car pour éviter que les autres se moquent de lui, Quasimodo est resté dans un profond silence qu’il ne rompait que lorsqu’il était seul.
Le monde extérieur lui semblait beaucoup plus loin qu’à nous, et il est méchant et sauvage car il est laid. En effet, Quasimodo n’est pas intrinsèquement méchant, mais c’est la raillerie et la haine des autres à son égard qui l’ont rendu méchant. Il préfère sa cathédrale où il s’y sent en sécurité : là les statues ne se moquent pas de lui, et Quasimodo leur parle. Et il parle surtout aux cloches, il les caresse, il les aime et les comprend.

IV. Le chien et son maître

Le seul être humain que Quasimodo aime et ce encore plus que sa cathédrale, c’est Claude Frollo.
C’est simple pour Quasimodo : Claude Frollo est l’homme qui l’a adopté, nourri, élevé.
C’est très touchant : c’est dans les jambes de Claude Frollo que Quasimodo se réfugiait quand les chiens et les enfants aboyaient après lui.
Claude Frollo lui a appris à parler, lire, écrire et lui a trouvé un emploi que Quasimodo aime : sonneur de cloches.
La reconnaissance de Quasimodo est profonde, passionnée et sans borne.
Quand Quasimodo est devenu sourd, il s’est établi entre Frollo et lui une langue de signes comprise d’eux seuls.
Les seules relations de Quasimodo sont Notre-Dame et Claude Frollo.
Le dévouement de Quasimodo envers son père adoptif est total, sa reconnaissance est poussée à l’extrême.
Comme l’écrit Victor Hugo, Quasimodo aime Claude Frollo comme jamais chien, jamais cheval, jamais éléphant n’a aimé son maître.

V. Suite de Claude Frollo

Pour précision, en 1482 (année durant laquelle se déroule l’histoire du roman), Quasimodo avait vingt-ans et Claude Frollo en avait trente-six.
Claude Frollo n’était plus un jeune élève tout tendre, il est devenu austère, grave, morose, imposant, sombre.
Les membres de l’église tremblent devant lui, surtout lorsqu’il passe près d’eux, majestueux et pensif.
Claude Frollo n’a pas abandonné la science et l’éducation de son jeune frère.
Mais Frollo ressent de l’amertume car son petit frère Jehan n’a pas suivi la direction que Claude aurait voulu.
En effet, à seize ans, son petit frère est ignorant, paresseux et débauché. Malgré les sermons de Claude, Jehan continue.
Claude, découragé, se jeta avec plus d’emportement dans les bras de la science.
Il devint de plus en plus savant, de plus en plus rigide mais aussi, de plus en plus triste.
Il s’est toujours tenu éloigné des femmes.
Son regard est étrange et éclatant, surtout depuis que se passe cette histoire….
Son horreur pour les égyptiennes et les zingari semble redoubler depuis quelques temps…
Il a sollicité de l’évêque un édit interdisant aux bohémiennes de venir danser et tambouriner sur la place du Parvis.
Le lecteur doit comprendre aisément que Claude Frollo est tombé amoureux d’Esmeralda et qu’il se sent coupable d’éprouver un tel sentiment.

VI. Impopularité

Lorsque Claude Frollo et Quasimodo sortent, les passants prononcent des mauvaises paroles, leur lancent des regards de haine (seulement quand Frollo baisse la tête, lorsqu’il la relève, rarement, personne n’ose agir ainsi).
Mais ces injures qui proviennent en fait d’enfants ou de vieilles dames passent inaperçu : Quasimodo est trop sourd et Claude trop rêveur pour les entendre.


LIVRE CINQUIÈME



I. Abbas Beati Martini (L’abbé du bienheureux Martin)

Un soir, Claude Frollo reçut la visite de Jacques Coictier, le médecin du roi, et de son confrère, Tourangeau.
Tourangeau veut prendre conseil auprès de Claude Frollo et s’ensuit une discussion sur la médecine, la science et l’alchimie.
Avant de partir, Tourangeau dit à Frollo qu’il le tient en estime singulière et il lui révèle qu’il est en réalité l’abbé de Saint-Martin de Tours. Claude Frollo sera stupéfait.

II. Ceci tuera cela

« Ceci tuera cela » a été prononcé par Claude Frollo lors de sa discussion avec Coictier et l’abbé. Cela voulait de prime abord dire que la presse tuera l’église.
Mais cela signifiait surtout que la pensée humaine, en changeant de forme, allait changer de mode d’expression. Cela voulait donc dire que l’imprimerie tuera l’architecture.


LIVRE SIXIÈME



I. Coup d’œil impartial sur l’ancienne magistrature

1482 : Robert d’Estouteville, prévôt de Paris, se réveille et il est de mauvaise humeur.
Il doit juger au Châtelet l’affaire de tentative de rapt commise par Quasimodo, mais l’audience commence sans Robert d’Estouteville, ses lieutenants font sa besogne.
Le procès de Quasimodo est une vraie mascarade : l’auditeur, maître Florent Barbedienne, est sourd. Il mettait grand soin à dissimuler sa surdité aux yeux de tous.
Il demande à Quasimodo son nom (mais il le sait déjà), Quasimodo est sourd donc il ne répond pas. Et le prévôt, croyant que Quasimodo a répondu, répond « c’est bien », et il continua ainsi ses questions, croyant à chaque fois recevoir une réponse.
L’auditoire éclata de rire lorsque le prévôt demanda au greffier s’il avait écrit ce que l’accusé a dit.
Florent Barbedienne, supposant que le rire des spectateurs avait été provoqué par une réplique irrévérante de Quasimodo, commence à l’apostropher avec colère et indignation.
C’est au tour de Robert d’Estouteville de questionner Quasimodo. Il lui demande la cause de sa présence à ce procès. Quasimodo croyant que le prévôt lui demande son nom répond « Quasimodo ».
La colère de Robert d’Estouteville éclate et se fortifie à mesure que les réponses de Quasimodo ne coïncident pas avec les questions qu’il lui pose.
Il décide donc de le condamner au pilori pour une durée d’une heure.
Jehan Frollo assiste à ce procès, hilare.
Le greffier, ému de pitié, s’approche de l’auditeur sourd en lui disant que Quasimodo est sourd. Mais nous le savons, l’auditeur est sourd et il voulut avoir l’air d’entendre.
Alors, il répondit au greffier : « Je ne savais pas cela. Une heure de pilori de plus en ce cas. »
Ce qui fait que le pauvre Quasimodo est condamné à deux heures de pilori.

II. Le Trou aux Rats

A la tour Roland, s’y trouve au rez-de-chaussée une célèbre petite cellule sans porte.
Le peuple surnomme cette cellule Trou aux Rats.

