Planète-Séries

Informations et discussions sur les séries télévisées

Fermeture provisoire des inscriptions -> En savoir plus ...
Derniers sujets
» Le décor du forum
Hier à 10:57 par Maalje

» Trois mots pour deviner une série [J.Live] [J.2]
Hier à 10:55 par Maalje

» Le pendu Séries Live [J.Live] [J.2]
Mer 7 Déc 2016 - 2:39 par Alexandra

» Les fonctionnalités et le codage du forum
Mer 30 Nov 2016 - 10:04 par Neptunia

» Le jeu du changement [J.Vrac] [J.4]
Mer 30 Nov 2016 - 9:40 par Neptunia

» Fermeture provisoire des inscriptions
Lun 28 Nov 2016 - 21:22 par Neptunia

» Mirmo Zibang! [2002] [S. Anim]
Sam 26 Nov 2016 - 20:36 par Neptunia

» Les statistiques du forum
Sam 19 Nov 2016 - 9:09 par Neptunia

» De quel dessin animé est tirée cette image ? [J.Anim] [J.2]
Lun 14 Nov 2016 - 10:25 par Neptunia

» Le jeu de l'intrus [J.Anim] [J.8]
Dim 13 Nov 2016 - 21:55 par Neptunia

» Votez pour le plus beau kit pour Wicket
Dim 13 Nov 2016 - 18:57 par Dinah de Vador

» L'apprenti sorcier [2010] [film live]
Dim 13 Nov 2016 - 18:40 par Dinah de Vador

» He is a Beast [2012] [manga]
Dim 13 Nov 2016 - 18:37 par Dinah de Vador

» L♥DK ou L-DK [2009] [manga]
Dim 13 Nov 2016 - 18:35 par Dinah de Vador

» Comme des bêtes [2016] [F.Anim.]
Dim 13 Nov 2016 - 18:31 par Dinah de Vador

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Papa longues jambes [1990] [S.Anim]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Message n° 1 Papa longues jambes [1990] [S.Anim] le Mer 11 Déc 2013 - 14:23

Alexandra


Mew Mew
Mew Mew
Papa longues jambes
 
smiley34  :gabriel04:  :2ruban19: 




Papa longues jambes (私のあしながおじさん, Watashi no ashinaga ojisan) est une série animée japonaise de 40 épisodes, créée par les Studio Nippon Animation sur la base du roman Daddy Long Legs, de Jean Webster, publié en 1912.
La série a été adaptée en 1990 par AB productions pour la France, et a été diffusée pour la première fois sur TF1 en 1991 dans le Club Dorothée, en 1997 sur AB cartoons, en 1992 sur TF1 avec des épisodes inédits dans le Club Dorothée avant l'école, puis en1997 sur TMC dans Récré Kids, en 1999 sur Mangas, en 2002 sur AB1, et en novembre 2007 sur France 5 dans l'émission Midi les Zouzous. La durée moyenne d'un épisode est de 26 minutes.





 
smiley01  smiley03 

Synopsis



Judy Abbot est une orpheline vivant aux États-Unis au début du siècle. Très douée pour les lettres, elle est aidée par un mystérieux bienfaiteur, grâce à qui elle peut étudier dans une école privée. En échange, elle doit juste entretenir une correspondance à sens unique dans laquelle elle devra lui raconter ses progrès. Elle ignore pourtant tout de cette personne, même son nom. Elle le surnomme "papa longues jambes" car elle ne se souvient que de son ombre lorsqu'il était venu à l'orphelinat. L'identité du bienfaiteur est connue à la fin du dessin animé...




par JudyandJervis
 
:gabriel04:  :diablo01:  :2ruban20: 





Voir le profil de l'utilisateur http://alexa2608.skyrock.com

Message n° 2 Re: Papa longues jambes [1990] [S.Anim] le Mer 11 Déc 2013 - 22:09

Un des nombreux coffrets DVD que je n'ai pas encore eu le temps de regarder !


Voir le profil de l'utilisateur http://www.planet-series.com/

Message n° 3 Re: Papa longues jambes [1990] [S.Anim] le Ven 28 Fév 2014 - 19:38

Quel magnifique dessin animé que ce Papa longues jambes : éblouissant, élégant ; je l’aime spécialement et fortement.
Ô ce Jervis ! Quel homme admirable, j’ai été jusqu’à envier cette Judy vous rendez-vous compte ?

Neptune, si tu n’as pas encore eu le temps de le regarder, tu n’as qu’à lire cette présentation de ma fille qui détaille et dissèque le dessin animé entier. smiley12

Ce dessin animé est tellement féérique que je vous poste aussi la superbe création de ma fille Narcisse :




Narcisse vous présente :









Genre : WMT (Amitié, Romance)
Episodes : 40
Année : 1990
Pays : Japon
Auteur du roman : Jean Webster
Réalisateur : Kazuyoshi Yokota
Character Designer : Shûichi Seki
Musique : Kei Wakakusa
Décors : Shigeru Morimoto, Gôichi Kudô
Studio : Nippon Animation




Résumé de l’histoire :

L’histoire se déroule aux Etats-Unis. Judy Abbott est une orpheline vivant à l'orphelinat John Grier.
Judy a la chance d’être très douée pour la littérature : l’un des bienfaiteurs de l’orphelinat lira une de ses rédactions et décidera de la prendre en charge afin qu'elle puisse faire des études dans une école prestigieuse.
Il s’occupera d’elle, lui offrira de nombreux présents. En échange, Judy devra lui écrire régulièrement des lettres pour le tenir informé de son parcours.
Ne connaissant pas sa véritable identité, elle le surnomme « papa longues jambes » car le soir où elle a couru après lui afin de le remercier de l’avoir choisie, une grande ombre avec de très longues jambes apparut sur le mur.
Au sein de son école, une profonde amitié s’instaure rapidement entre Judy, Sallie McBride et Julia Pendleton, ses deux camarades de chambre et de classe.
Judy, Julia et Sallie forment un trio inséparable et complémentaire car elles ont chacune une personnalité très différente.
Judy est très joyeuse, tête en l’air et pleine de vie.
Julia est classe, raffinée, c’est une fille très distinguée et perspicace.
Sallie est timide et réservée. Elle est un peu plus en retrait.
Elles se viennent mutuellement en aide et sont très soudées.
Un jour, Julia demande à Judy de recevoir son oncle, Jervis Pendleton.
Au départ, Judy n’est pas très ravie, d’autant plus que Jervis est en retard. Mais Judy tombe complètement amoureuse de Jervis, cet homme très aisé qui ne ressemble pas du tout aux autres riches. Ce marginal a de nombreux points communs avec Judy.
Jervis tombe également éperdument amoureux de Judy mais cette dernière est terrorisée à l’idée de lui révéler son passé d’orpheline.
Elle est en effet très traumatisée par son passé et refuse de le révéler à qui que ce soit, craignant que le regard de ceux qu’elle côtoie et qu’elle aime change à son égard.
Mais le jour de la remise des diplômes, tiraillée par le chantage de la mère de Julia, bouleversée par la maladie de Jervis, elle se lance enfin à l’avouer devant toute l’assemblée pendant son discours de fin d’année.
Judy finira par épouser Jervis qui n’est autre que son « papa longues jambes ».




Présentation des personnages



Judy Abbott


Judy Abbott est une jeune orpheline qui a été recueillie et élevée à l'orphelinat John Grier, dirigé par Melle Lippett. Elle est âgée de 14 ans au début de l'animé. Elle a 17 ans à la fin de son cursus scolaire.
Dans le roman, Judy a des longs cheveux noirs et des yeux bleus.
Judy n’a aucun souvenir de ses parents. Elle a été abandonnée par une nuit d’hiver, alors bébé, au pied de l’Eglise de Bayson avenue, dans les rues de New York.
Judy, même si elle ne connait pas ses parents, les aime et leur trouve une excuse à cet abandon.
Le plus grand rêve de Judy est de quitter cet orphelinat pour étudier dans un grand pensionnat.
Judy s’occupe des plus petits notamment d’Emilie, une petite qui fait des cauchemars la nuit, c’est Judy qui la calme, la rassure (par la suite, cette petite se fera adopter par une famille riche).
Judy est une jeune fille énergique, pleine de vie et qui apporte de la joie de vivre à tous ceux qui l’entourent.
Elle néglige son apparence physique, se coiffe constamment avec des couettes, a toujours des épis, ne se met jamais de crème de jour.
Sous son caractère constamment enjoué, Judy est éprouvée, tourmentée et traumatisée par son passé affligeant et son statut d’orpheline.

A la fin de la journée de visite du comité, il y aura une bourse à la clé.
L’orpheline Mary s’applique, Judy fait tout tourner à la catastrophe, le comité s’en va, Judy est consignée dans sa chambre par Melle Lippett.
Judy est très triste, elle se met à pleurer puis court dans le couloir bouleversée. Elle heurte un homme (il fait très sombre, ils ne se voient pas : elle a heurté sans le savoir son futur « Papa longues jambes »).
Melle Lippett annonce ce soir-là à Judy qu’elle a été choisie pour recevoir une bourse qu’offre le comité : le président du comité est arrivé en retard, il a beaucoup aimé la rédaction de Judy, et a donc décidé de la prendre en charge.
Judy court pour le remercier, elle lui crie qu’elle veut faire la connaissance de celui qui lui permet de faire des études.
Il fait nuit, elle le voit de dos, il porte un chapeau à haut de forme et tient une canne ; l’ombre reflétée sur le mur le montre avec de très longues jambes. Il était si grand que Judy décide de surnommer son bienfaiteur : « Papa Longues Jambes ».
Grâce à lui, Judy va intégrer une école de grande renommée dans le New Jersey, c’est un pensionnat réservé aux jeunes filles de bonnes familles : le Lincoln Memorial, fondé en mémoire d’Abraham Lincoln.
Melle Lippett annonce à Judy que son bienfaiteur se fait appeler « John Smith », qu’elle ne lui révélera pas sa véritable identité car il le lui a interdit. Judy apprend que son bienfaiteur lui enverra chaque mois de l’argent de poche, et en échange, elle devra seulement lui envoyer une lettre par mois pour le tenir informé de son parcours scolaire ; Melle Lippett la prévient que John Smith ne lui enverra pas de courrier et ne répondra jamais à ses lettres.
Je précise que Judy écrira bien plus d’une fois par mois à son bienfaiteur, elle lui envoie plusieurs lettres par semaine.

Avec l’argent destiné à s’acheter des toilettes pour son école prestigieuse, en guise d’adieu, Judy achète des cadeaux pour les orphelins (notamment un livre pour Tony, des chaussures rouges pour Mary) car elle sait qu’elle ne les reverra peut-être plus jamais.
Melle Lippett lui donne alors de vieux vêtements de femme (puisque Judy a dépensé tout l’argent pour les cadeaux).
Dans la carriole qui emmène Judy à la gare, Melle Lippett, attristée, dit à Judy de ne jamais revenir, que c’est pour son bien. Judy, les larmes aux yeux, lui dit qu’elle l’aimait beaucoup.
Judy est triste que les enfants de l’orphelinat ne soient pas présents pour lui dire au revoir. Soudain, dans le train en marche, tous les enfants viennent lui dire au revoir, ils hurlent son nom, ils sont dans la voiture des parents adoptifs de Tony. Mary la remercie pour les chaussures (au départ, elle ne les avait pas acceptées). Judy est très heureuse et soulagée, si les enfants n’étaient pas venus lui dire au revoir, Judy aurait eu un poids immense sur le cœur et ne s’en serait jamais remise.

Arrivée presque à destination, Judy poursuit son chemin à pieds (puisqu’elle a fait faux-bond, sans le savoir et sans le vouloir, au secrétaire de M. Smith). Sur la route, Judy rencontre une jeune fille (Julia) après avoir aidé son chauffeur à porter des paquets. Julia offre à Judy de l’argent (10 dollars) et lui conseille de s’acheter une paire de chaussures neuves.
Judy arrive enfin dans sa nouvelle son école, elle est affectée à la chambre 301. Elle y rencontre ses deux camarades de chambre : Sallie McBride puis Julia. Judy et Julia sont étonnées de se retrouver quelques minutes après leur première rencontre dans la rue. Judy lui rend les 10 dollars.
La chambre 301 contient deux chambres et un petit salon. Judy est très contente d’avoir une chambre pour elle toute seule. Julia et Sallie sont contentes de ne pas partager leur chambre avec Judy qui leur est apparue dans un piteux état et avec de drôles de manières. Elles lui demandent d’ailleurs où sont ses vêtements ?

Dans son courrier à son bienfaiteur, Judy lui annonce qu’elle l’appelle Papa Longues Jambes, et lui relate l’anecdote de ce surnom.
Elle a d’ailleurs accroché dans sa chambre un portrait qu’elle a dessiné de son papa longues jambes pour le sentir près d’elle.

C’est la fête de la rentrée, Judy n’a rien à se mettre. Au moment où elle allait s’y rendre avec ses guenilles, M. Griggs, le secrétaire de John Smith, arrive fort heureusement pour lui apporter une malle pleine de belles robes. Judy a donc l’embarras du choix pour se vêtir à la fête.

Judy fait passer John Smith pour son tuteur, car elle ne veut en aucun cas révéler son passé d’orpheline.
Elle se demande à quoi il ressemble, elle se demande s’il est jeune ou vieux, elle a hâte de le rencontrer. Elle lui demande même de lui répondre rien qu’une fois à sa lettre, car elle aimerait le connaitre un peu mieux.
Elle dit qu’il est gentil et généreux, qu’il est comme un père pour elle.

A la cérémonie d’ouverture, Judy prépare une pancarte avec ses prénom et nom pour que M. Smith la reconnaisse. Elle l’attend impatiemment et désespérément mais il ne viendra pas.
Ce même jour, Judy aide grandement sa camarade de chambre Sallie à énoncer son discours de rentrée, cette dernière lui en est très reconnaissante et redevable à vie. A partir de ce moment, elles deviennent de meilleures amies (cette scène est décrite dans la présentation de Sallie McBride, ci-dessous).

Judy est très douée en littérature. Mais par manque d’instruction, elle ne connait pas certains auteurs célèbres ce qui lui a valu au début quelques moqueries de ses camarades de classe. Elle s’est donc mise à pallier très rapidement ses lacunes en lisant énormément de livres, elle a la chance de lire assez vite.
Judy aime énormément lire, et s’exprime extrêmement bien. Elle a soif d’apprendre et a une imagination extrêmement débordante. À l’orphelinat, elle n’avait rien et pour s’échapper de cet endroit sinistre, froid, sans chaleur humaine, elle s’imaginait des activités, des attractions, des jeux, une autre vie.
Le professeur de littérature, M. Melnore, demande aux élèves de raconter une histoire familiale.
Judy a peur d’avouer qu’elle est une enfant trouvée, elle préfère paraitre ce qu’elle n’est pas, mais elle repense souvent aux orphelins, elle ne les oublie pas.
Dans sa rédaction, elle a menti, elle n’a pas dit qu’elle vient d’un orphelinat.
Judy est très traumatisée et hantée par les événements insupportables de son passé d’orpheline : lorsqu’elle entend qu’il y a une collecte pour les pauvres, elle repense aux femmes qui lui faisaient la charité pour avoir conscience tranquille et non par charité chrétienne comme elle le disait souvent ; et pour couronner le tout à l’école publique, les enfants se moquaient d’elle.
Judy hurle de douleur en se remémorant ces souvenirs traumatisants.

Pour Noël, papa longues jambes lui envoie des pièces d’or pour qu’elle s’achète des cadeaux. Elle en profite pour s’acheter notamment des collants de soie, car elle enviait ceux de Julia qui venait s’asseoir dans sa chambre en croisant les jambes, et dont les collants de soie brillaient ; et montrer à ses camarades de chambre qu’elle aussi a une famille qui lui envoie des présents.

M. Melnore va faire paraitre l’un des travaux de Judy (le poème : Vue de ma chambre) à la une de la gazette du lycée.
Judy envoie un exemplaire du journal du lycée à papa longues jambes pour qu’il lise son poème.
Elle attend désespérément une réponse de son papa longues jambes.
Comme il ne répond pas, elle croit qu’il ne veut pas lui répondre, qu’il jette les lettres au panier sans les lire.
Mais un jour, « John Smith » lui envoie un paquet et de très belles roses (de couleur rose). Il lui dit que son poème est magnifique, que cela lui donne l’envie de le voir de ses propres yeux.
Il lui dit que quand il a appris qu’elle était malade, il s’est précipité à l’hôpital et fut rassuré de savoir que ses analyses ne révèlent rien de grave (Judy avait attrapé les oreillons). Elle comprit donc qu’il lisait réellement ses lettres, cela l’a remplit d’une joie immense et l’incita de plus belle à lui envoyer de ses nouvelles le plus souvent possible.


L’oncle de Julia, Jervis Pendleton, va venir et Julia a des cours, alors elle demande à Judy de recevoir son oncle à sa place. Malgré sa réticence, Judy a passé une journée fantastique auprès de lui, Jervis et elle sont tombés amoureux (tout est expliqué plus bas dans la présentation que j’ai écrite de leur couple).
Jervis est totalement différent des autres. C’est la première fois de sa vie que Judy se sent comme les autres.
Judy détestait les gens riches, elle avait des a priori.
Après ce jour, ses préjugés sur les riches se sont dissipés, Judy comprend que les riches ne sont pas tous égoïstes et prétentieux. Jervis lui a ouvert les yeux sur les différents caractères que peuvent avoir les gens et leur façon de penser, ce qui l’a grandement rassurée.
Judy garde Jervis dans la tête jusque pendant ses cours, ce qui lui fait manquer d’attention.

Pour les vacances d’été (qui durent presque trois mois), le lycée ferme.
Katherine Lippett lui envoie une lettre pour l’inviter à venir à l’orphelinat John Grier pour travailler et gagner un peu d’argent pendant l’été, si elle n’a nulle part où aller. Judy est en profonde panique, elle ne veut pas y aller, elle est inquiète et anxieuse à l’idée d’y retourner.
In extremis, elle reçoit le courrier M. Griggs l’informant que John Smith l’invite à passer ses vacances dans une ferme dans le Connecticut (à Lock Willow).
Là-bas, Judy y rencontre le gentil couple Semple qui va s’occuper d’elle pendant son séjour, elle les aime beaucoup et ils le lui rendent bien.
Au grenier, Judy découvre un livre appartenant à Jervis Pendleton. Elle apprend que cette ferme appartenait aux Pendleton, mais ne fait pas le lien entre papa longues jambes et Jervis.

Un concours de nouvelles littéraires est organisé pour le cinquantième anniversaire du lycée, le gagnant remporte 25 dollars.
Judy s’inscrit à ce concours pour relever un défi (car Sallie a relevé un défi en étant candidate pour être déléguée de classe, et lui a dit que ce qui compte n’est pas de gagner mais seulement de relever un défi).
Judy fait lire sa nouvelle au professeur Melnore. Il fait partie du grand jury, il n’a pas le droit de la conseiller ni de l’aider, mais il est heureux de la lire.
Il reconnait les auteurs préférés de Judy rien qu’en lisant ses lignes. Son histoire lui rappelle des passages de différents livres. Il lui dit que c’est un plagiat (involontaire). Elle n’a pas fait preuve d’imagination.
Alors Judy veut renoncer à écrire. Julia est une bonne amie : elle fait exprès de dire à Sallie que Judy a écrit une histoire médiocre, qu’elle ne peut s’en prendre qu’à elle, qu’au moindre problème elle baisse les bras. Julia lui remonte implicitement les bretelles hi hi..
Et ça marche : Judy a été boostée et se remet au travail. Julia est contente, et apporte de quoi manger à Judy (de bons biscuits qui viennent d’une boutique allemande), car elle a entendu les grognements de son estomac hi hi…
Judy s’inspire de sa propre vie pour écrire sa nouvelle. Sallie et Julia sont émues après l’avoir entendue.
Le professeur Melnore lui dit que c’est une bonne histoire.
Judy reçoit le prix d’excellence (sa nouvelle s’appelle : « Le biscuit volé »). Judy est émue de joie.

Pour le cinquantième anniversaire du lycée Lincoln, un bal est organisé.
Pour l’évènement, Papa longues jambes lui envoie une belle robe de bal.
Au bal, les trois amies font tapisserie puisque Judy ne connait personne, Sallie attend son frère et Julia a reçu des mots d’excuses des deux partenaires qu’elle avait conviés. Judy finit, enfin, par danser avec Jimmie (un garçon qu’elle a rencontré à la cafétéria), grâce à Julia qui avait décliné l’offre au vue de sa « brusquerie » et par fierté, le proposa donc à Judy.
À la fin de la danse, Judy et Jimmie se présentent l’un à l’autre. Elle découvre avec surprise qu’il s’agit du frère de Sallie, qu’il est le joueur de l’équipe de Princeton, et qu’il remplaçait seulement un ami le jour où elle l’a rencontré à la cafétéria, de là est née une amitié.

Judy s’aperçoit que son amie Julia est amoureuse de Jimmie, elle le dit à Sallie.
Jimmie étant intéressé par Judy et aimant sa compagnie lui envoie une bannière de l’équipe de football de Princeton. Judy est désolée pour Julia mais l’accepte avec joie. Mais Judy n’est pas amoureuse de Jimmie, elle dit qu’elle le considère seulement comme son propre frère, et c’est tout. Cependant, Jimmie veut la revoir, il lui dit au téléphone qu’il veut mieux la connaitre, voir la maison où elle a grandi. Tout ce qu’il ne faut pas dire à Judy qui, à l’entente des ses paroles, reçoit un choc émotionnel, elle prend une pleine décharge : son traumatisme ressurgit.
Elle fait part de son mal-être à papa longues jambes. Etant trop long à expliquer par courrier et ne s’effaçant pas par un simple présent, Jervis affecté décide de faire le déplacement pour lui remonter le moral (la scène est décrite dans le sujet consacré au couple Jervis/Judy).

Malgré sa grande gentillesse envers elle, Judy ne veut pas avouer à Jervis qu’elle est orpheline. Elle pense que Jervis ne l’aimerait pas et se détournerait d’elle s’il l’apprenait.
Elle pense aussi que Sallie et Julia ne seraient pas ses amies si elles connaissaient la vérité.
Judy a très peur de revoir Jervis, elle craint qu’il lui pose des questions comme l’a fait Jimmie.
Jervis emmène Judy, Julia et Sallie en pique-nique. A la fin de cette journée, elle va bien mieux, Jervis l’a rassurée, il lui a dit les mots qu’elle voulait entendre (la scène est décrite dans le couple Jervis/Judy).

En voyant la chorale du foyer de Saint Georges, et les passants leur faire la charité, Judy a un choc, elle replonge une nouvelle fois dans son passé.
En colère contre les réactions négatives et impolies de ses amies, Judy se rend à l’orphelinat de Saint Georges, après que Julia et Sallie y soient allées faire un tour, et qu’elles en aient été effrayées et dégoutées.
Melle Lambert, une institutrice qui s’occupe des orphelins, explique à Judy que les orphelins doivent s’intégrer, elle les prépare à la vie, tout sera humiliant pour eux tant qu’ils auront honte d’être orphelins, ils devront bien affronter le regard des autres, ils ne peuvent pas être préservés du monde extérieur (tout ce que Judy n’a pas intégré et assimilé).
Melle Lambert dit à Judy que pourvu qu’on leur donne de l’argent, peu importe que ce soit par charité ou autre. Ils ont besoin d’argent pour que les enfants puissent continuer leur chemin, que ceux qui veulent travailler puissent avoir un emploi et que d’autres puissent faire des études.
Il est triste d’apprendre que les orphelins de Saint Georges font rarement trois repas par jours.
A son retour au lycée, Judy dit à ses amies que les enfants veulent venir à la kermesse organisée par le lycée, elle les a donc réinvités et encouragé Sallie à poursuivre son projet abandonné.


A l’épisode 20, une nouvelle camarade arrive : Leonora. Elle dit à Judy qu’elle a aimé son poème (celui qui a été publié) mais qu’il est un peu mièvre, que Judy doit faire attention à ne pas être trop romanesque, un peu fleur bleue, qu’elle reste superficielle, que son poème manque de profondeur car elle ne parle que d’elle-même.
Julia prend la défense de Judy hi hi… Leonora émet simplement une critique constructive, elle fait des critiques car elle aime la poésie et la pousse à s’améliorer, cela partait d’un bon sentiment.
Julia demande à Judy d’écrire un autre poème pour prouver à Leonora qu’elle est meilleure qu’elle. Judy en voulait à Leonora mais elle va lire l’un de ses poèmes à la bibliothèque, elle va le trouver magnifique et comprendre la critique qu’elle lui a faite. Judy aimerait devenir l’amie de Leonora et reste un peu honteuse de sa réaction brutale envers elle.
Leonora a été installée dans la chambre des trois filles.
Leonora explique à Sallie qu’elle voulait rendre un service d’amie à Judy.
Judy et Leonora deviennent amies. Mais par la suite, Judy apprend avec effroi que Leonora est gravement malade.
Ne vivant que de poésie, Leonora a appris par cœur le poème de Judy rien qu’en le lisant. A travers le poème Judy, Leonora a tout de suite compris qu’elle est une enfant abandonnée, qu’elle ne l’a dit à personne et a préféré se taire. Judy ne nie pas. Leonora et Judy se ressemblent car au fond, elles se sentent seules.
Leonora est très malade. Judy va lui dire qu’elle a de la chance d’avoir un père, elle qui a tellement voulu en avoir un. Leonora va ensuite quitter l’établissement, se faire opérer, et on la reverra à la fin, invitée au mariage de Jervis et Judy.


Jimmie McBride invite Judy à venir passer les vacances de Noël chez lui.
Judy pour le remercier de son geste lui tricote un cadeau qu’elle lui offre à Noël.


Pour revoir Judy, Jervis invite les trois amies à se rendre à Broadway afin d’assister à une pièce de théâtre, Judy y rencontre Margot : malgré qu’elle soit devenue une actrice célèbre, elle aurait pu renier son passé défavorisé, mais elle n’a pas honte de ses origines et reste vivre dans son milieu, ce qui rassure Judy (mais malheureusement ne la change pas !).


A la troisième année de lycée, Judy envisage d’aller à l’université l’an prochain pour avoir des diplômes et un métier.
Elle se met la mauvaise idée en tête de demander une bourse d’études, alors qu’elle a le soutien financier de son papa longues jambes « John Smith ».
En se promenant dans la rue, Judy voit une annonce : une mère de famille cherche une institutrice pour donner des cours particuliers à ses deux petites filles, la paie est de 30 dollars par mois.
Judy écrit à son papa longues jambes pour l’en informer, elle ajoute qu’elle veut s’assumer.
Mécontent de sa décision, il lui répond immédiatement. Walter Griggs écrit en son nom pour dire à Judy que John Smith veut qu’elle abandonne cette idée de travailler, qu’elle doit se concentrer sur ses études. Il lui propose même d’augmenter le montant de son argent de poche.
Judy a un entretien avec la mère des petites filles qui l’engage. Elle la paiera 40 dollars par mois au lieu de 30 dollars pour s’excuser d’un malentendu (les petites ont accusé exprès Judy de vol, alors qu’elle n’avait fait que ramasser le porte monnaie que l’une d’entre elles avait laissé tomber).

Croyant pouvoir maitriser la situation et étant sûre d’elle, Judy renvoie à papa longues jambes son chèque, elle n’est pas contente qu’il lui refuse de travailler.
Après plusieurs séances, Judy n’arrive pas à concilier ses études avec son travail, elle est très fatiguée en classe et n’est plus aussi assidue qu’elle ne l’était.
Elle reçoit ensuite une lettre de Walter Griggs. M. John Smith n’approuve toujours pas qu’elle garde son travail.
Il lui ordonne d’arrêter de travailler dans le plus bref délai, c’est un ordre que lui donne son bienfaiteur : elle doit se consacrer exclusivement à ses études.
Par crainte qu’il ne la renvoie, Judy obéit et quitte son travail, elle ne veut pas se l’avouer mais elle sait pertinemment au fond d’elle que son papa longues jambes a raison : elle ne peut pas cumuler les deux.
Cependant, Judy a réussi une bonne chose de cette expérience, elle a rapproché cette famille déchirée par l’absence constante du père. Aussi, avant qu’elle ne parte, la mère des petites lui demande de lui apprendre les règles du jeu des boites de conserve que Judy avait apprises à ses filles lors d’une séance de sport physique, pourtant c’était une mère stricte et sévère.
Honteuse, Judy reconnait à son papa longues jambes que c’était difficile de travailler et faire ses études en même temps.
Elle envoie ensuite sa dernière nouvelle à un éditeur, lequel lui répond qu’elle pourra peut-être un jour devenir écrivain. Judy ne tient plus en place et son envie insensée et déraisonnable d’indépendance lui reprend (elle n’a toujours pas compris la leçon…).