III. Histoire d’une galette au levain de maïs

A l’époque où se passe cette histoire, la cellule de la Tour-Roland est occupée par une recluse qui a horreur des zingari et des égyptiens…

Mahiette, une femme bourgeoise, raconte l’histoire de Paquette la Chantefleurie à ses deux amies.
Paquette était très pauvre, elle devint pécheresse et accoucha il y a seize ans d’une petite fille.
Elle était montrée du doigt, était misérable et honteuse.
Mais elle était extrêmement heureuse d’avoir un enfant à aimer car plus personne n’aimait Paquette et elle n’avait personne à aimer.
Elle avait prénommé sa fille Agnès. Elle avait de très grands yeux et de beaux cheveux noirs…
Mais un jour, à Reims, des excommuniés d’Egypte débarquèrent.
La pauvre Paquette fut prise de curiosité et porta son enfant aux égyptiens pour aller quérir la bonne aventure.
Un jour, Paquette sortit pendant que sa fille dormait en laissant la porte entrouverte.
A son retour, Agnès n’était plus là. Il ne restait que son petit soulier de satin rose.
Paquette devint folle. Elle parcourait toutes les rues dans l’espoir de retrouver sa fille.
Un soir alors qu’elle rentrait chez elle, sa voisine lui dit que deux égyptiennes étaient montées chez elle en cachette avec un paquet dans leurs bras, et qu’elles étaient redescendues en s’enfuyant.
Paquette eut l’espoir de retrouver sa fille et courut chez elle, mais ce n’était nullement Agnès.
Les égyptiennes avaient déposé un enfant hideux et difforme de quatre ans qui fut rapidement emmené. [Le lecteur doit comprendre que cet enfant était Quasimodo et qu’Agnès n’est autre qu’Esmeralda.]

Mahiette se dirige vers la lucarne du Trou aux Rats pour faire la charité à la recluse d’une galette au levain de maïs.
Cette recluse n’est autre que Paquette la Chantefleurie, elle conserve auprès d’elle le petit soulier de satin rose…

IV. Une larme pour une goutte d’eau

Sur la place de Grève, la foule est rassemblée autour du pilori et du gibet.
Quasimodo va subir sa torture et le blondinet Jehan Frollo fait rire la foule en criant qu’on va flageller le sonneur de son frère.
La roue tourne et Quasimodo se fait flageller et torturer par le bourreau.
Quasimodo se fait insulter par la foule.
Puis Claude Frollo passa et Quasimodo se mit à sourire avec douceur, mais Claude Frollo rebroussa chemin. Quasimodo en fut très attristé.
Quasimodo demande ensuite à boire, et la foule en rit. Quasimodo réitère sa demande et c’est Esmeralda qui va détacher une gourde de sa ceinture et la porter aux lèvres de Quasimodo.
Quasimodo en pleurera et quand il eu finit de boire, il allongea ses lèvres noires pour baiser la main d’Esmeralda. Mais elle retirera sa main avec le geste effrayé d’un enfant qui craint d’être mordu par une bête.
Quasimodo lui jettera un regard plein de reproche et d’une tristesse inexprimable.
La recluse maudira Esmeralda.

V. Fin de l’histoire de la galette

Esmeralda pâlit en entendant les insultes de la recluse.
Quasimodo fut détaché et la foule se dispersa.
Mahiette, la femme qui racontait l’histoire de la recluse et qui était allé lui faire charité, demande à son fils Eustache où est la galette.
Son fils lui dit qu’un chien a mordu dedans pendant qu’elle parlait avec la recluse, et qu’il en a mangé aussi.


LIVRE SEPTIÈME



I. Du danger de confier son secret à une chèvre

Plusieurs semaines se sont écoulées, nous somme en mars.
Sur le balcon d’une riche maison gothique, s’y trouve de belles jeunes filles : il s’agit de Fleur-de-Lys de Gondelaurier (la fiancée de Phoebus) et ses compagnes.
Certaines sont au balcon, d’autres dans la chambre.
Phoebus se tient à côté de la mère de sa fiancée.
Mais Phoebus a l’air de s’ennuyer et d’être gêné.
Aloïse, la mère de Fleur-de-Lys, vante auprès de Phoebus la beauté de sa fille qui est blonde, très blanche, gracieuse et elle l’incite à aller lui parler, le croyant timide.
Mais Phoebus n’est pas du tout timide.
Phoebus s’approche près de sa fiancée pour lui faire la conversation mais il ne sait guère quoi dire, et lui pose des questions auxquelles Fleur-de-Lys avait déjà répondu.
De plus, voyant Fleur-de-Lys boudeuse, il se sentit obligé de lui dire quelque chose à l’oreille mais il ne put rien trouver dans son imagination de plus tendre que de désapprouver la tenue d’Aloïse qu’il ne trouve pas élégante.
Phoebus est froid avec sa fiancée, l’idée du mariage le met mal à l’aise car il est habitué aux gros mots, à la taverne et aux succès faciles.
Puis, le tambour d’Esmeralda se fait entendre.
Les demoiselles remarquent que l’archidiacre Claude Frollo est en train de regarder la bohémienne.
Fleur-de-Lys dit à Phoebus que la bohémienne qui danse est peut-être celle qu’il a sauvée il y a deux mois. Phoebus reconnait effectivement Esmeralda grâce à sa chèvre et il en fait part à sa fiancée. Fleur-de-Lys demande à Phoebus de faire signe à Esmeralda pour qu’elle monte.
Phoebus finit par s’exécuter. Toute rouge et troublée, Esmeralda arrive.
Les demoiselles furent éblouies de la beauté d’Esmeralda, mais elles sentaient en elle une ennemie car elle était plus jolie qu’elles.
L’accueil réservé à Esmeralda est glacial. Mais la langue de Phoebus se délie et il commence à parler avec elle comme il parle aux filles de rue.
Les demoiselles humilient Esmeralda en raillant sa tenue. Esmeralda se tait. Phoebus prend sa défense avec un mélange d’impertinence et de pitié.
La chèvre d’Esmeralda arrive et une des demoiselles (Bérangère) l’attire sans que personne ne s’en rende compte. La curieuse détacha le sachet suspendu au cou de la chèvre et vida son contenu.
Il s’agit d’un alphabet. La chèvre disposa quelques lettres qui formèrent le prénom PHOEBUS.
Bérangère alerta Fleur-de-Lys qui éclate en sanglots en disant qu’Esmeralda est une magicienne, mais elle entendit une voix plus amère lui dire au fond de son cœur que c’est une rivale.
Fleur-de-Lys tombe évanouie. La mère de Fleur-de-Lys chasse Esmeralda.
Esmeralda sort par une porte, et on emporte Fleur-de-Lys par l’autre porte.
Phoebus reste seul, hésite entre les deux portes et décide de suivre la bohémienne.