Jimmie invite Judy pour les vacances d’été, papa longues jambes refuse qu’elle y aille.
Judy ne comprend pas pourquoi et lui écrit pour qu’il change d’avis. N’ayant pas de réponse, elle croit qu’il accepte, mais la veille du départ en vacances, Melle Srone lui apporte un télégramme.
Walter Griggs a écrit le message suivant de la part de « John Smith » : « Vous passerez vos vacances à la ferme comme prévu. »
À contrecœur Judy obéit car elle ne peut pas désobéir, elle a bien trop peur de tout perdre.
Elle retire immédiatement le portrait de papa longues jambes qu’elle avait accrochée : premier signe de son ingratitude. Judy manifeste une nouvelle fois son désir d’être libre et indépendante, elle ne veut pas qu’on lui dicte ce qu’elle doit faire ou ne pas faire.
Même si Judy en veut à papa longues jambes, elle n’oublie pas ce qu’il a fait pour elle. Judy a bien trop souffert, ne veut surtout plus revivre son ancienne vie. Judy obéit donc en ne se rendant pas chez Jimmie, uniquement parce qu’elle a peur de retourner à l’orphelinat, de redevenir pauvre et subir de nouveau toutes ces humiliations passées.
Judy se remémore tout le bien que ce que papa longues jambes a fait pour elle, toutes les belles choses qu’il lui a offertes, cette nouvelle vie paisible qu’il lui a donnée.
Bien que Judy ait une chance fabuleuse d’être sous la protection de papa longues jambes, elle se dit qu’elle veut écrire pleins de poèmes, devenir riche et libre.
À l’instant même où Judy prononce ces paroles ingrates, un orage violent éclate et coupe l’électricité : c’est symbolique car Judy a eu de mauvaises pensées, l’orage est une manifestation divine qui intervient comme pour l’avertir de cesser immédiatement un tel comportement ingrat et de se recadrer. Car même si elle voit tout le bien qu’il lui a fait, elle reste obstinée.

En se rendant à la ferme, Judy rencontre Mary (la version française l’appelle désormais Sady, c’était pourtant bien Mary au début du dessin animé, Mary est un personnage qui n’existe pas dans le roman). Judy l’invite à manger. Elle apprend que Mary doit commencer à travailler pour gagner sa vie, celle-ci n’a en effet pas eu la chance de se faire adopter, ni même d’être choisie et prise en charge par un bienfaiteur.
Judy donne à Mary de l’argent pour qu’elle s’achète un chapeau qui lui plait. Mary refuse gentiment. Elle lui dit qu’elle se l’achètera quand elle travaillera.
Pendant que Judy part, Mary lui montre les chaussures rouges qu’elle lui avait offertes, et qu’elle a toujours gardées précieusement. Elle dit à Judy que c’est le seul trésor qu’elle ait. Judy est émue aux larmes.
Après le signe de l’orage, le destin montre à Judy un autre signe en lui faisant rencontrer Mary. C’est pour lui rappeler la chance qu’elle a d’avoir papa longues jambes et ce qu’elle serait devenue s’il n’était pas entré dans sa vie. Mais décidément, bornée, Judy ne comprend toujours pas ces signes de mise en garde, et continue à s’entêter à dire qu’elle veut être libre, elle n’a toujours rien compris à la vie.
A la ferme, Judy est heureuse que Jervis vienne l’y retrouver (les scènes sont décrites dans le couple Jervis/Judy, et dans la présentation de Jervis).


La fondation pour l’aide aux jeunes étudiants accepte la demande de bourse de Judy.
Elle veut entrer à l’université sans être à charge de papa longues jambes. Judy ne lui a pas parlé plus tôt de cette demande de bourse. Elle prévient papa longues jambes seulement après avoir obtenu la réponse de la fondation.
Judy réaffiche le portrait de papa longues jambes. Ce dernier refuse qu’elle accepte cette bourse et lui rappelle qu’en l’acceptant, elle va en priver une jeune fille plus démunie qui en aura besoin.
Judy ne veut toujours pas comprendre que son attitude n’est pas raisonnable.
Toujours aussi ingrate, Judy écrit à papa longues jambes et s’adresse à lui en lui disant M. Smith et non plus « papa longues jambes » Elle ose lui dire qu’il demeure un étranger pour elle, qu’elle va accepter cette bourse, qu’il y a trop de distance entre eux, qu’elle ne le connait que par ses lettres. Elle ajoute que pour rien au monde elle ne reviendra sur sa décision, et qu’elle compte trouver un emploi à mi-temps.
Jervis désemparé par le manque de loyauté de Judy (car c’est bien la première fois qu’elle cache des choses à papa longues jambes) demande à la voir immédiatement pour tenter de lui faire prendre raison et qu’elle suit un mauvais chemin, sans succès. Jervis l’invite à se voir un dimanche, elle accepte. Mais quand Judy constate qu’il va à son encontre et lui dit qu’elle ne pourra jamais gagner sa vie en écrivant ce genre d’histoires, elle se braque automatiquement, refuse d’accepter la vérité et s’en va sauvagement. Jervis lui crie : « A dimanche, je compte sur toi !»
Dimanche, jour du rendez-vous avec Jervis, Judy arrive trop tard puisqu’elle a préféré se rendre à la fête de Jimmie afin de se « venger » de Jervis de lui avoir dit ses quatre vérités en face. Mais Judy va regretter cet affront et nager en plein désespoir car Jervis ne pourra pas la revoir. Elle pense que Jervis ne l’aime pas, elle ne sait plus vers qui se tourner. Subitement elle se souvient de son papa longues jambes !
Son travail (nouvelle) lui est ensuite retourné. L’éditeur lui dit qu’il ne s’agit que d’un simple exposé de ses opinions personnelles qui ne présente aucun intérêt. Jervis le lui avait bien dit, il avait raison sur toute la ligne ! Judy paie son ingratitude envers son bienfaiteur ; elle n’a que le retour de bâton !

Judy regrette de s’être fâchée avec papa longues jambes, elle se retrouve seule comme jamais depuis qu’elle croit que Jervis compte faire un mariage d’affaire.
Pour son désir de liberté et d’indépendance, elle s’est mis à dos tout le monde, et cela ne la mène qu’à la solitude, à la détresse et au désespoir.
Elle regrette bien à présent.
Elle reçoit une lettre de ce bon papa longues jambes. Il lui offre 100 dollars, elle peut avoir sa bourse à une condition : elle doit toujours bénéficier de l’appui financier de son bienfaiteur.
Judy ne se sent plus seule, elle lui écrit pour le remercier de sa bonté et sa générosité.
Elle lui écrit qu’elle a beaucoup de peine, car elle a perdu Jervis.
En témoignage de sa gratitude, Judy aurait dû écrire à papa longues jambes pour lui dire qu’il avait raison, et qu’elle renonce à sa bourse.
Judy a ensuite la joie d’apprendre que Jervis l’aime, ils s’avouent leur amour devant le portail du lycée de Judy (je vous décris la scène intégrale dans le couple Jervis/Judy).


Julia a invité Judy et Sallie à passer la soirée de Noël chez elle, un grand bal est organisé. Judy est terrorisée, en plus elle n’est pas sûre d’être dans les bonnes grâces de la mère de Julia (car Judy a pris la défense de Julia quand Mme Pendleton voulait la forcer à se marier à un homme riche).
Julia apprend à Judy que Jervis sera présent. Judy demande à papa longues jambes de lui ordonner de rester au pensionnat, car elle a très peur.
En cadeau de Noël, « John Smith » lui envoie une belle robe rose, avec un collier, des gants de soie, des ballerines. Il lui donne l’autorisation d’aller à la soirée, il lui dit que ce sera une bonne expérience pour elle, elle va découvrir des personnes de la haute société et se faire son opinion.
Au bal, Judy s’excuse auprès de la mère de Julia. Mme Pendleton lui dit qu’elle espère qu’elle ne se sent pas trop perdue (c’est en fait un pic).
La mère de Julia demande à son mari de faire monter sur scène Sallie et Judy pour les présenter, elle a l’intention en réalité d’humilier Judy.
Judy monte sur scène, sous le regard mesquin de la mère de Julia. Tout le monde se demande qui sont les Abbott. Tout le monde pose des questions à Judy sur ses origines. Julia l’aide, lui demande de parler de son tuteur : John Smith. Personne ne le connait, Judy est très mal à l’aise. La mère de Julia lui demande de parler d’elle devant l’assemblée.
L’arrivée fracassante de Jervis la sauve in extremis.
Jervis rejoint Judy dehors, il comprend que toute cette foule la met mal à l’aise. Il est ensuite appelé par son frère, il doit y aller et Judy se retrouve de nouveau seule.
Des femmes posent des questions à Judy sur sa famille, elles lui demandent où se situe sa demeure, Judy les esquive.
Elle retrouve Jervis qui l’invite à danser. La mère de Julia voit Judy danser la tête serrée contre Jervis. Honteuse de cette façon de se comporter en public, elle la regarde avec rage et férocité puisqu’elle s’aperçoit en même temps que pour une fois Jervis s’intéresse à une femme (elle en est d’ailleurs extrêmement jalouse car elle le voudrait pour sa nièce afin d’agrandir de plus belle son patrimoine familial).



Catherine (la nièce de Mme Pendleton) est la femme qu’on veut faire épouser à Jervis ; elle arrive et lui demande de venir avec elle. Jervis refuse. Mais il est obligé de s’absenter avec le père de Catherine.
La mère de Julia profite de l’absence de Jervis pour humilier et embarrasser Judy, elle lui dit que Jervis va probablement épouser Catherine, « qu’elle est riche, belle, d’excellente famille. »
Elle dit à Judy : « Julia m’a dit que Jervis avait un faible pour vous, il parait qu’il vient souvent vous voir à la pension. J’espère que vous ne croyez pas que c’est sérieux. Vous risqueriez d’être déçue parce que ma chère petite Jervis est avant tout un Pendleton. Sachez que chez les Pendleton on ne se mésallie pas. Les gens de notre famille n’ont pas l’habitude d’épouser les traits de misères. »
Elle dit cela devant toute l’assemblée qui les regarde ébahie.
Mme Pendleton poursuit : « Je sais qu’elle a été votre vie avant d’entrer au pensionnat. » Elle lui propose un petit accord : elle lui promet de ne rien dire à personne, ni à Jervis ni à Julia, à condition qu’elle renonce à voir Jervis.
Par peur, Judy accepte, anéantie par cette révélation et éplorée de devoir quitter celui qu’elle aime. La mère de Julia lui dit qu’il vaut mieux oublier Jervis.
Judy s’enfuit en courant et rentre en larmes au pensionnat. Jervis tente de la rattraper mais trop tard, il appellera alors le lendemain Judy au pensionnat. Judy pleure désespérément dans son lit. Melle Srone vient la chercher, et la voit en larmes, elle en éprouve de la peine pour elle.
Jervis écrit souvent à Judy mais elle ne lit pas les lettres, la douleur dans l’âme et la peur qu’il ne découvre un jour sa véritable identité.
Judy, Sallie et Julia sont invitées au mariage de Carrie à la ferme.
Judy doit y aller pour représenter John Smith comme il sera absent ce jour-là. Judy accepte donc avec plaisir, car c’est une mission confiée par son papa longues jambes.
A Lock Willow, Jervis en profite pour demander Judy en mariage mais elle refuse à cause du chantage exercé sur elle par Mme Pendleton (la scène est détaillée dans le sujet consacré au couple Jervis/Judy).

Judy est admise à l’université, elle va bénéficier d’une bourse. Elle écrit à papa longues jambes que le jeune homme dont elle est amoureuse l’a demandée en mariage, que c’est Jervis. Mais qu’elle ne pouvait pas accepter, qu’elle a refusé car elle l’aimait. Elle ne voulait pas qu’il se reproche un jour d’avoir épousé une fille comme elle.
Elle demande à Papa longues jambes d’être présent pour la cérémonie de remise des diplômes.
Judy est major de sa promotion et désignée pour prononcer le discours de fin d’année au nom de toutes les jeunes diplômées.
John Smith (c'est-à-dire Jervis) lui écrit lui-même, de sa propre main, il lui dit qu’il est très fier d’elle, la félicite, et lui annonce sa présence le jour de la cérémonie de remise des diplômes.
La boucle est bouclée : comme en première année, Judy a une pancarte sur laquelle est inscrit : « Judy Abbott » pour que son papa longues jambes la reconnaisse.