II. Qu’un prêtre et un philosophe sont deux

Claude Frollo a pour habitude de se rendre dans une cellule mystérieuse au sein d’une des tours de Notre-Dame. Il regarde, au sommet de la tour, la bohémienne danser.
Il voit un homme assis près de la bohémienne (c’est Pierre Gringoire) et son sang ne fait qu’un tour.
Frollo se précipite à descendre, et il aperçoit Quasimodo regarder Esmeralda.
Dans la foule, Esmeralda a disparu et Frollo reconnait alors Pierre Gringoire et lui fait signe de le suivre dans l’église.
Gringoire explique à Frollo qu’il donne des spectacles pour pouvoir vivre et manger.
Frollo lui demande ce qu’il faisait en compagnie de l’égyptienne et Gringoire lui répond qu’ils sont mariés.
L’œil ténébreux du prêtre s’enflamma et il saisit le bras de Gringoire avec fureur en lui demandant s’il l’a touchée. Gringoire lui jure qu’il ne l’a jamais touchée et se hâte de lui conter tout ce qui s’est passé et que nous savons déjà.
Il assure à Frollo que lui-même ainsi qu’Esmeralda sont vertueux et intacts.
Il lui raconte qu’Esmeralda porte au cou une amulette et elle pense qu’elle lui fera un jour rencontrer ses parents. Elle refuse qu’un homme la touche car elle pense qu’elle et son amulette perdraient alors toute vertu.
Frollo questionne Gringoire sur Esmeralda. Gringoire décrit Esmeralda comme une créature inoffensive, charmante, jolie, naïve, passionnée, ignorante de tout, enthousiaste de tout, ne sachant pas encore la différence d’une femme à un homme même en rêve, folle de danse de bruit de grand air.
Elle se sent haïe de la recluse de la Tour-Roland et d’un prêtre qui lui lance des regards et des paroles qui lui font peur.
Cette dernière circonstance troubla Claude Frollo. Mais Gringoire n’y fait pas attention et continue son récit. Il lui dit qu’il tient lieu de frère pour Esmeralda, qu’il n’est pas très sûr d’être éperdument amoureux d’elle car il aime presque autant la chèvre.
Il apprend à Frollo qu’Esmeralda a appris à sa chèvre à écrire le mot Phoebus.
Frollo demande pourquoi et Gringoire lui répond qu’il ne sait pas, Esmeralda le répète souvent à mi-voix quand elle se croit seule.
Frollo demande à Gringoire de lui jurer qu’il n’a pas touché à Esmeralda du bout du doigt, et Gringoire le lui jure. Puis il demande au prêtre qu’est ce que cela lui fait ? Frollo devint rouge comme une jeune fille. Puis, il fait mine de dire à Gringoire qu’il s’inquiète pour lui car le moindre contact avec cette égyptienne le ferait vassal de Satanas.
Gringoire avoua avoir une fois regardé Esmeralda par le trou de la serrure, elle était en chemise.
Frollo s’écria : « Va-t’en au diable ! », poussa Gringoire par les épaules et s’enfonça sous les plus sombres arcades de la cathédrale.

III. Les cloches

Depuis la torture du pilori, Quasimodo ne sonne plus les cloches de la même façon.
On eût dit qu’il n’y avait plus de musicien dans les clochers.
En fait, Quasimodo oublie ses cloches car il est tombé amoureux d’Esmeralda. Il la regarde tendrement.

IV. ἈΝΆГKH

Nous sommes le 29 mars 1482. Jehan Frollo s’aperçoit que sa bourse est vide.
Il se rend chez son frère pour obtenir de l’argent. Jehan pénètre dans la cachette mystérieuse de son frère sans que Claude Frollo ne s’aperçoive de sa présence. Claude Frollo parle à voix haute, il tient un marteau et un clou et se met à souhaiter que ce clou ouvre la tombe à quiconque porte le nom de Phoebus.
Claude Frollo grave sur la muraille le mot grec ἈΝΆГKH en lettres capitales.
Jehan se met à faire quelque bruit de pas derrière la porte pour faire mine d’arriver à l’instant.
Claude Frollo sermonne son frère qui est notamment bagarreur.
Jehan traduit le mot grec ἈΝΆГKH en français : Fatalité.
Jehan finit par demander à son frère de l’argent et lui dit mensongèrement que c’est pour participer avec deux de ses amis à l’achat d’une layette pour l’enfant d’une pauvre veuve.
Mais Claude Frollo n’est pas dupe et sait que son frère lui ment.
Jehan finit par dire qu’il a besoin d’argent pour aller voir ce soir Isabeau la Thierrye au Val-d’Amour. Claude Frollo le traite de misérable impur. Il refuse avec fermeté de donner de l’argent à son petit frère. Jehan fait semblant de pleurer, puis rit violemment et l’archidiacre sourit. On voit bien que Claude a trop gâté cet enfant.
Jehan se plaint de ses bottines trouées, Claude Frollo lui dit qu’il lui enverra des bottines neuves mais point d’argent. Jehan insiste lourdement et menace son frère de commettre des péchés. Claude Frollo le met en garde contre l’enfer.
Claude Frollo attend la venue de maître Jacques et demande à son frère de se cacher sous le fourneau et de ne jamais répéter ce qu’il verra et entendra.
Jehan exige un florin en échange de son silence. Claude Frollo cède.

V. Les deux hommes vêtus de noir

Maître Jacques fait son entrée. Frollo lui demande si l’accusé Marc Cenaine a avoué sa magie.
Ensuite, maître Jacques demande à Frollo quand souhaite t-il appréhender la bohémienne car le procès est tout prêt. Frollo devient pâle et lui dit de s’occuper de Marc Cenaine.
Les deux hommes finissent par sortir de la cellule.

VI. Effet que peuvent produire sept jurons en plein air

Jehan Frollo en profite pour sortir.
Dehors il voit son frère avec maître Jacques, et il entend une voix forte prononcer sept jurons.
Jehan reconnait son ami le capitaine Phoebus et il prononça son nom à voix haute.
Claude Frollo l’entendit. Il tressaillit et voit son frère aborder un grand officier.
Phoebus était adossé à la porte de la maison de sa fiancée et il jurait comme un païen.
Phoebus est étonné de tout l’argent que possède Jehan. Il lui demande d’où provient-il. Jehan lui répond qu’il a un frère archidiacre et imbécile.
Jehan propose à Phoebus d’aller boire. Les deux amis se mettent en route.
Claude Frollo les suit. Le nom de Phoebus lui suffit pour les suivre car il se demande s’il s’agit du Phoebus dont Esmeralda prononce si souvent le nom (conformément à ce que Gringoire lui a relaté).
Jehan et Phoebus parlent très fort de duels, filles, cruches, folies.
Tout d’un coup, Claude Frollo entend Phoebus dire à Jehan qu’ils doivent presser le pas car il a peur que la bohémienne le voit et qu’elle l’accoste dans la rue.
Claude Frollo comprend ensuite que Phoebus a donné un rendez-vous le soir même à Esmeralda.
Un frisson parcourt Claude Frollo et il continue à suivre les deux hommes qui sont désormais en train de chanter.

VII. Le moine bourru

Phoebus et Jehan se rendent dans un cabaret, Claude Frollo attend impatiemment qu’ils sortent.
Claude Frollo a revêtu un manteau qui le recouvre jusqu’au nez.
Jehan est ivre, Phoebus le pousse. Jehan tombe sur le sol endormi.
Claude Frollo s’arrête un moment devant son frère gisant, pousse un profond soupir et part suivre Phoebus.
Phoebus se rend compte qu’un homme le suit. Il s’arrête pour lui parler.
Frollo, toujours masqué, lui dit qu’il sait qu’il s’appelle Phoebus, qu’il a un rendez-vous à sept heures chez la Falourdel avec une femme.
Phoebus parle avec lui et lui confie qu’il n’a pas d’argent pour payer une chambre. Frollo lui glisse une large pièce de monnaie dans sa main et lui demande en échange de se cacher dans la chambre du rendez-vous pour voir si cette femme est vraiment Esmeralda.
Phoebus et Claude Frollo partent donc ensemble.
En pénétrant dans le repère, Claude Frollo haussa son manteau jusqu’à ses yeux. Phoebus demande la chambre dite Sainte-Marthe, paie et monte avec Claude Frollo.
Notons que lorsque la Faroudel a rangé son écu, celui-ci a été dérobé par un petit garçon qui l’a remplacé par une feuille sèche.
Nous apprenons que Phoebus est un habitué des lieux.
Phoebus fait entrer Claude Frollo dans un bouge obscur, qui lui permet de voir tout ce qui se passera dans la chambre voisine, et il sort pour chercher Esmeralda.

VIII. Utilité des fenêtres qui donnent sur la rivière

Phoebus et Esmeralda arrivent.
Phoebus est mal à l’aise car Esmeralda est chaste. Il devient entreprenant quand Esmeralda lui avoue son amour. Esmeralda admire la beauté de Phoebus. Elle lui demande s’il l’aime en retour. Phoebus ment en disant qu’il l’aime. Notons que Phoebus a appris et répété par cœur une déclaration d’amour qu’il vient à l’instant de débiter à Esmeralda.
De plus, Phoebus ne cesse de se tromper en prononçant le prénom de la jeune fille (par exemple : Esmenarda).
Esmeralda demande à Phoebus de lui instruire sa religion pour qu’ils puissent se marier.
En entendant cela, Phoebus a pris une expression mélangée de dédain, de surprise, d’insouciance et de passion libertine, et dit à Esmeralda que c’est de la folie.
En effet, Phoebus ne compte absolument pas épouser Esmeralda dont il n’est pas du tout amoureux, il veut juste s’amuser et profiter d’elle dans un lieu dépravé.
Phoebus se montre encore plus entreprenant et Esmeralda recule, on eût dit une statue de pudeur. Son amulette est dévoilée. Phoebus qui s’impatiente dit à Esmeralda qu’il voit bien qu’elle ne l’aime pas pour l’inciter à lui céder.
Esmeralda lui déclare son amour et compte céder à Phoebus. Phoebus embrasse ses épaules mais au dessus de la tête de Phoebus, Esmeralda voit une autre tête avec un regard de damné.
C’est Claude Frollo qui est sorti de sa cachette, il tient un poignard. Phoebus ne pouvait pas le voir.
Esmeralda reste muette de terreur. Elle vit le poignard s’abaisser sur Phoebus et se relever fumant. Phoebus tombe, Esmeralda s’évanouit.
Au moment où les yeux d’Esmeralda se fermaient, elle crut sentir sur ses lèvres un baiser brulant.
Quand elle reprit ses sens, elle était entourée de soldats du guet et on emportait Phoebus baigné dans son sang.
Claude Frollo avait disparu, la fenêtre du fond de la chambre, qui donnait sur la rivière, était toute grande ouverte.
Esmeralda entendait dire autour d’elle : « C’est une sorcière qui a poignardé un capitaine. »

Voir le profil de l'utilisateur http://www.narcisse-et-les-dessins-animes.com

Message n° 3Sujet non listé Re: Le Bossu de Notre-Dame [1996] [F. Anim] le Sam 21 Juin 2014 - 19:51

LIVRE HUITIÈME



I. L’écu changé en feuille sèche

Gringoire et la Cour des Miracles (Clopin et les truands) sont dans une mortelle inquiétude car cela fait un mois qu’ils n’ont plus de nouvelle d’Esmeralda.
Gringoire apprend qu’une femme, accusée d’avoir assassiné un gendarme, va être jugée.
Il paraît qu’il y a de la sorcellerie sous cette affaire, alors l’évêque et l’official sont intervenus.
Pour apaiser sa mélancolie, Gringoire décide d’aller assister à ce procès criminel (car les juges sont d’une bêtise réjouissante), ne sachant pas du tout que la femme en question n’est autre qu’Esmeralda.
La Falourdel témoigne : un homme en noir avec un bel officier sont venus demander la chambre à Sainte-Marthe. Elle les conduit à la chambre, l’homme noir disparait, elle redescend avec l’officier qui sort puis revient avec une belle jeune fille.
La Falourdel a bien précisé que des fenêtres donnent sur l’eau…
Elle entend un cri, entend une fenêtre qui s’ouvre, elle regarde par sa fenêtre et voit tomber dans l’eau une masse noire, c’était un fantôme habillé en prêtre, il nageait. Elle souligne qu’elle a trouvé une feuille sèche à la place de son écu.
Les magistrats estiment que c’est une preuve de magie.
L’avocat du roi rappelle la déposition de Phoebus qui soulignait que l’homme en noir pouvait bien être le moine bourru (une histoire de fantômes). Et que cet homme lui a donné l’écu.
Esmeralda se lève et demande comment va Phoebus. Elle est pâle, ses yeux creux effraient.
L’avocat du roi lui répond sèchement qu’il se meurt. Esmeralda retombe sur sa sellette, blanche comme une feuille de cire.
L’huissier fait introduire la seconde accusée : c’est Djali, la chèvre. Elle court se blottir près d’Esmeralda. Les magistrats procèdent au procès de sorcellerie intenté contre l’animal.
Le procureur du roi en cour d’église prend le tambour de la bohémienne, le présente à la chèvre et lui demande l’heure. La chèvre frappe sept coups. Il est en effet sept heures.
Un mouvement de terreur parcourt la foule, alors qu’il y a peu de temps, cette même foule applaudissait les exploits de Djali.
Le procureur fit faire à la chèvre plusieurs autres tests (sur la date du jour, le mois de l’année etc.).
Le procureur a vidé le sac de cuir contenant les lettres mobiles, et Djali forma le mot : Phoebus.
Esmeralda a l’air mort, un sergent la secoue sans pitié pour la réveiller et le président déclare qu’avec la complicité de la chèvre ensorcelée, elle a meurtri et poignardé avec la puissance des ténèbres un capitaine des archers de l’ordonnance du roi, Phoebus de Châteaupers.
Esmeralda accuse un prêtre infernal qui la poursuit.
Le procureur du roi requiert l’application de la question (=torture) attendu l’obstination de l’accusée à nier. Le président l’accorde.
Esmeralda est emmenée, disparait, la chèvre pleure. L’audience est suspendue pendant qu’Esmeralda subit la question.