Judy entend par hasard le père de Julia dire que Jervis est tombé malade et doit garder le lit, c’est assez grave, il est atteint d’une pneumonie. Ses chances de guérir sont de 50%. Judy est bouleversée. En panique, Julia court vers Judy et lui dit d’aller le voir. La mère de Julia s’y oppose, et dit que « Cette fille n’a rien à faire avec les membres de notre famille ».
Judy appelle Jervis pour avoir des nouvelles, mais on lui dit que c’est impossible, il n’est pas joignable.
Judy s’en veut, elle se dit qu’elle aurait dû lui dire qu’elle était une orpheline, elle dit qu’elle s’est tu par orgueil parce qu’elle ne voulait pas que Jervis apprenne qu’elle était pauvre. Elle regrette de ne pas avoir été honnête. Judy court prendre un taxi mais son professeur et Sallie la rattrapent, et la forcent à aller faire son discours.
Judy est diplômée et prononce son discours : elle avait préparé un texte mais ne le lit pas, elle dit tout autre chose. Elle pense que papa longues jambes est installé dans l’assemblée.
Elle avoue devant toute l’assemblée qu’elle est orpheline.
Elle dit que son enfance n’a pas été particulièrement heureuse, elle parle de son bienfaiteur, qu’elle a toujours appelé papa, qu’elle lui doit tout, il lui a tout donné, et qu’elle ne le remerciera jamais assez car : « cet homme était l’un des administrateurs d’un orphelinat. Je viens d’un orphelinat. Je suis une orpheline. » Elle remercie son bienfaiteur de tout son cœur qui lui a permis d’échapper à un monde sans pitié, mais au-delà de tout l’argent, il lui a donné le courage d’être elle-même.
Judy se sent libérée de toutes ses craintes, de toutes ses chaines qui l’empêchaient d’aller de l’avant, et exprime toute sa gratitude à son papa longues jambes. Elle dit qu’elle aurait aimé trouver ce courage plus tôt, elle pense à Jervis, et dit qu’elle l’a perdu, et regrette de ne pas avoir parlé plus tôt.
Toute l’assemblée est en larmes, le discours de Judy fut très émouvant et assez poignant. Tout le monde applaudit.
M. Griggs vient ensuite la chercher en urgence et lui dit que M. Smith est tombé gravement malade, qu’il doit la voir immédiatement.
Julia court après Judy et lui crie : « Pense à Jervis ! Je t’en prie ne l’oublie pas ! Pense à lui, il t’aime il a besoin de toi ne l’oublie pas !»
Judy doit partir, elle dit à Julia de dire à Jervis qu’elle ne l’a pas oublié, qu’elle pense très fort à lui.
Là, Judy choisit Papa longues jambes (bien que Jervis et papa longues jambes ne forment qu’une seule et même personne, mais elle ne le sait pas encore). C’est très bien qu’elle choisisse de se rendre chez Papa longues jambes bien qu’elle soit amoureuse de Jervis, c’est une grande marque de reconnaissance envers l’homme qui lui a tout donné.
En arrivant sur les lieux, Judy a la grande surprise de découvrir avec émotion que son papa longues jambes n’est autre que Jervis lui-même. Ce dernier guérit grâce à l’amour de Judy et ils se marient quatre ans plus tard (les scènes sont décrites dans le sujet du couple Jervis/Judy).





Julia Pendleton


Julia Pendleton est une jeune fille très riche issue de la haute société newyorkaise. C’est la nièce de Jervis Pendleton.
La première fois qu’elle rencontre Judy, c’est lorsque celle-ci aidait son chauffeur à porter les paquets. Pour la remercier, Julia lui a offert 10 dollars et lui conseille de s’acheter une paire de chaussures constatant que les chaussures de Judy sont en mauvais état.
Au Lincoln Memorial, Julia découvre avec effarement que Judy est sa camarade de chambre.
Julia va donc partager la chambre 301 (qui contient deux chambres et un petit salon) avec Sallie et Judy. Julia partage la grande chambre avec Sallie.

Julia est une gentille jeune fille grande et fine, très maniérée, classe, raffinée, très élégante, elle porte toujours de ravissantes tenues assorties venant des plus grandes boutiques, et souvent des collants de soie.
Elle a horreur de la campagne. Elle se montre d’abord égoïste, fière de son rang et habituée aux soirées mondaines par sa mère.
Julia dit que sa mère et son père descendent de la noblesse anglaise, elle dit que les parents de sa mère sont des descendants d’Henri VIII.
Julia a du goût, Sallie lui demande souvent son opinion pour ses tenues vestimentaires.
Julia est gâtée et capricieuse. Dès son arrivée dans sa nouvelle chambre, elle manifeste le désir de faire changer la tapisserie, car la couleur ne lui plait pas.
Mais il est d’emblée perceptible que Julia a bon fond et qu’elle est très généreuse.
Au début, Julia et Judy ont quelques frictions, et Julia se montre un peu distante envers Judy dont les manières la rebutent, mais elles finissent par très bien s’entendre, et deviennent des meilleures amies.

Julia soupçonne dès le départ que Judy ne vient pas d’une famille riche. Julia cherche à avoir des renseignements sur le passé de Judy. Elle comprend que Judy vient d’un orphelinat (car il n’y a aucune autre information sur Judy dans le registre de l’école à part son prénom et nom. Elle apprend que seules les personnes venant d’un orphelinat sont dans ce cas).
Julia garde le secret sur cette découverte.

Etant prise par ses cours, Julia demande un jour à Judy de recevoir son oncle Jervis. Après cette journée, Julia voit de suite que Judy est amoureuse de Jervis.
Par la suite, Julia est heureuse de voir que son oncle soit également amoureux de Judy, elle répète même à Jervis tout ce que fait Judy.

Julia se lie rapidement d’amitié avec Judy, et les trois camarades de chambre deviennent complices et inséparables. Julia est une excellente amie sur laquelle on peut toujours compter.
Au contact de Judy, Julia changera rapidement ; Judy lui fera sortir tout son fond intérieur et on découvrira une jeune fille sensible, peu intéressée par les soirées mondaines et qu’elle ressemble en réalité beaucoup à Jervis.
A la deuxième année, Julia décide d’être la meilleure de toute la promotion.
Julia est une excellente élève, elle arrive souvent première. Elle a l’intention d’aller étudier à l’université.

Julia et Judy en se promenant font un jour une halte dans une cafétéria. Elles y rencontrent Jimmie, un serveur (il remplace en fait un ami pour la journée). Julia tombe amoureuse de lui (les scènes sont décrites dans la présentation de leur couple ci-dessous).

Un jour, Jervis emmène Judy, Julia et Sallie en pique-nique.
Julia lui dit que Jimmie était le seul garçon intéressant de la soirée. Julia ne cesse de parler à Jervis de Jimmie. Elle demande des conseils à Jervis pour qu’il lui donne des idées de conversation avec Jimmie. Attendri, Jervis lui conseille d’être naturelle comme Judy.
Réticente au début, Julia s’est quand même bien amusée au pique-nique, elle n’avait jamais mangé avec ses mains, jamais marché dans l’herbe mouillée, dans la gadoue, elle ne s’était jamais assise dans l’herbe, elle n’avait jamais couru dans la nature cueillir des fleurs. Elle a fait tout cela grâce à Jervis et Judy.

Julia ne supporte pas la nouvelle venue Leonora car elle aussi est très riche mais surtout le fait qu’elle s’immisce dans leur vie quotidienne déjà installée la gêne. Mais Julia lui apporte ensuite des fleurs à l’infirmerie en apprenant qu’elle est très malade. Julia et Leonora deviennent amies.


A cause de sa mère, Julia ne peut pas se rendre chez Jimmie à la campagne, pour fêter Noël chez lui. Julia est contrainte d’assister à une soirée mondaine pour faire son entrée dans la haute société.
Julia s’ennuie à la réception, Jervis la rejoint sur le balcon, elle lui dit qu’elle comprend ce qu’il peut ressentir, elle dit qu’elle hait aussi ces réceptions mondaines.
J’aime beaucoup la façon dont Jervis a regardé sa nièce à cet instant, il est très heureux qu’elle ait changée au contact de Judy. Il la regarde avec tendresse et fierté.




Julia se demande ce que font Sallie et Judy.
Elle chante un chant de Noël sous le regard affectueux de son oncle, c’est un instant très attendrissant.





Lors de la troisième année d’études au lycée, Julia envisage de s’inscrire l’an prochain à l’université Sara Laurence, l’une des plus réputées dans laquelle on ne rencontre que des gens de la haute société. Julia dit ensuite à Judy qu’elle n’a qu’à épouser un homme riche, elle sera tranquille toute sa vie, et n’aura jamais besoin de travailler (Julia n’a pas tort du tout).


Julia est triste après que sa mère veuille lui présenter un jeune homme très riche, c’est un excellent parti. C’est le fils de l’agent immobilier le plus riche de la ville.
Sa mère lui ordonne d’être présente lors de la réception pour le lui présenter.
Julia lui dit que son cœur appartient à un autre. Sa mère ne la croit pas. Julia lui dit que c’est Jimmie, le frère de son amie Sallie.
Melle Srone lui conseille d’accepter au moins de le rencontrer.
Mme Pendleton vient personnellement chercher sa fille pour l’emmener à la réception.
Ce matin-là, ses amies découvrent que Julia n’est plus là. Elle a fait une fugue.
La mère de Julia entre de force dans la chambre de Julia et découvre que sa fille n’est pas là.
Julia veut prendre le train, peu importe où il va, elle veut juste aller le plus loin possible.
Avant de partir, sa pensée va pour ses amies Judy et Sallie. Elle dit : « Tu me manqueras Judy, toi aussi Sallie mais c’est la seule solution. » Judy arrive à temps pour l’empêcher de fuir. Après cet évènement, Jimmie tombe amoureux de Julia (la scène est relatée dans la présentation du couple Jimmie/Julia).


Julia reçoit son diplôme, sa mère pleure, Jimmie l’applaudit et se met debout.
Lorsque Judy avoue devant tout le monde être une orpheline, Julia s’exclame : « Quel courage elle a eu ! Je n’imaginais pas qu’elle le dirait devant tout le monde » Julia était au courant, elle n’a jamais rien dit, elle pleure de joie pour Judy, elle est contente pour elle de s’être enfin libérée de son poids.
À la fin, Julia assiste évidemment au mariage de son oncle et de Judy. Elle se fiance à Jimmie qui va l’épouser lorsqu’il aura terminé ses études.




Voir le profil de l'utilisateur http://www.narcisse-et-les-dessins-animes.com

Message n° 4 Re: Papa longues jambes [1990] [S.Anim] le Ven 28 Fév 2014 - 19:39




Sallie McBride


Sallie McBride partage la chambre 301 avec Judy et Julia. C’est une jeune fille très timide et maladroite.
Dans le roman, Sallie est rousse, grande et fine.

Le jour de la cérémonie d’ouverture, Sallie est désignée pour réciter un discours de rentrée qu’elle a donc préparé. Elle est paralysée par le trac, et oublie son discours, elle bégaye, se répète, bafouille et ne sait plus du tout quoi dire. Judy lui vient en aide en lui écrivant ce qu’elle doit dire. Sallie n’a plus qu’à lire et tout répéter à haute voix. C’est la personnalité de Judy qui ressort de ce discours (elle l’a destiné du fond de son cœur à Papa Longues Jambes), le public fait une ovation à Sallie (mais tout le mérite revient à Judy).
Sallie la remercie et lui dit qu’elle est une sœur pour elle, elle la serre dans ses bras et l’embrasse. Sallie est très reconnaissante envers Judy, elle lui est redevable à vie.
Sallie présente Judy à ses parents. Le père de Sallie embrasse Judy, la serre contre lui et la remercie pour avoir aidé et sauvé sa fille d’une humiliation qui l’aurait poursuivie pour le restant de son parcours scolaire.
Depuis ce moment, Sallie est devenue l’une des meilleures amies de Judy, comme pour effacer une dette. Au début de leur présentation, Sallie éprouvait une sorte de répulsion aux manières et à l’apparence de Judy, elle n’avait pas tellement envie de la côtoyer, elle ne restait d’ailleurs qu’avec Julia (même pour se restaurer, elle avait honte d’avoir Judy à sa table).

A la deuxième année d’études, Julia ne voulait pas être la déléguée de classe, alors elle propose Sallie devant toute la classe. Cette dernière est contrainte d’accepter, d’autant plus que toute la classe la soutient.
Judy veut l’aider. Sallie a du mal à écrire son discours, mais elle veut le faire elle-même, car c’est son travail. Judy lui distribue les tracts, la soutien, l’encourage et la motive.
Sallie a du mal à attirer l’attention des élèves avec son discours, c’est Judy qui lui trouve de bonnes idées.
Au moment de faire son discours devant toute l’assemblée, Sallie est une nouvelle fois paralysée par le trac. Elle fait un malaise et tombe, elle a trop travaillé, elle s’est surmenée, elle avait passé toute la nuit à rédiger son discours.
Tout le monde se met à rire et se moque d’elle, Judy en colère la remplace en improvisant un discours et elle prend la défense de Sallie. Touchée, Julia est la première à applaudir et toute l’assemblée la suit.
Sallie est élue déléguée de sa promotion grâce, une nouvelle fois, à l’intervention de Judy.


Sallie décide d’inviter les enfants du foyer de Saint Georges à la kermesse du lycée. Elle avait été très émue de les voir chanter dans la rue, et les passants leur faire la charité.
Sallie soumet cette idée au Conseil qui la valide.
Pour savoir ce que les orphelins aimeraient avoir, Sallie compte se rendre sur place.
Sallie s’y rend avec Julia, elles sont toutes deux effrayées par la saleté, le manque d’éducation et les cris des orphelins. Elles ne s’attendaient pas à autant de crasse et de sauvagerie, elles trouvent l’endroit sordide.
Sallie dit à son retour : « Je ne pourrai pas les embrasser ni même leur tendre la main. » Elle ne se rendait pas compte que la réalité était aussi dure. Sallie a vite baissé les bras, elle n’est pas combative.
Sallie veut donc abandonner le projet d’inviter les orphelins. Judy qui n’était pas enthousiaste à ce projet, en veut à Julia et Sallie et leur fait des remontrances.
Grâce à Judy qui s’est rendue sur les lieux, le projet devient effectif. La chorale a fait un succès, ils ont récolté beaucoup d’argent. Sallie s’est montrée très généreuse avec eux.
Même Julia ne reconnait pas les enfants car ils étaient bien élevés, et bien habillés. C’est Melle Lambert qui avait elle même confectionné les costumes des orphelins pour la kermesse.


Sallie est une fille très gentille, discrète, chouchoutée par ses parents, c’est encore un gros bébé. C’est pour cela qu’elle ne veut pas se marier tout de suite. Elle rencontre Bob Carpenter, par l’intermédiaire de son frère, qui tombe amoureux d’elle.
Sallie hurle quand Bob lui attrape la main. Elle l’aime mais elle est trop timide.