II. Suite de l’écu changé en feuille sèche

Esmeralda est poussée dans la chambre de la question. C’est une salle de torture emplie d’instruments effroyables.
Comme elle persiste à nier, on procède à la torture : son pied sera emboité dans un brodequin. C’est une torture qui broie. Esmeralda hurle et avoue dès la première douleur, elle est brisée.

III. Fin de l’écu changé en feuille sèche

Esmeralda regagne la salle d’audience pâle et boitant. Le président annonce qu’Esmeralda a avoué ses faits de magie, de prostitution et d’assassinat sur Phoebus.
Tout d’un coup, le procureur du roi désigne de la main la chèvre qui est en train de l’imiter (ce n’est en fait que l’un des talents de Djali). Ceci fut considéré comme une nouvelle preuve de magie.
Esmeralda est condamnée à être pendue et étranglée au gibet de la ville.

IV. Lasciate ogni speranza (Laissez toute espérance)

Esmeralda est enfermée dans un cachot. Elle est gelée et pétrifiée.
Un homme arrive. Elle ne le reconnait pas mais il s’agit de Claude Frollo. On ne voyait rien de sa personne, ni sa face ni ses mains. Elle lui demande qui il est. Il répond : « Un prêtre ».
Frollo lui dit qu’elle doit mourir le lendemain et lui demande si elle est malheureuse.
Elle se met à pleurer comme une enfant et lui confie vouloir sortir d’ici. Frollo lui dit de le suivre et lui prend le bras. Il relève son capuchon. Esmeralda le reconnait et crie, puis elle reste assise, découragée et muette.
Frollo lui demande s’il lui fait horreur, elle répond oui, que c’est lui qui a tué Phoebus. Elle lui dit qu’il la hait et lui demande qu’a-t-il contre elle. Claude Frollo lui crie « Je t’aime ».
Il tombe ensuite à genoux. Esmeralda et lui restent silencieux.
Claude Frollo lui dévoile tout : la science était tout pour lui, il évitait les femmes et le jour où il la vit, il eut le coup de foudre.
A dater de ce jour, il découvrit qu’il était un autre homme. Il guettait et épiait Esmeralda.
Il tenta d’abord de lui faire interdire le parvis de Notre-Dame, espérant ainsi l’oublier.
Puis l’idée lui vint de l’enlever. Phoebus la sauva et le malheur de Claude Frollo et Esmeralda commença.
Ne sachant que faire, Claude Frollo dénonça Esmeralda à l’official, il pensait que dans une prison, Esmeralda serait enfin à lui.
Mais il hésitait et voulait renoncer.
Un soir, il vit passer un homme : Phoebus, lequel parlait d’Esmeralda, Phoebus avait la luxure dans les yeux.
Claude Frollo le suivit et la suite nous la connaissons, comme Esmeralda.
Esmeralda écouta ce discours puis dit : « Ô mon Phoebus ! »
Claude Frollo lui saisit le bras avec violence : « Pas ce nom ! »
Il lui raconte qu’il a suivi son procès, la torture et en voyant cela, il s’est labouré la poitrine avec un poignard.
Il ouvre sa soutane et montre à Esmeralda sa poitrine déchirée, avec une plaie large et mal fermée.
Esmeralda recula d’horreur. Claude Frollo relate son malheur de l’aimer alors qu’il est prêtre et qu’elle aime un misérable fanfaron imbécile.
Il demande à Esmeralda d’avoir pitié de lui, il se roulait dans l’eau de la dalle et se martelait le crâne aux angles des marches de pierre.
Quand il se tut, Esmeralda répéta : « Ô mon Phoebus ! »
Claude Frollo se traîna vers elle à deux genoux, lui redéclare son amour, la supplie et lui propose de fuir avec lui, qu’ils s’aimeront.
Esmeralda l’interrompt avec un rire terrible et éclatant en lui disant qu’il a du sang après les ongles.
Claude Frollo lui dit qu’il veut la sauver, de venir avec lui, qu’elle prendra le temps de l’aimer après mais que pour l’instant ce qui compte, c’est qu’elle soit sauvée de la peine de mort.
Elle le fixe et lui demande froidement à deux reprises ce qu’est devenu son Phoebus. Claude Frollo lui dit qu’il est mort.
Esmeralda ne veut donc plus vivre.
Claude Frollo semble se parler à lui-même en disant qu’il pense que Phoebus est mort car la lame a probablement touché le cœur. Il s’exclame : « Oh ! Je vivais jusqu’au bout du poignard. »
Esmeralda se jeta sur lui et le poussa avec une force surnaturelle. Elle lui crie de partir en l’insultant de monstre, assassin, maudit. Elle lui dit qu’elle ne sera jamais à lui et que rien ne les unira.
Claude Frollo sort et lui crie « Je te dis qu’il est mort ! »

V. La mère

Claude Frollo rend visite à la recluse de la Tour-Roland. Elle lui demande qui va être pendu aujourd’hui car elle entend dire qu’il s’agit d’une égyptienne.
Elle lui dit qu’elle hait les égyptiennes et particulièrement celle qui a l’âge que sa fille aurait.
Claude Frollo lui dit de se réjouir car c’est celle-ci qui sera pendue aujourd’hui.
Il s’éloigne lentement et la recluse tord ses bras de joie.

VI. Trois cœurs d’homme faits différemment

Phoebus n’est pas mort. Claude Frollo ne le savait pas, il espérait seulement qu’il soit mort.
Il était trop dur pour lui de donner à la femme qu’il aimait de bonnes nouvelles de son rival.
Le fait que Phoebus soit vivant n’a rien changé à l’instruction du procès, la justice de l’époque s’en souciait guère pourvu que l’accusé fût pendu.
Phoebus avait honte et espérait que l’affaire ne s’ébruite pas. L’image de sa fiancée lui revint, il se rendit chez elle.
Fleur de Lys avait toujours sur le cœur la scène de la sorcière, la chèvre, l’alphabet maudit et les longues absences de Phoebus, mais quand elle le vit si bien vêtu, l’air si passionné, elle en rougit de plaisir.
Elle lui demande qu’est-il devenu depuis ces deux mois. Il lui répond qu’il était à Queue-en-Brie, qu’il ne pouvait pas venir la voir car il était blessé suite à une querelle avec un lieutenant.
Phoebus ne cesse de regarder sa fiancée, il est ébloui par sa belle peau et se dit « Comment peut-on aimer autre chose qu’une peau blanche ? »
Fleur de Lys lui demande de jurer qu’il n’a aimé qu’elle. Phoebus le lui jure.
Fleur de Lys se rend au balcon, une foule immense est rassemblée pour l’exécution d’Esmeralda.
Quand celle-ci arrive, Fleur de Lys la reconnait ; Phoebus fait mine de ne pas se souvenir d’elle.
Fleur de Lys se rappelle avoir entendu parler d’un capitaine mêlé au procès de cette sorcière.
Elle regarde la scène.
Esmeralda répète à voix basse le prénom de Phoebus.
Claude Frollo s’approche d’elle, se penche à son oreille (les spectateurs pensent qu’il écoute la dernière confession d’Esmeralda) et lui dit : « Veux-tu de moi ? Je puis encore te sauver ! »
Esmeralda lui dit : « Va-t’en démon ou je te dénonce ! » Claude Frollo lui dit que personne ne la croira et lui demande de répondre vite si elle veut de lui. Esmeralda lui demande ce qu’il a fait de son Phoebus. Il lui dit qu’il est mort. A ce moment il relève la tête et aperçoit Phoebus au balcon, Frollo chancèle et ses traits se contractent violemment.
Il préfère donc qu’Esmeralda meure plutôt qu’un autre ne l’ait, il s’en va.
Esmeralda aperçoit Phoebus et l’appelle. Phoebus fronce le sourcil et se retire avec Fleur de Lys.
Quasimodo surgit, enlève Esmeralda, la conduit dans l’Eglise Notre-Dame, et crie « Asile »
La foule se met aussi à crier « Asile ». Dans l’enceinte de l’église, la condamnée est inviolable car la cathédrale est un lieu de refuge.


LIVRE NEUVIÈME



I. Fièvre

Claude Frollo marchait sans savoir où il allait. Il pense que le vœu de chasteté est une folie, il est rongé par une fatale passion.
Il pleure de rage en pensant notamment à Esmeralda qui a été livrée devant tout un peuple en chemise (à moitié nue).
Il pense au bonheur d’amour qu’il aurait pu trouver s’il n’était pas prêtre, il envie les couples heureux.
Il souffre car il croit qu’Esmeralda est morte (il n’a pas assisté à la scène quand Quasimodo l’a sauvée).
La nuit tombe, Claude Frollo continue de marcher et aperçoit son frère Jehan dans un lieu de débauche.
Claude Frollo court ensuite vers Notre-Dame, il ne cesse de penser à Esmeralda qu’il croit morte. Quand il monte, il voit Esmeralda et sa chèvre.

II. Bossu, borgne, boiteux

Lorsque Quasimodo a sauvé Esmeralda, il lui apporta ensuite des vêtements qui avaient été déposés pour elle par des femmes charitables.
Quasimodo lui apporta son propre repas et son propre lit.
Esmeralda voulut le remercier mais Quasimodo lui fait peur. Il lui dit de ne pas le regarder, seulement de l’écouter : elle peut aller où elle veut dans l’église mais elle ne doit jamais sortir sinon elle sera pendue et il en mourrai.
Esmeralda est émue, elle lève la tête pour répondre mais il avait disparu.
Elle est frappée du son de la voix de Quasimodo qui est si rauque et pourtant si douce.

III. Sourd

Esmeralda a dormi, elle se réveille le lendemain mais a peur en voyant Quasimodo.
Il lui dit qu’il est venu la voir dormir, de ne pas avoir peur.
Il se met derrière le mur et lui dit qu’elle peut ouvrir les yeux.
Esmeralda est touchée, elle lui dit de venir. Quasimodo sourd, part en croyant que telle est sa demande. Esmeralda l’attrape par le bras pour le retenir.
Quasimodo lui confie être sourd, Esmeralda a pitié. Elle lui demande pourquoi il l’a sauvée.
Quasimodo lui dit que lui se souvient d’elle : c’est elle qui lui a donné de l’eau.
Elle l’écoute avec un profond attendrissement. Il se lève, elle lui fait signe de rester ; il refuse, lui dit qu’il n’est pas à l’aise, que c’est pas pitié qu’elle ne détourne pas les yeux.
Il lui donne un petit sifflet en métal, elle n’a plus qu’à siffler pour qu’il vienne.

IV. Grès et cristal

Esmeralda est toujours amoureuse de Phoebus. Elle pense à la jeune fille qui était près de lui sur le balcon (=Fleur de Lys). Esmeralda se persuade qu’il s’agit de la sœur de Phoebus car elle a besoin de croire que Phoebus l’aime.
Un jour, Esmeralda le voit et l’appelle mais il ne l’entend pas (Quasimodo voit cette scène).
Quasimodo demande à Esmeralda si elle veut qu’il aille lui chercher Phoebus. Esmeralda pousse un cri de joie.
Il fait nuit, Quasimodo est près du balcon de Fleur de Lys. Il voit que Phoebus est en train de la serrer dans ses bras.
Lorsque Phoebus quitte la demeure de sa fiancée, Quasimodo lui demande de venir car une femme l’attend. Phoebus lui répond : « Dis à celle qui t’envoie que je vais me marier et qu’elle aille au diable ! »
Quasimodo lui dit qu’il s’agit de l’égyptienne. Phoebus lui assène alors un coup de botte dans la poitrine.
Quasimodo rentre à Notre-Dame et il dit à Esmeralda qu’il n’a pas pu retrouver Phoebus.
Esmeralda se met en colère.
A dater de ce soir, Quasimodo a cessé de venir à la cellule d’Esmeralda (mais il lui apportait toujours des provisions).

V. La clef de la Porte-Rouge

Quand Claude Frollo avait appris qu’Esmeralda était vivante, il s’était réfugié dans sa cellule du cloître. Il voit Esmeralda, Quasimodo qui s’occupe d’elle, Claude Frollo est jaloux.
Il ne rêve que d’Esmeralda et une nuit, il sortit de sa cellule et alla trouver la clef de la Porte-Rouge.