Sallie ne sait pas se maquiller, elle s’est maquillée comme un gros bébé (elle porte même une grenouillère pour dormir) et c’est Julia qui la conseille et lui montre comment se maquiller.
Sallie est une jeune fille maladroite : lors du bal organisé par les Pendleton, en saluant les invités, elle se cogne contre le micro hi hi…
Sallie aussi n’aime pas les mondanités, elle préfère être avec Julia et Judy.

À la ferme Lock Willow, la mariée Carrie jette le bouquet, c’est Sallie qui le reçoit. C’est pourtant celle qui ne va pas se marier de sitôt.

Sallie apprend le jour de la cérémonie de remise des diplômes que Judy est une orpheline. Elle est en larmes par cette révélation poignante, et triste de ne pas l’avoir su plus tôt ; c’est comme si elle s’en voulait, car si elle l’avait su elle aurait redoublé d’affection et d’attentions envers Judy. Elle dit à Judy : « Je suis désolée je ne savais pas »

À 21 ans, Sallie continue à vivre chez ses parents, elle s’y trouvait bien et n’avait nullement l’intention de les quitter. Elle veut sacrifier sa vie pour les autres et aider les enfants nécessiteux.
Sallie est une personne d’une grande bonté et d’une grande générosité : on apprend à la fin qu’elle travaille chez Melle Lippett dans l’orphelinat où Judy a grandi. Sallie est marquée à vif par l’histoire émouvante de Judy. Elle s’en voudra toute sa vie de ne pas avoir choyé Judy lorsqu’elle le pouvait. Du coup plus tard, elle fait aux enfants orphelins ce qu’elle aurait voulu faire pour Judy.
Ce que Sallie fait pour ces orphelins n’a pas de prix.




On peut remarquer sur l’image que Sallie tient contre elle une petite fille rousse avec des couettes qui ressemble à Judy…C’est un petit clin d’œil à Judy Abbott.





Jervis Pendleton


Jervis Pendleton est l'oncle de Julia et c’est un homme richissime et très intelligent. C’est le frère cadet du père de Julia. Dans le roman, Jervis est roux au teint basané.
Il a 27 ans au début de l’animé, il est toujours célibataire.
C’est lui le président du comité de l'orphelinat John Grier, et c’est donc le bienfaiteur de Judy qu’elle surnomme « Papa longues jambes ».
Julia dit de lui qu’il est un peu bizarre, il n’aime pas beaucoup la compagnie des gens, il s’habille de façon excentrique, ce qui surprend souvent les autres. Parfois il conduit lui-même sa superbe voiture sans savoir où il va. Il est considéré comme une tête brulée et un excentrique dans sa famille.
On apprend que petit, Jervis était turbulent et casse-cou.

A vrai dire, Jervis est un homme original, c’est un marginal qui est très différent du reste de sa famille et plus largement des autres riches. Jervis déteste les soirées mondaines et la mentalité de la plupart des riches.
C’est un homme foncièrement bon et humain.
Il traite les autres avec égard, courtoisie ; c’est un homme très généreux, humble, qui accorde même le droit à ses employés de fonder un syndicat, ce qui lui vaut les railleries de sa famille.
Jervis est un homme simple, très gentil, aimable, sensible. Il a le sens de l’humour.
Il sait aussi très bien cuisiner.
Son seul défaut : il arrive toujours en retard hi hi…

Un jour, Julia demande à Judy de faire visiter à son oncle l’établissement : c’est la première rencontre entre Jervis et Judy. Ils tomberont amoureux et resteront régulièrement en contact (les détails concernant leur couple sont exposés plus bas).
Jervis est fasciné par les lettres de Judy.
Lors de ce rendez-vous, on découvre que Jervis et Julia sont exactement pareils : il donne au chauffeur beaucoup d’argent et lui dit gentiment de s’acheter des chaussures avec. Julia avait dit exactement la même chose à Judy.
Dans le roman, Jervis dit à Judy qu’il est une connaissance de « John Smith »

Jervis aime beaucoup sa nièce Julia, il sait qu’elle n’est pas comme les autres personnages de la haute société.
Judy raconte à papa longues jambes (donc à Jervis) que Julia était triste pendant le bal et qu’elle a demandé à Jimmie de faire la prochaine danse avec Julia. Jervis devait être content qu’elle rende heureuse sa nièce.
Jervis est aussi très content de constater que Julia change au contact de Judy.
Le fait que Judy et Julia soient dans la chambre 301 n’est pas un hasard : Jervis a fait en sorte que Julia et Judy se retrouvent dans la même chambre. Il savait qu’au contact de Judy, Julia changerait, il sait que sa nièce a très bon fond.
Jervis protège sa nièce. Quand Jimmie était très déçu que Judy soit amoureuse de Jervis, Jimmie avait dit : « Autant que je parte avec Julia » Cette réflexion n’a pas plu à Jervis qui a voulu le mettre en garde.
Aussi, Jervis veut donner Julia à Jimmie car il sait qu’elle l’aime. Il sait également qu’elle sera différente en l’épousant, et qu’elle ne deviendra jamais comme sa mère.


Un jour, Jervis invite Judy, Julia et Sallie voir à Broadway Hamlet, une pièce de Shakespeare.
Au théâtre, Jervis ne regarde que les réactions de Judy émerveillée.
Julia épie les gens avec ses jumelles, et Jervis lui détourne ses lunettes vers la scène de théâtre, en lui disant gentiment que le spectacle a lieu de l’autre coté. Julia rougit hi hi…


Jervis est un homme entreprenant, un homme de pouvoir, un manipulateur (dans le bon sens du terme), il dirige tout :
- Il ne voulait pas que Judy devienne indépendante, qu’elle travaille en dehors de ses études.
- En rentrant un soir de ses enseignements, Judy rencontre Jimmie en voiture. Il l’encourage à être indépendante, il est vraiment tout le contraire de Jervis.
Elle écrit à papa longues jambes pour lui dire que grâce à Jimmie elle a retrouvé la confiance en elle qu’elle avait perdue.
Jervis se met à croire qu’elle aime bien Jimmie car elle dit qu’elle a découvert, en côtoyant la famille où elle travaille, qu’on a tous besoin de quelqu’un qui fasse à attention à nous, qui nous écoute, surtout quand on a des problèmes lorsque l’on est triste. Et c’est Jimmie qui avait fait ça le soir où elle l’a rencontrée (car il lui avait dit que c’est bien qu’elle prenne son indépendance, qu’il fallait affronter les difficultés pour y arriver : Judy parlait de s’assumer, et Jimmie l’y encourageait).
Et là, Jervis pense à tort que Judy va se rapprocher de Jimmie, d’autant plus qu’il avait déjà vu que Jimmie tournait autour de Judy.
- Quand Judy reçoit une invitation de Jimmie pour les vacances d’été, elle écrit de suite à son papa longues jambes pour lui demander l’autorisation d’y aller. Elle lui précise que Jimmie compte lui apprendre à faire du canoë, à tirer à la carabine.
Jervis, de peur qu’elle ne s’attache à Jimmie, refuse immédiatement. Il lui envoie une lettre sous le pseudo « John Smith » pour lui dire qu’elle passera ses vacances à la ferme Lock Willow.
Jervis est un homme intelligent, il a compris que Jimmie comptait demander Judy en mariage, il a donc stoppé tout cela très vite de peur que Judy ne lui échappe. De toutes façons, il n’avait pas de souci à se faire, Judy n’est pas amoureuse de Jimmie.
- Pendant les vacances à la ferme, Judy fait lire à Jervis une lettre : c’est la réponse d’une revue littéraire à laquelle elle a écrit.
Jervis n’est pas content mais ne le montre pas, il a le visage un peu crispé hi hi…
La nouvelle de Judy va être publiée. Elle gagne un chèque de 50 dollars.
Judy confie à Jervis qu’elle va écrire une nouvelle où l’héroïne va devenir libre.
Jervis lui pose des questions, il lui demande si elle a des ennuis avec son tuteur, il veut savoir ce qu’elle pense et ce qu’elle va dire. Elle dit que son tuteur est bon et généreux. Constatant qu’elle ne se livre pas, Jervis lui dit : « Je ne suis plus ton ami ? Alors dis-moi tout. » Judy dit qu’elle veut continuer ses études, elle rêve d’être écrivain, qu’elle aura une bourse, et qu’elle gagnera de l’argent avec ses nouvelles.
Jervis lui dit que son tuteur lui paiera surement ses études. Judy veut être indépendante, et ne plus dépendre de son tuteur, elle dit qu’il veut tout décider, elle répète qu’il lui a interdit d’aller en vacances avec ses amis, qu’elle est déçue.
Jervis lui demande : « Et c’était si important d’être avec Jimmie ?» Judy dit de suite : « Mais il y avait aussi les autres ». Jervis est content, Judy dit qu’elle voulait juste avoir des vacances comme les jeunes gens de son âge, que ce n’est pas pour Jimmie. Jervis a compris qu’elle avait des projets avec Julia et Sallie, et que ce n’était pas pour se retrouver spécialement avec Jimmie.
- Quand Jervis apprend que Judy a fait une demande de bourse, il lui écrit immédiatement sous le pseudo John Smith pour lui dire qu’il considère qu’elle devrait renoncer à cette bourse, qu’il paiera si elle veut continuer ses études comme il l’a fait jusqu’à présent.
- Après avoir reçu la lettre de Judy (adressée à « papa longues jambes » où elle insistait pour être indépendante et obtenir une bourse), Jervis l’appelle de suite et lui laisse un message : il est de passage en ville et lui demande de le rejoindre à la gare.
Jervis est venu en urgence, il l’invite dimanche prochain (il fait exprès de l’inviter le même jour que Jimmie McBride), Judy accepte. Elle dit à Jervis qu’elle a obtenu une bourse, que son tuteur est dur et autoritaire. Jervis lui répond que son tuteur agit sûrement dans son intérêt.
Il ajoute qu’il a lu sa nouvelle qu’elle vient d’envoyer à un éditeur. Face à l’insistance et l’excitation de Judy qui ressasse qu’elle veut être indépendante, Jervis lui crie que les choses ne sont pas aussi simples, que sa dernière nouvelle n’a aucun intérêt ! Jervis lui dit de comprendre qu’elle ne pourra pas gagner sa vie en écrivant ce genre d’histoires, le monde est dur. Jervis a entièrement raison, il sait très bien de quoi il parle. Il conseille à Judy de se laisser guider par son tuteur. Judy lui crie qu’elle veut être libre. Jervis lui répond que son tuteur ne veut que son bien, qu’il a toujours su prendre soin d’elle.

Le père de Jervis veut qu’il se marie, il lui présente une belle femme : Catherine, la nièce de Mme Pendleton, la femme du frère de Jervis. Mais Jervis n’en veut pas, il n’aime que Judy.
D’ailleurs, Jervis et Judy vont s’avouer leur amour (la scène est décrite dans le sujet du couple Jervis/Judy).

Le soir du bal organisé par les Pendleton, humiliée et rabaissée par Mme Pendleton, Judy s’enfuit en courant. Jervis court après elle, la mère de Julia lui barre la route, elle ment en disant que Judy est fatiguée, Jervis sait qu’elle ment. Il lui demande ce qu’elle a raconté à Judy, elle lui dit : « Rien que la vérité. »
Le lendemain, Jervis est avec Sallie et Julia, il ne comprend pas pourquoi Judy refuse de répondre au téléphone. Il attrape et secoue sa belle-sœur avec colère. Il sait qu’elle est responsable du comportement de Judy mais ne sait pas jusqu’où elle a été dans ses propos, il est désorienté. Il lui dit qu’il n’épousera pas Catherine.

Jervis veut que Judy aille à la ferme Lock Willow assister au mariage de Carrie, pour la voir là-bas, il demande donc à son secrétaire M. Griggs de dire à Judy d’y aller.
Après la cérémonie, Jervis demandera Judy en mariage qui refusera de crainte que ce dernier se reproche un jour d’avoir épousé une orpheline. Judy n’ose en effet pas lui révéler ce secret.
Ce refus est un choc pour Jervis qui part à Paris. Jervis dit à Julia qu’il sera présent le jour de la cérémonie des diplômes, mais lui demande de ne pas le répéter à Judy.
À Paris, il contracte une pneumonie.
Judy l’apprendra juste avant la cérémonie de remise des diplômes et bouleversée, elle avouera à l’assemblée être une orpheline.
Elle compte ensuite rapidement rendre visite à Jervis mais M. Griggs viendra la chercher de toute urgence à la fin de la remise des diplômes en lui disant qu’elle doit au plus vite rencontrer John Smith (son bienfaiteur) qui est gravement malade.
C’est lors de cette « rencontre » que Jervis avouera à Judy qu’il est en réalité son « papa longues jambes ».
Jervis guérira et épousera Judy.





Katherine Lippett


Katherine Lippett dirige l'orphelinat John Grier. Elle n’est pas mariée.
Judy est sa petite protégée, d’autant qu’elle l’a élevée.
En choisissant Judy pour l’envoyer faire des études dans une école prestigieuse, Jervis Pendleton interdit à Melle Lippett de révéler son identité à Judy.

Melle Lippett est émue aux larmes de voir partir sa petite Judy, c’était sa préférée, elle était différente des autres enfants, elle lui a donné du fil à retordre, elle va lui manquer.
Melle Lippett dit à Judy de ne plus jamais revenir, que c’est pour son bien. Elle sait que Judy a un caractère difficile, qu’elle est impertinente, et que c’est une chance formidable qui lui est donnée de quitter l’orphelinat pour étudier dans une école prestigieuse et devenir plus tard quelqu’un, ce qu’elle n’aurait pas été en restant à l’orphelinat.
C’est Melle Lippett qui l’a appelée Judy Abbott, elle a pris le premier nom qu’elle a trouvé sur la première page de l’annuaire, et Judy est un prénom qui était gravé sur une tombe près de l’orphelinat.
Elle lui a appris à tenir une maison, coudre, la valeur du travail et le sens des responsabilités, Judy lui en est reconnaissante.
À la fin, Melle Lippett assiste au mariage de Judy et Jervis.

Dans le roman, Katherine Lippett est une directrice acariâtre qui réprimande tout le temps Judy. Celle-ci ne l’aime pas du tout, et ne gardera aucun contact avec elle.





Walter Griggs


Walter Griggs est le secrétaire de Jervis Pendleton, mais personne ne le sait. C’est un homme assez tête en l’air, maladroit, mais très gentil, souriant, c’est un gros nounours hi hi…
Il joue l’intermédiaire entre Judy et « John Smith », c’est lui qui écrit à Judy les lettres dictées par Jervis. Et c’est lui qui réceptionne les lettres de Judy pour les lire et/ou les transmettre à Jervis.
M. Griggs se charge d’expédier à Judy les présents que Jervis lui offre. C’est lui qui a apporté à Judy sa malle de vêtements à son entrée scolaire. Il s’occupe aussi implicitement de Judy. C’est lui qui a récupéré, au début du dessin animé, la valise de Judy volée par un petit malfrat.
C’est aussi lui qui accompagne Judy auprès de Jervis gravement malade.

M. Griggs est un homme de confiance, sur qui on peut compter. Il est le seul à connaitre tous les secrets de Jervis.

Malgré qu’il soit à son service, M. Griggs est très attaché à Jervis. Quand ce dernier était malade, M. Griggs pleurait, il était mort d’inquiétude, très affecté par sa maladie. Il ne voulait pas le perdre. Il a été soulagé et heureux de voir que l’amour de Judy ait sauvé Jervis.





Joanna Srone


Joanna Srone est la nouvelle directrice du pensionnat Lincoln.
Melle Srone voulait être avocate. Elle bénéficiait d’une bourse pour terminer ses études de droit, car elle n’avait pas beaucoup d’argent.
C’est une femme un peu aigrie car elle n’est pas mariée, elle a horreur qu’on l’appelle « Madame », et se met en colère à chaque fois qu’on l’appelle comme cela, elle exige qu’on l’appelle « Mademoiselle ».
Elle fait semblant de dire qu’elle n’a pas besoin et qu’elle ne veut pas de mari, mais elle en veut un plus que tout. Elle se montre toute mielleuse quand un homme se montre gentil avec elle.
Dès son arrivée au pensionnat, elle fait la connaissance de Judy qui se fait remarquer en voulant monter par la fenêtre son nouveau meuble à l’aide d’une corde. Melle Srone a très peur que Judy se blesse.
Ce soir là, Judy fait du bruit en déplaçant ses meubles pour arranger sa chambre, empêchant ainsi Melle Srone de dormir (sa chambre est juste en dessous de la 301). Melle Srone se rend dans la chambre de Judy, qui continue à faire du bruit réveillant ainsi toutes les filles du pensionnat. Melle Srone punit Judy : elle lui ordonne de recopier le règlement.
Judy le fait, mais l’écrit en tout petit en bas de page. Sur la feuille, elle dessine un portrait de Melle Srone, et le colle sur la porte de celle-ci.
Judy fait des frayeurs à Melle Srone en grimpant sur les toits du pensionnat. Melle Srone lui demande donc d’inscrire sur le règlement qu’il est interdit de monter sur les toits. Judy écrit : « Il est interdit de monter sur les toits devant Melle Srone. »
Sous ses airs sévères, Melle Srone est tellement gentille qu’elle ne punit jamais Judy pour ses insolences.

Avant de dormir, Melle Srone se fait des bigoudis.
Melle Srone conserve le téléphone, les filles doivent passer par elle pour pouvoir appeler, elle surveille leurs communications et leur interdit d’avoir des rendez-vous avec des garçons.
Elle attache beaucoup d’importance au respect du règlement, personne ne doit l’enfreindre.

Melle Srone tombe sous le charme de Jervis. La première fois qu’elle le voit, elle pensait qu’il voulait pénétrer dans le dortoir des filles, car elle l’a vu sur le toit des dortoirs de l’école.
Il se présente et lui dit qu’il était venu rendre visite à sa nièce. Melle Srone tombe sous son charme sous les yeux de Judy hi hi…
Quand Melle Srone apprend que Jervis vient, elle accepte immédiatement sa venue et court se préparer pour se faire belle. Elle dit même à Julia qu’il peut venir quand il le souhaite.
Le jour où Jervis est venu pour emmener Julia, Judy et Sallie en pique-nique, Melle Srone a attendu le retour de Jervis toute la journée, elle s’était fait belle.
Elle était déçue qu’il soit reparti aussitôt après avoir déposé les filles. Elle n’a pas pu le voir.

Melle Srone est une femme très gentille et serviable avec les jeunes filles, surtout avec Judy qui est sa préférée, et dont elle est proche.
Quand Leonora était très malade, Melle Srone voulait donner à Judy, Sallie et Julia un billet de train pour qu’elles aillent prévenir le père de Leonora à Philadelphie. Melle Srone a ensuite envoyé un télégramme à celui-ci.

En voyant Judy tricoter, Melle Srone lui dit que c’est magnifique. Elle lui demande de lui apprendre à faire un pull. Melle Srone rougit lorsque les élèves lui disent que c’est pour son amoureux. Melle Srone leur répond que c’est pour son père hi hi…

Un soir d’orage, Melle Srone a peur et se rend dans la chambre de Judy pour rester avec elle. Elles n’étaient que toutes les deux, tout le monde était parti en vacances d’été. Le lendemain, Melle Srone répond au chauffeur qui l’a appelée « Madame : « Peut-être en serais-je une en revenant de vacances. » Cela confirme que Melle Srone a envie de se marier.

Melle Srone passe le réveillon de Noël seule au pensionnat. Ce même soir, Judy rentre en larmes au pensionnat, Melle Srone est touchée et attristée de la voir dans cet état.
Melle Srone s’inquiète beaucoup pour Judy. Elle ressent quelque chose quant à sa condition.

Le jour de la cérémonie de remise des diplômes, Melle Srone est la première à applaudir, après le discours émouvant de Judy, et crie : « Bravo ! »

À la fin, Melle Srone assiste au mariage de Judy et Jervis.
Et on découvre qu’elle a enfin trouvé un mari, tant mieux pour elle hi hi….






Herman Melnore


Herman Melnore est le professeur de littérature et d’expression écrite au pensionnat Lincoln. Il est proche des élèves et est très aidant. Il est toujours là quand on a besoin de lui.
Lors du premier cours, il s’énerve contre Judy car elle ne connait pas les auteurs célèbres qu’il lui cite. Il croit qu’elle fait semblant, alors que Judy pensait qu’il lui citait des noms d’élèves absents de la classe.
Mais Judy devient rapidement son élève préférée. Il fait même paraitre avec fierté l’un des poèmes de Judy à la une de la gazette du lycée.
Herman Melnore conseille Judy lorsqu’elle en a besoin.

A l’épisode 24, le professeur offre un rôle à Judy et Julia pour une pièce de Shakespeare.
Le professeur confie un rôle d’homme à Julia, elle demande à Judy d’échanger son rôle avec elle. Judy accepte. Julia n’aime pas son nouveau rôle mais le professeur trouve qu’il lui va très bien.

Il aide Judy à obtenir une bourse d’études en joignant une lettre de recommandation pour que
Judy ait toutes ses chances.

M. Melnore a désigné Judy pour prononcer le discours de fin d’année au nom de toutes les jeunes diplômées. Judy est major de sa promotion, il est très fier d’elle et la félicite.
Le professeur est très touché d’apprendre, le jour de la cérémonie de remise des diplômes, que Judy est une orpheline. Il en pleure.





Jimmie McBride


Jimmie McBride est le grand frère de Sallie (il apparait à l’épisode 15). C’est un élève brillant. C’est surtout le meilleur joueur de l’équipe de Princeton, et c’est une grande vedette.
Julia et Judy le rencontrent à la cafétéria, mais c’est le soir du bal en l’honneur du cinquantième anniversaire du lycée Lincoln qu’elles découvrent qu’il est le frère de Sallie et que c’est une grande vedette de Princeton. Jimmie n’avait été serveur à la cafétéria que pour une seule journée, pour aider et remplacer un ami.
Les centres d’intérêt de Jimmie sont le football (qu’il aime plus que tout) et la nourriture.
Au départ, il avait remarqué Julia qui lui plaisait bien, mais il s’intéresse ensuite exclusivement à Judy car Julia l’a snobé (les scènes sont décrites dans le sujet consacré au couple Jimmie/Julia).
Jimmie a le sens de l’humour, et il aime cela en Judy (il le dit) ainsi qu’elle soit bonne vivante.

Jimmie rit en assistant à la pièce de théâtre jouée par Judy et Julia.

Jimmie est le contraire de Jervis. Il n’a pas la classe de Jervis, et encore moins les bonnes valeurs de Jervis. Jimmie encourageait Judy à s’assumer, à travailler, alors que Jervis était entièrement contre.
Jimmie représente le typique footballer américain.

Jimmie invite plus tard les trois filles à passer les grandes vacances dans sa propriété à la montagne. Il compte en profiter pour se rapprocher de Judy. Il est naturellement déçu qu’elle ne puisse pas venir. Jimmie demande à Judy de désobéir à son papa longues jambes, de faire comme si elle n’avait pas reçu de télégramme. Judy refuse. Jimmie est de très mauvais conseil et ne réfléchit pas aux conséquences de ses actes.

Un jour, au cinéma, Jimmie comprend que Judy est amoureuse de Jervis.
Jimmie dit : « Autant que je parte avec Julia »
Mais il finit par s’en aller furieux et très jaloux que Judy soit amoureuse de Jervis.
Jimmie a ensuite honte de son comportement et invite Judy à une fête de son université pour se faire pardonner de s’être mal conduit.

Cela a été dur, mais Jimmie finit par tomber amoureux de Julia.
Il vient la soutenir le jour de la cérémonie des diplômes, se fiance avec elle et l’épousera une fois qu’il aura terminé ses études.





Bob Carpenter


Bob Carpenter est un ami de Jimmie Mc Bride et c’est le capitaine de son équipe de football. Amoureux de Sallie, Bob lui écrit une lettre pour lui donner rendez-vous. Sallie et Bob se sont rencontrés pendant les vacances d’été, Jimmie l’avait invité.

Bob est un garçon timide et maladroit tout comme Sallie. Ce que Sallie aime surtout en lui, c’est sa dévotion pour les autres.
Sallie danse avec Bob lors de la fête de l’université de Princeton.
Bob vient soutenir Sallie le jour de la cérémonie des diplômes.
À la fin, Sallie ne souhaite pas se marier pour l’instant, Bob qui aurait souhaité partagé sa vie avec elle était un peu déçu au début, mais il accepte son choix et reste son ami. Il attend sûrement qu’elle soit prête pour l’épouser. De toute façon, il n’y a que Sallie pour l’épouser MORTE DE RIRE !





M. et Mme Pendleton


M. et Mme Pendleton sont les parents de Julia.
M. Pendleton est le frère ainé de Jervis.
Mme Pendleton (Rutherford est son nom de jeune fille) a habitué sa fille aux soirées mondaines. Elle lui inculque son goût pour les belles choses et le luxe.
Julia a d’ailleurs le style vestimentaire, la classe et la froideur de sa mère.

La mère de Julia ne voulait pas de Jimmie McBride pour sa fille, elle questionne Sallie au sujet de Jimmie.
Elle reproche à Jimmie d’avoir séduit son enfant, elle le suspecte de vouloir épouser une riche héritière.
Mme Pendleton, qui veut imposer un mari riche de la haute société à sa fille, pense que Julia est certainement ravie d’épouser un tel homme. Judy lui dit que sa fille est désespérée.
Judy ajoute que Julia sera malheureuse si elle épouse un homme qu’elle n’aime pas. Elle lui dit de laisser Julia faire ses propres choix et de prendre sa vie en main.
La mère rit, elle dit que Julia est incapable de prendre la moindre décision, qu’elle manque beaucoup trop de caractère pour ça. En entendant cela, Julia se rebelle contre sa mère, et impose son choix : Jimmie.
Pour se venger d’avoir « dévergondé » sa fille, Mme Pendleton humilie Judy le soir du bal organisé par les Pendleton et lui fait du chantage : elle la menace de ne plus revoir Jervis (comme expliqué dans la présentation de Judy).

Lorsque Judy, pendant son discours le jour de la cérémonie de remise des diplômes, commence à dire que son enfance n’a pas été particulièrement heureuse, la mère de Julia triomphante dit à son mari : « Tu vois c’est bien ce que je t’avais dit »
La mère de Julia ne s’attendait pas à ce que Judy dise devant toute l’assemblée qu’elle est une orpheline. Elle est étonnée qu’elle ait « le culot » de le dire. Elle ne voulait pas que cela se sache car c’est avec ce secret qu’elle faisait pression sur Judy pour qu’elle n’épouse pas Jervis. Mme Pendleton finit par pleurer, abattue par sa défaite.
Quant au père de Julia, il est réellement ému, il est en larmes après le discours de Judy.





Georges et Elisa Semple


Georges et Elisa Semple sont les propriétaires de la ferme Lock Willow qui leur a été offerte par Jervis Pendleton en témoignage de sa reconnaissance. Elisa était la nourrice de Jervis.

On apprend que Georges avait mis à la porte Julia et ses parents il y a trois ans.
Georges est très grognon et ne s’attache pas facilement, mais il est très gentil. Judy a réussi à le faire rire. Elle est partie lui pêcher un poisson. Georges a été touché par sa gentillesse et son bon cœur. Jervis et Judy sont les seules personnes auxquelles Georges se soit attaché.

À chaque fois que Judy se rend chez les Semple, elle dit qu’elle y trouve un vrai foyer, c’est assez touchant.
Judy appelle les Semple « oncle et tante », car elle n’a pas de famille, c’est très mignon. Les Semple sont très attachés à Judy et sont contents qu’elle les surnomme ainsi.
Quand Judy est allée chez les Semple pour le mariage de Carrie, pendant toute la matinée Georges attendait son arrivée.
À cette occasion, Georges dit à Julia qu’elle ne ressemble pas à ses parents, à des « snobinards arrogants ».





Jeannot et Carrie


Jeannot (Amasai dans le roman) et Carrie sont les employés des Semple à la ferme Lock Willow. Ils sont amoureux et vont finir par se marier. Ils se sont également attachés à Judy. Jeannot lui montrait d’ailleurs les recoins préférés de Jervis quand ce dernier petit vivait à la ferme avec les Semple.
Judy s’entend très bien avec Carrie, elle lui a d’ailleurs réajusté sa robe de mariée.
À la fin, on peut voir Carrie enceinte le jour du mariage de Jervis et Judy.