VI. Suite de la clef de la Porte-Rouge

Esmeralda entrouvre les yeux et voit à sa lucarne le prêtre qui la regarde.
Il la rejoint et l’embrasse, elle le repousse mais il résiste alors elle crie au secours.
Elle siffle dans le sifflet de Quasimodo. Quasimodo arrive immédiatement et maitrise Claude Frollo. Puis, Quasimodo reconnait son père adoptif et il redevient soumis.
Il demande à Claude Frollo de le tuer et lui tend son coutelas. Claude Frollo se jette dessus mais Esmeralda est plus rapide et s’en empare. Elle dit à Claude Frollo qu’elle sait que Phoebus n’est pas mort.
Claude Frollo part et rentre dans sa cellule. Il est jaloux de Quasimodo et répète : « Personne ne l’aura ! »


LIVRE DIXIÈME



I. Gringoire a plusieurs bonnes idées de suite rue des Bernardins

Gringoire avait appris qu’Esmeralda s’était réfugiée dans Notre-Dame, il en est bien aise.
Un jour, il rencontra Claude Frollo qui lui demanda s’il était heureux. Gringoire lui répondit que oui.
Phoebus passe à cheval, ses hommes le suivent derrière. Gringoire remarque que Claude Frollo regarde cet officier. Claude Frollo lui dit qu’il s’appelle Phoebus, Gringoire dit avoir souvenir d’une fille qui ne jurait que par Phoebus.
Claude Frollo emmène Gringoire, il a quelque chose à lui dire. Frollo lui demande s’il pense toujours à l’égyptienne. Gringoire lui dit qu’il y pense peu, il pense surtout à la chèvre MORTE DE RIRE !
Claude Frollo lui apprend qu’Esmeralda sera pendue dans trois jours. Le Parlement a rendu un arrêt. Claude Frollo dit : « Comment la sauver ? » Il soumet à Gringoire son idée : il propose à Gringoire d’entrer dans l’Eglise et d’échanger ses vêtements avec Esmeralda. Elle sortira de l’Eglise avec les vêtements de Gringoire et ce dernier restera dans l’Eglise avec les vêtements d’Esmeralda. Gringoire n’est pas d’accord, il ne veut pas être pendu à la place d’Esmeralda.
Claude Frollo lui rappelle qu’Esmeralda lui a déjà sauvé la vie.
Gringoire pense aux truands qui aiment beaucoup Esmeralda, il trouve un autre plan qu’il chuchote à l’oreille de Claude Frollo. Ce dernier est d’accord.

II. Faites-vous truand

Claude Frollo rentre au cloître, la présence de son frère n’arrive pas à l’adoucir comme c’était le cas auparavant.
Jehan, hypocrite, fait un long discours où il fait semblant de regretter tous ses pêchés, et demande de l’argent à son frère.
Claude Frollo lui répond qu’il n’en a pas. Jehan lui dit qu’il va se faire truand.
Claude Frollo lui répond froidement : « Faites-vous truand »
Jehan s’en va et par la fenêtre, Claude Frollo lui crie d’aller au diable en lui jetant une bourse.

III. Vive la joie !

Dans le cabaret de la Cour des miracles, les truands sont réunis, Clopin à leur tête. Jehan va à leur rencontre. Gringoire est parmi eux.
A minuit, sous les ordres de Clopin, tous les truands, hommes, femmes, enfants se précipitent en foule hors de la taverne avec un grand bruit d’armes et de ferrailles. Ils sont en route pour Notre-Dame.

IV. Un maladroit ami

Depuis l’aventure nocturne de la cellule, Claude Frollo ne cessait de maltraiter Quasimodo, lequel restait patient et soumis.

Clopin et sa bande arrivent, tentent de pénétrer de force dans Notre-Dame et Quasimodo fait tout pour les en empêcher ne sachant pas qu’ils veulent protéger Esmeralda.
Jehan parvient à pénétrer dans Notre-Dame grâce à une échelle.
Jehan tire avec son arbalète sur Quasimodo mais ne lui fait qu’une égratignure.
Quasimodo tue Jehan. La foule est furieuse. Les truands sont déchainés, ils arrivent et Quasimodo se tord les bras de désespoir.

V. Le retrait où dit ses heures Monsieur Louis de France

Le roi Louis XI est à Paris depuis deux jours.
Il apprend que les truands de la Cour des miracles sont révoltés et armés.
On lui amène deux truands. Le premier est emmené par deux archers après que le roi l’ait questionné.
Le second est Gringoire. Il dit au roi qu’il se trouvait dans la rue par hasard.
Le roi demande à ce qu’il soit relâché (Gringoire l’avait supplié, baisé les pieds). Gringoire s’en va, il est libre.
En apprenant par la suite que c’est Notre Dame que le peuple assiège, le roi demande à ce que les truands soient exterminés. Et il ordonne l’exécution d’Esmeralda.

VI. Petite flambe en baguenaud

Gringoire donne le mot de passe des truands à un homme en noir. Le mot de passe est « petite flambe de baguenaud ». Les deux hommes partent ensemble…

VII. Châteaupers à la rescousse !

Les truands se font attaquer par les troupes du roi. Quasimodo reconnait Phoebus, ce dernier se bat vaillamment.
Clopin meurt.
Quasimodo court à la cellule d’Esmeralda mais la trouve vide.


LIVRE ONZIÈME



I. Le petit soulier

Pierre Gringoire vient chercher Esmeralda avec son « ami en noir ».
Après que leur barque ait abordée, Gringoire part avec la chèvre et Esmeralda se retrouve seule avec l’homme en noir. Il l’emmène au gibet, sur la place de Grève.
L’homme lève sa carapoue : c’est Claude Frollo. Esmeralda est pétrifiée.
Il lui dit qu’un arrêt du parlement la condamne à mort mais que lui peut la sauver si elle consent à fuir avec lui. Il lui dit qu’il l’aime et qu’il a tout préparé pour la sauver.
Il demande à Esmeralda de choisir entre le gibet (la mort) et lui.
Esmeralda choisit le gibet.
Claude Frollo la supplie, il lui redit qu’il l’aime et qu’elle lui fait endurer une torture car elle n’a que méchanceté pour lui. Il se met à pleurer.
Il se met à évoquer la mort de son frère, il s’en veut. Il dit que c’est à cause de lui, à cause d’Esmeralda. Il est comme fou.
Il demande à Esmeralda non pas de lui dire qu’elle l’aime mais seulement de lui dire qu’elle veut bien, cela lui suffira et il la sauvera.
Il la supplie de lui dire un mot de bonté.
Esmeralda lui dit qu’il est un assassin. C’en est trop pour Claude Frollo : il la prend avec fureur dans ses bras, éclate d’un rire abominable et lui dit qu’il l’aura.
Il lui dit qu’il faut mourir ou être à lui, et l’embrasse de force.
Elle lui dit qu’elle aime Phoebus, que Phoebus est beau mais que lui est vieux et laid.
Frollo la secoue et la jette à terre. Il lui demande une dernière fois si elle veut être à lui.
Elle répond « non » avec force. Frollo appelle la recluse et lui dit de ne pas lâcher l’égyptienne avant qu’il ne revienne avec les sergents. La recluse tient Esmeralda comme une main de fer.
La recluse va montrer à Esmeralda le soulier qui lui reste de son enfant. Esmeralda va ouvrir vivement son petit sachet et en tirer un petit soulier identique à l’autre.
La recluse va reconnaitre qu’Esmeralda est sa fille.
Sur le petit soulier d’Esmeralda est écrit : « Quand le pareil retrouveras, Ta mère te tendra les bras. » (C’est la nourrice d’Esmeralda qui a placé ce sachet).
Esmeralda et sa mère ne peuvent pas s’étreindre car le mur et les barreaux sont entre elles.
La recluse va rompre les tronçons des barreaux avec une force surhumaine, saisir sa fille et la tirer dans sa cellule. La recluse est folle de joie. Elle comprendra pourquoi son cœur sautait à chaque fois qu’Esmeralda passait, alors qu’elle prenait cela pour de la haine.
Lorsque les soldats arrivent, la recluse leur dit qu’Esmeralda s’est enfuie.
Au moment où les soldats commencent à partir, Esmeralda se trahit : en entendant la voix de Phoebus, elle va l’appeler.
Le bourreau va demander à la recluse de lui livrer Esmeralda.
La recluse va supplier les soldats de ne pas prendre sa fille et leur narrer l’histoire de sa vie.
Les soldats seront émus mais ils vont accomplir leur devoir.
Esmeralda va s’évanouir et sa mère va s’agripper à elle. Elles vont donc être transportées toutes les deux. Le bourreau va passer la corde autour du cou d’Esmeralda, ce qui va la réveiller. La recluse va mordre la main du bourreau.
La recluse va être repoussée brutalement, sa tête va heurter le pavé, elle est morte.