Voir le profil de l'utilisateur http://www.narcisse-et-les-dessins-animes.com

Message n° 5 Re: Papa longues jambes [1990] [S.Anim] le Ven 28 Fév 2014 - 19:39



L’avis de Narcisse :

Papa longues jambes fait partie de ces dessins animés que je trouve merveilleux, poignant par moments, émouvant et marquant, je l’aime énormément. Il fait partie à jamais de mes dessins animés préférés.
C’est un excellent dessin animé, très réaliste. Il m’a profondément touchée, il m’a fascinée, il est si saisissant, plein de surprises, romantique, et plein de valeurs.
Les épisodes se regardent avec grand intérêt et on a toujours envie de savoir ce qui va se passer par la suite ; ce qui fait que ce dessin animé se regarde très rapidement.
De plus, les épisodes sont très bien ficelés, complets, nous voyons les personnages grandir et évoluer et on a droit à une vraie fin, ce qui est assez rare ! D’ailleurs la fin est vraiment fabuleuse, tout ce que j’aime voir dans un dessin animé (les mariages).
Les personnages ont tous quelque chose de particulier mais j’ai nettement préféré Julia et Jervis.

J’aime énormément Julia, je l’ai aimée dès que je l’ai vue !
C’est le personnage que j’ai préféré dans ce dessin animé avec son élégance, sa classe, son langage éloquent et soutenu, et ses tenues vestimentaires. Julia porte de ravissantes robes (souvent bleues).
Je la trouve toute belle en rose. Je la trouvais très bien habillée lors de la kermesse, elle était toute belle en rouge, on aurait dit une petite reine. En fait, quoi qu’elle porte, tout lui va à ravir.

Julia est trop marrante. Elle me fait trop rire avec ses petits cris et manières snobinards.
Elle m’a bien fait rire lorsqu’elle s’est écriée : « C’est une véritable Cour des Miracles ! » après sa visite à l’orphelinat St Georges.

C’est une fille distinguée, très gâtée qui ne vivait que pour la richesse et la haute société ; mais en côtoyant Judy, elle a changé. Julia a appris la vie, elle a compris que l’argent ne faisait pas tout.
Il s’avère qu’elle a un cœur aussi bon que son oncle Jervis, qu’elle a le sens de l’amitié, qu’elle ne faisait aucune différence entre les riches et les pauvres, et que finalement cette haute société ne l’attirait pas tant que cela, tout au contraire.
Elle n’est pas arrogante comme les autres femmes très riches de son rang. C’est une fille qui a rapidement évolué, dans le bon sens du terme, et Judy y est pour beaucoup.
Ce qui compte pour Julia c’est le cœur de la personne et non pas son statut social : elle savait dès le départ que Judy était une orpheline, elle l’aimait tout de même et elle a gardé le secret sans faire part de sa découverte à quiconque (même pas à Sallie et encore moins à Judy).
Et malgré cela Julia a tout fait pour rapprocher Jervis et Judy, elle se fiche complètement qu’une « miséreuse » aux origines inconnues puisse intégrer leur famille. Ce qui compte pour elle c’est le bonheur de son oncle.
Julia, bien qu’étant une Pendleton, a un grand cœur pur et généreux.
Elle est d’une grande humilité, bonté envers les plus démunis (elle va même jusqu’à leur donner plusieurs de ses robes neuves lors de la collecte organisée par son l’école).


Jervis a également un grand cœur, une grande âme, c’est un homme pur, profondément bon, bienveillant et attendrissant. Ce qu’il a fait pour Judy est bien plus qu’admirable.
Je trouve que Jervis est un homme exceptionnel, merveilleux, fabuleux.
Il est richissime, sa famille est extrêmement respectée et malgré cette situation très aisée, Jervis est un homme profondément bon et généreux, gentil, humble, qui ne regarde que le cœur des gens et non pas leur physique et encore moins leur statut social.
Ce qu’il a fait pour Judy est extraordinaire, inimaginable, hors du commun : il l’a entièrement prise en charge financièrement, il lui a apporté le confort, de l’affection, de la tendresse. Il l’a sortie de la misère pour la mettre dans la lumière, il a changé toute sa vie, grâce à lui elle a trouvé des amies, elle a mûri, il lui a appris les choses de la vie et a fini par l’épouser.
Jervis a un côté manipulateur et calculateur (dans le bon sens du terme) très attirant, j’ai toujours aimé ce genre d’hommes hi hi hi…

Il est à observer qu’à l’épisode 23, nous avons un signe que Jervis est papa longues jambes pour ceux qui ne l’auraient pas encore deviné à ce stade du dessin animé :




J’ai assez bien aimé Judy mais elle n’est pas ma préférée.
Je trouve qu’elle devrait faire des efforts sur le plan de son apparence physique : se lâcher les cheveux, mettre des mèches, s’arranger un peu (mettre au moins une crème de jour, à défaut de se maquiller).
Elle est parfois attendrissante, elle me faisait de la peine, et parfois elle m’énerve quand elle est excitée.
Judy s’humiliait avec sa façon de manger, de se tenir, de parler, de bouger, quand elle se baladait partout parmi les parents d’élève, le jour de la cérémonie d’ouverture, avec sa pancarte en criant qu’elle s’appelle Judy Abbott, j’en avais honte pour elle.
Je la trouve toutefois pleine de vie, elle n’a pas de vice, elle est naturelle, elle manque simplement d’éducation.
Judy a apporté beaucoup de bonheur à son entourage. Elle a changé la vie de pas mal de gens, notamment réconcilié la famille chez laquelle elle a travaillé, elle est aidante, elle s’occupe des autres. Judy est également une excellente amie, elle est sensible et prête à tout pour le bonheur de ceux qu’elle aime, on peut toujours compter sur elle.

Je l’ai trouvée ingrate envers « papa longues jambes » à un certain moment.
En effet, ce dernier voulait qu’elle passe ses vacances d’été à la ferme (et non pas chez Jimmie) : j’ai trouvé la réaction de Judy très disproportionnée comme expliqué dans sa présentation.
Ensuite, son bienfaiteur a refusé que Judy obtienne une bourse car il souhaitait continuer à la prendre intégralement en charge.
Judy a eu des réactions violentes et tenu des propos très durs envers lui alors qu’en acceptant cette bourse, Judy privait une personne démunie de ce secours. Et j’ai trouvé ce comportement très ingrat et égoïste.
Je compare ce comportement à celui de Julia : quand elle n’a pas pu aller chez Jimmie pour les vacances de Noël, Julia a pleuré en silence, elle a subi, en a voulu à personne, elle était seulement triste.
Julia a ensuite tenu une réflexion pertinente en disant à Judy : « Après tout tu t’étais bien amusée la dernière fois, maintenant c’est mon tour »
Dernier point négatif : Judy, pour justifier son comportement, revendiquait un désir de liberté et d’indépendance. Or, c’était oublier que si elle était restée dans cet orphelinat, elle n’aurait jamais eu la chance que lui offre Jervis : elle n’aurait jamais fait ses études dans une école prestigieuse, ni mangé à sa faim, ni pu être vêtue comme une princesse, ni eu l’occasion de rédiger des nouvelles publiées dans un journal etc.
Ce comportement très ingrat était certes passager mais je l’ai jugé inacceptable car la chance qu’elle a est rarissime. Je note que ce comportement était passager car elle craignait par-dessus tout que son papa longues jambes se fâche et la renvoie à l’orphelinat. Elle lui a obéit uniquement par peur d’y retourner et de tout perdre (comme expliqué dans la présentation de Judy).
Bon, malgré ces aspects négatifs, Judy est une fille bien que j’ai tout de même appréciée car elle a bon fond.

J’ai décelé chez elle de gros problèmes psychologiques. Elle est en effet été très perturbée par son enfance malheureuse et vit dans la crainte qu’on découvre son passé qui la tourmente et qu’elle veut par dessus-tout oublier.
Judy était très affectée psychologiquement par son passé, ça l'a tant traumatisée qu'elle ne voulait pas le dévoiler, elle avait bien trop peur. Lorsqu’elle est affectée par quelque chose, elle s’imagine dans sa tête une histoire la plus sombre qu’il soit, et se met à hurler.
Judy m’a fait beaucoup de peine, surtout lorsqu’elle s’est fait humilier par la mère de Julia.
Ce que Mme Pendleton lui a dit est inadmissible et intolérable, d’autant plus que Judy est une enfant pour elle, elle a l’âge de Julia ; on ne s’adresse pas de cette façon à une jeune fille seule, sans défense qui plus est invitée dans un monde inconnu. Mme Pendleton était dans son territoire, en position de force, elle n’avait pas à l’attaquer, la rabaisser, la terrasser de la sorte, en plus d’un chantage affligeant et écœurant. Pauvre Judy, déjà avec son esprit meurtri cela est éprouvant pour elle au point de ne plus vouloir revoir son bien-aimé.

Jervis est son grand sauveur. Sans lui, Judy serait une pauvresse, une misérable, à la recherche d'un emploi, d’une maison, d’un refuge.
Jervis lui a donné un foyer (l'école), de l'argent, des cadeaux, un grand soutien psychologique et moral, de l'amour, il lui donnait de l'assurance, de la motivation.
Judy, elle a eu une enfance horrible et c'est une chance merveilleuse qu'elle a eu d'être choisie par Jervis. Le comportement de Jervis envers Judy est magnifique et indescriptible.


J’ai beaucoup aimé la relation d’amitié entre Judy, Julia et Sallie. C’est une amitié très forte qui les unit et on voit bien que celle-ci va durer.
Quand Judy n’est pas là, Julia et Sallie s’ennuient.
Elles pensent toujours les unes aux autres. Judy et Sallie pensaient à Julia lorsqu’elles étaient, pour Noël, à la campagne chez Sallie et Jimmie. Julia n’avait pas pu venir à cause de sa mère.
Malgré leur différence de classe sociale (là je pense à Julia qui était au courant dès le départ), Judy a été aimée.
Julia qui est tout de même issue de la haute société, s’est liée à Judy et lui est venue en aide à chaque fois que celle-ci en avait besoin.
Aussi, Julia a tout fait pour que Jervis soit en couple avec Judy (tout en la sachant orpheline) !
Quand Judy était tracassée, Julia lui disait d’appeler Jervis, elle voyait bien qu’elle était mal et disait : « J’aimerai tant l’aider » Julia est une merveilleuse amie.
Judy aussi a tout fait pour que Julia soit en couple avec Jimmie.
Sallie s’en voudra à la fin de ne pas avoir su que Judy était orpheline, ce qui la poussera à venir en aide aux orphelins.
Une profonde et belle amitié unit ces trois filles.
Cependant, je suis chiffonnée que Sallie soit devenue l’amie de Judy seulement parce qu’elle l’a sauvée le jour de la cérémonie d’ouverture, en lui en lui écrivant ce qu’elle devait dire pour son discours. C’est le point de départ de l’amitié entre Judy et Sallie. Sallie me fait fortement penser à Patricia (du dessin animé Candy) qui a aimé Candy juste pour avoir Alistair.
Tandis qu’avec Julia, il y a une évolution naturelle des liens.


Melle Lippett est une femme admirable qui a très bien éduqué Judy.
Melle Srone est un personnage amusant que j’aime vraiment beaucoup !
La première fois que je l’ai vue, j’ai cru qu’elle serait méchante mais j’ai rapidement pu voir que c’est une femme géniale, vraiment très gentille.
J’ai beaucoup aimé sa grande complicité avec Judy. Elle lui dit même : « Ma chérie »
Aussi, elle était complètement sous le charme de Jervis hi hi…J’étais morte de rire quand il venait, qu’elle se pomponnait pour le recevoir, et qu’elle rougissait comme une jeune fille en fleurs.
Elle m’avait marquée quand elle avait eu de la peine pour Judy qui était revenue en pleurs dans sa chambre après que la mère de Julia l’ait humiliée.
C’était mignon de la voir à la fin au mariage de Jervis et Judy.
Je suis heureuse pour elle qu’elle ait fini par se trouver un mari hi hi…




Le couple Jimmie/Julia




Jimmie et Julia est un couple qui avait pourtant bien démarré puisque Jimmie était intéressé par Julia, mais à cause de l’attitude de celle-ci, Jimmie s’est éloigné et s’est mis à s’intéresser exclusivement à Judy (mais il n’en était pas vraiment amoureux).
Il tombe ensuite vraiment amoureux de Julia. Voici leur histoire :

Jimmie est serveur pour une journée dans une cafétéria, il aide Judy à porter et poser ses paquets, il remarque l’attitude spéciale de Julia qui est snobe. C’est la toute première fois qu’ils se rencontrent : il lui conseille le hot dog spécial, elle refuse par fierté, elle veut un normal. Julia le trouve trop obséquieux. Julia lui réclame un couteau et une fourchette, elle refuse de manger avec les doigts. Jimmie s’approche d’elle et la regarde dans les yeux, puis l’incite avec gentillesse à manger avec les doigts, il lui met de la moutarde dans son hot dog, Julia obéit et mord dans son hot dog avec les doigts hi hi…




Julia rougit, elle regarde Jimmie, il lui adresse un signe de la main, elle rougit de plus belle, elle est tombée amoureuse de lui.




Julia n’arrête pas de parler de lui.
Elle retourne même dans cette cafétéria dans l’espoir de le revoir mais il ne s’y trouve plus.

Au bal organisé pour le cinquantième anniversaire du lycée Lincoln, Julia tombe sur Jimmie en allant chercher quelque chose à boire : c’est un signe ! En plus ils étaient en bleu tous les deux hi hi…
Il lui sourit comme Jervis sourit à Judy.




Jimmie lui demande d’être sa cavalière, encore une fois elle refuse par fierté, et lui propose Judy.
Judy danse donc avec Jimmie. À la base, c’est Julia que Jimmie a repérée.
Julia entend pendant le bal que Jimmie est le meilleur joueur de l’équipe de Princeton, que c’est une vedette.
Julia s’excuse pour son attitude auprès de Jimmie. Elle est gênée. Elle apprend que Jimmie n’était serveur que pendant une journée, il remplaçait un ami. C’est peut-être aussi pour cela qu’elle se refusait à le côtoyer au vu de son statut social, malgré son coup de foudre. Car il faut avoir à l’esprit que Julia est sous l’emprise de ses parents, l’idée de se rebeller et d’imposer ses choix ne se présentait pas encore à son esprit.
Les trois cavaliers de Julia ont tous eu un empêchement de dernière minute. Elle fait donc tapisserie. Elle est triste, et Judy demande à Jimmie de faire la prochaine danse avec Julia.
Jimmie invite Julia à danser, celle-ci accepte enfin.

Julia se met à lire des revues sur le football américain.
Quant à Jimmie, il se met à s’intéresser à Judy. À la base il voulait bien de Julia, mais Judy lui convenait dans certaines caractéristiques : elle a le sens de l’humour, elle est très bonne vivante, pas maniérée, tout était plus simple avec elle.
De son coté, Julia chantonne, elle est plus heureuse depuis le bal, elle est sur un nuage, elle apprend les règles du football par cœur par amour pour Jimmie.


Jimmie invite Judy à venir passer les vacances de Noël chez lui. Alors Julia demande à Jimmie si elle est aussi invitée. Jimmie lui dit que ce n’est pas une réception mondaine, que c’est à la campagne car il sait qu’elle n’aime pas. Mais Julia s’impose et lui répond qu’elle aime la campagne hi hi…Jimmie accepte donc qu’elle vienne.
Julia appelle sa mère pour lui apprendre cette nouvelle, sa mère refuse, elle veut que sa fille fasse ses débuts dans la haute société. Julia ne compte pas se laisser faire.
Judy tricote un cadeau pour Jimmie. Sallie conseille à Julia d’en faire de même car c’est plus personnalisé. Julia refuse de coudre, elle se demande pourquoi se fatiguer à coudre des choses alors qu’on peut les acheter toutes faites. Cependant, Julia ne trouve rien d’intéressant à offrir à Jimmie en faisant les boutiques.
Julia décide donc d’acheter un manuel pour tricoter, et la laine la plus chère. Elle se met à coudre une écharpe pour Jimmie.
Julia réalise son ouvrage avec tout son amour, elle y passe même la nuit.
Le jour du départ en vacances, Julia a terminé son écharpe, elle est si heureuse et fière d’elle.
Elle fait un paquet avec un joli nœud bleu. Mais sa joie est de courte durée : Melle Srone vient chercher Julia car sa mère est arrivée, elle l’attend dans le hall. La pauvre Julia pleure et doit partir avec elle.
Elle a confié à Judy l’écharpe qu’elle a faite pour Jimmie. Julia est en larmes dans la voiture, mais elle pleure en silence.
Sa mère la force à se rendre à une réception mondaine.
Julia a cousu les initiales J.M de Jimmie McBride sur l’écharpe. Jimmie est étonné que Julia ait pu réaliser un si bel ouvrage, il est très heureux.




Lorsque Jimmie et Julia faisaient de la barque, elle voulait qu’il la félicite comme il félicite Judy.
Julia s’impose ensuite pour les vacances d’été chez Jimmie, il se sent donc obligé de l’inviter. Julia est toute heureuse de passer ses vacances chez lui.

Jimmie envoie une lettre à Judy et Sallie pour les inviter à une fête à l’université, mais il n’invite pas Julia. Je trouve qu’il traitait vraiment Julia comme une moins que rien, et manque de respect, il ne la mérite pas.
Judy accepte de venir à la seule condition que Julia soit présente.
Julia est très heureuse de recevoir cette invitation sans être au courant que c’est grâce à Judy.
Jimmie danse avec Julia pendant la fête.
Julia entend ensuite une conversation de Jimmie qui dit à Sallie qu’il avait invité Judy comme cavalière, qu’elle a refusé, qu’elle a dit qu’elle ne viendrait pas si Julia ne venait pas, et que c’est à cause de Judy qu’il a invité Julia.
Julia, sous le choc, renverse son verre. Jimmie est gêné qu’elle entende cela.
Julia crie sur Jimmie : « Tu n’as jamais voulu m’inviter à ce bal » Elle reproche à Judy d’avoir eu pitié d’elle. Elle pensait que Jimmie voulait passer l’après midi avec elle, elle dit qu’elle était tellement heureuse, qu’elle sait qu’il préfère Judy mais pensait qu’elle commençait un peu à l’intéresser et que c’est pour cela qu’il l’avait choisie comme cavalière. Julia fond en larmes.
Elle reproche à Jimmie de ne pas avoir eu le courage de lui dire la vérité, qu’il n’a pas le droit de jouer avec ses sentiments, de la traiter comme il l’a fait.
Jimmie lui demande pardon, il lui dit qu’il ne pensait pas que cela pouvait la faire souffrir, il dit qu’il ne s’en était pas rendu compte. Il lui demande d’être son amie malgré tout. Tout est arrangé, la fête reprend.
Julia est heureuse, c’est la première fois que Jimmie lui parle aussi gentiment. Judy demande ensuite pardon à Julia qui lui pardonne naturellement.
Julia sait très bien parler, elle a su l’avoir son Jimmie !




La mère de Julia veut la forcer à épouser un homme riche issu de la haute société.
Julia annonce ses futures fiançailles à Jimmie mais quand elle l’entend la féliciter pour cette nouvelle et lui présenter tous ses vœux de bonheur, elle se rue hors du restaurant en pleurant.
Jimmie comprend trop tard que Julia est bouleversée et court à sa recherche.
Judy retrouve à temps Julia. Celle-ci fait ensuite semblant d’être blessée devant sa mère.
Julia enlève son bandage en entendant sa mère dire qu’elle est incapable de prendre la moindre décision, qu’elle manque trop de caractère pour cela. Julia dit quelle n’était pas du tout blessée, qu’elle a eu l’idée de tout cela.
Julia dit à sa mère qu’elle l’accompagne et qu’elle refusera la demande en mariage, qu’elle est capable de prendre sa vie en main.
Sallie lui dit « Bravo ». Julia remercie ensuite Jimmie. Elle lui dit qu’elle est très reconnaissante de ce qu’il lui a fait.
Il rougit. C’est là qu’il est tombé amoureux d’elle. Il lui dit que cela l’aurait ennuyé qu’elle se marie. Julia rougit. Julia dit au revoir à Jimmie. Tout rouge, il lui dit : « Quand tu reviendras, on pourrait aller au cinéma ? » Julia, heureuse, lui saute au cou.




Il est à relever que Jimmie n’a jamais rougi devant Judy, mais devant Julia si ! Ce qui est l’une des preuves démontrant que ce que ressentait Jimmie pour Judy n’était en rien un véritable amour mais simplement une forte amitié.

À 21 ans, Julia est fiancée à Jimmie. Ils comptent se marier une fois les études de Jimmie terminées.
À la fin, on voit Julia « jetée en pâture » devant toute l’équipe de football de Jimmie sous le regard de ce dernier. Elle est en tenue de rugbyman hi hi…Mais même dans cette tenue elle reste classe, Julia a toujours de l’allure !











Le couple Jervis/Judy




J’aime beaucoup ce couple qui m’a vraiment marquée, ils me font tous les deux un peu penser à deux couples que j’aime énormément : Albert-Candy et Maxime Darcy-Laura.
Jervis, Albert et Maxime Darcy sont des hommes de pouvoir (blonds aux yeux bleus hi hi), des sauveurs qui agissent dans l’ombre, qui contrôlent tout à distance. Et il y a aussi le thème de la différence d’âge, le thème de la destinée, du grand amour, le fait que les trois jeunes filles soient pauvres, qu’elles doivent tout à l’être aimé, leur reconnaissance est profonde et intense, ce qui donne des couples unis, soudés : ce sont des amours riches et éternels.
Jervis a parfaitement su allier l’ombre (Papa longues jambes) et la présence (Jervis).
Des trois hommes, c’est celui qui a le mieux géré cette situation.

Voici l’histoire de Jervis et Judy :

La première véritable rencontre entre Jervis (le président du comité de l'orphelinat John Grier) et Judy (une petite orpheline) a lieu à l’orphelinat, lorsque Judy courait dans le couloir en pleurs, elle a heurté de plein fouet son futur sauveur Jervis sans le savoir ni même le voir :




Au départ, Jervis était amusé par la rédaction de Judy, il a découvert Judy au fur et à mesure de ses écrits car Judy se livrait complètement à « papa longues jambes » sans évidemment savoir que papa longues jambes et Jervis ne forment qu’une seule et même personne.
Curieux, Jervis a voulu alors la rencontrer car il l’aimait beaucoup à travers ses écrits. Il décide donc de se rendre au pensionnat pour une après-midi. Il choisit évidemment une journée où Julia ne peut pas se libérer.
Julia demande donc à Judy de recevoir son oncle.
Judy l’attend longuement et s’endort dans l’herbe. C’est Jervis qui la réveille, il a plus d’une heure et demie de retard.
Il lui dit qu’il a rendez-vous, il fait exprès de se rapprocher tout près d’elle et d’effleurer sa main du bout des doigts.




Il se présente à elle. Elle découvre que c’est lui Jervis.
Jervis veut qu’elle lui montre sa place préférée : elle l’emmène sur le toit des dortoirs. Jervis l’y rejoint pieds nus, il la trouve fantastique.
[Il est à noter que le poème de Judy (« Vue de ma chambre », qu’elle a envoyé à son papa longues jambes) a aussi donné l’envie à Jervis de venir voir de ses propres yeux le splendide panorama qu’on voit de la fenêtre de Judy, et qu’elle lui a décrit dans son poème.]

C’est que lorsqu’il est monté sur le toit pieds nus que Judy l’a énormément apprécié.
Dans la chambre de Judy, Jervis voit le portrait qu’elle a dessiné de papa longues jambes. Il le regarde avec tendresse.




Il emmène ensuite Judy à la cafétéria du lycée. Jervis est un homme très galant. Il lui offre tout ce qu’elle désire manger. A la cafétéria, il se rapproche encore d’elle hi hi…




Dans ce monde de riches égoïstes, froids et prétentieux, Judy distrait Jervis et lui apporte autre chose. Jervis la fait rire. C’est un marginal tout comme Judy. Elle passe auprès de lui une journée fantastique et inoubliable.
Judy est tombée complètement amoureuse de Jervis dès le premier jour. Il lui a attrapé la main, en l’aidant à essuyer le morceau de glace qu’elle a renversée parce qu’elle le regardait passionnément avec un large sourire béat, pour qu’elle tombe amoureuse de lui et son plan fonctionne à merveille.




Judy remarque en rentrant au pensionnat, qu’elle a une fossette qu’elle n’avait jamais remarquée, signe qu’elle est tombée amoureuse de Jervis.




Désormais, Jervis peut enfin lui écrire. Cet après midi a été pour lui la plus extraordinaire qu’il ait passé depuis longtemps.
Il envoie à Judy une boite de chocolat pour la remercier.


Après sa rencontre avec Jimmie, celui-ci l’appelle pour lui dire qu’il aimerait mieux la connaitre, voir la maison où elle a grandi. Judy a un grand choc émotionnel. Elle écrit à papa longues jambes qu’elle a honte d’être une orpheline, qu’elle n’est qu’un tissu de mensonges.
Jervis décide donc de venir pour lui remonter le moral, pour qu’elle n’ait pas honte de ses origines, il veut aussi qu’elle se confie à lui.
Dans la voiture, Jervis lui dit : « Allez Judy, viens t’asseoir près de moi » hi hi…
Il dit à Julia de rester naturelle, comme Judy.
C’est un message de Jervis adressé à Judy pour lui dire de rester naturelle.
Jervis sait bien cuisiner. Il a fait exprès de ne pas apporter de couverts pour que tout le monde mange avec les doigts et faire comprendre à Judy qu’importe d’où l’on vient, tout le monde est pareil, que l’on soit riche ou pauvre, ce qui compte c’est d’être naturel, c’est la spontanéité de la personne qui importe.
Il dit à Judy qu’elle rend les gens gais. Elle lui dit que c’est un homme profond et non farfelu, il lui serre fort la main pour lui redonner confiance. Il lui dit que les gens ont tous besoin de porter un masque, ils se font passer pour ce qu’ils ne sont pas, ils mentent tout le temps et se mentent à eux-mêmes. Il lui dit que cela ne l’intéresse pas ce que les gens pensent de lui, et s’ils se trompent sur lui c’est tant pis pour eux. Il n’accepte pas le jugement des gens qui ne le connaissent pas car ceux qui l’aiment ne le jugent pas, et ce sont ceux qui le connaissent vraiment.
Il lui suffit d’une seule amie pour être heureux, il précise : « Une amie comme toi Judy »
Il lui dit que sous son masque rigolo que tout le monde connait, il peut avoir la même tristesse que Judy. Il lui dit que si on veut avoir de vrais amis, il faut leur faire confiance.
Jervis lui a remonté le moral, il dit à Judy qu’elle est merveilleuse.
Judy a compris le message de Jervis : il lui a fait comprendre que les jugements des gens ne sont pas importants, et ce sont ceux qui l’aiment vraiment qui l’accepteront telle qu’elle est. Judy sait qu’elle peut lui faire confiance, elle sait qu’elle peut lui dire qu’elle est orpheline (même si elle a un doute, elle dit qu’elle verra bien sa réaction). Elle attend le bon moment pour lui dire. Judy va beaucoup mieux.


Quand Judy a écrit à son papa longues jambes pour lui faire part de son envie de travailler pour s’assumer, Jervis lui a répondu par l’intermédiaire de M. Griggs pour l’en dissuader.
Jervis l’appelle même au téléphone, il lui demande pourquoi elle tient tant à travailler. Il lui demande si son tuteur est au courant pour ce nouveau travail. Elle lui dit que oui.
Jervis n’est pas content du tout.
Judy rend le téléphone à Julia, cette sacrée Julia laisse Jervis parler au téléphone, qui appelait « Judy, Judy » Elle était étonnée d’entendre ce son de voix inquiet, elle a bien vu qu’il aime Judy.
Julia lui dit : « Dites moi mon oncle pourquoi vous inquiétez vous