II. La creatura bella bianco vestita (La belle créature vêtue de blanc)

Quasimodo suit Claude Frollo au sommet de la tour septentrionale sans que ce dernier ne s’en aperçoive. Ils assistent à la pendaison d’Esmeralda.
Claude Frollo se met à rire. Quasimodo ne l’entend pas mais le voit. Il se rue vers lui avec fureur et le pousse dans le vide.
Quasimodo pleure. Claude Frollo meurt.
Quasimodo regarde les corps inertes d’Esmeralda et Claude Frollo et dit avec un sanglot : « Oh ! tout ce que j’ai aimé ».

III. Mariage de Phoebus

Quasimodo a disparu de Notre-Dame.
Pierre Gringoire sauva la chèvre et obtint des succès en tragédie.
Quant à Phoebus, il se maria avec Fleur-de-Lys.

IV. Mariage de Quasimodo

Le corps d’Esmeralda a été déposé dans la cave de Montfaucon.
Environ deux ans se sont écoulés après ces évènements. On trouva parmi les carcasses de cette cave deux squelettes, l’un tenait l’autre embrassé. Il s’agit des squelettes d’Esmeralda et de Quasimodo.
Le squelette de Quasimodo tomba en poussière quand on voulut le détacher du squelette d’Esmeralda.
Quasimodo s’était donc laissé mourir auprès du corps d’Esmeralda.




L’avis de Narcisse :

Notre-Dame de Paris est l’un de mes romans préférés (Victor Hugo étant mon écrivain préféré).
Je l’ai lu plusieurs fois et mes préférences ont évoluées avec le temps.
Quand j’étais adolescente, je préférais Quasimodo, je le trouvais très touchant et il m’avait tellement touchée que j’avais même espéré qu’Esmeralda tombe amoureuse de lui hi hi..
Mais ensuite, j’ai totalement compris les réactions d’Esmeralda.
Elle est très jeune, complètement obnubilée par Phoebus qui n’en vaut absolument pas la peine, mais elle l’idéalise et se persuade à croire qu’il l’aime car elle a besoin de croire que Phoebus l’aime (comme l’écrit Victor Hugo).
Ce qui arrive à Esmeralda est bien tragique et elle a causé, sans le vouloir, la perte de deux hommes : Quasimodo et Claude Frollo.
Le seul qui s’en sort bien dans cette histoire, c’est finalement Phoebus, alors qu’il est en quelque sorte la source du mal : s’il n’avait pas donné ce rendez-vous à Esmeralda, rien de cela ne se serait produit (Claude Frollo ne l’aurait pas poignardé, Esmeralda n’aurait pas été accusée, pas pendue etc.).

Rapidement, Claude Frollo est devenu mon personnage préféré et il l’est encore aujourd’hui.
J’ai été émue par tout ce qu’il a fait pour Jehan et Quasimodo : il les a élevés, aimés, il a été un véritable père pour eux. Claude Frollo est un homme admirable à ce titre.
Je trouve aussi que c’est un homme d’une grande intelligence.
Je pense qu’on ne peut pas lui reprocher d’être tombé amoureux d’Esmeralda, même si c’est un archidiacre. Ce sentiment ne se contrôle absolument pas.
Claude Frollo est le personnage que j’ai trouvé le plus intéressant : il est tiraillé entre sa fonction et son amour. Il se sent terriblement coupable de la passion qu’il éprouve, et cette passion le dévore.
A la mort d’Esmeralda, son rire ne signifie pas qu’il est véritablement « heureux », il n’a seulement pas supporté qu’elle le repousse.
Les agissements de Claude Frollo sont la conséquence de son amour passionnel : l’amour-passion peut conduire à vouloir voir mourir celui ou celle qu’on aime et qui n’est pas du tout réceptif à notre amour, et c’est ce qui est arrivé avec Claude Frollo.
C’est un homme fou amoureux et fou de rage aussi, ses émotions sont à leur paroxysme.

Concernant Phoebus, je ne l’ai jamais aimé et je ne l’aime toujours pas mais je me demande si cette mauvaise expérience avec Esmeralda ne l’a pas fait réfléchir.
Je crois qu’il en a tiré une bonne leçon et qu’il n’est pas prêt à recommencer ses bêtises hi hi
En effet, quand Quasimodo est venu le chercher pour lui dire qu’une femme l’attend, Phoebus lui a crié : « Dis à celle qui t’envoie que je vais me marier et qu’elle aille au diable ! »
Et puis il s’est rapproché de sa fiancée.
Ce qui lui est arrivé avec Esmeralda l’a un peu effrayé et il ne veut pas que sa réputation soit entachée.
Il s’en sort bien dans toute cette histoire, il se marie. J’ai toujours espéré que le mariage le fasse changer d’ailleurs.
Après, « chassez le naturel il revient vite au galop » donc rien n’est certain.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.narcisse-et-les-dessins-animes.com

Message n° 4Sujet non listé Re: Le Bossu de Notre-Dame [1996] [F. Anim] le Ven 27 Mar 2015 - 11:46

Kaya


Sirène des Canaries
Je l'ai regardé il y a longtemps, il est sympa mais c'est pas un film que je regarderai souvent smiley02


Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum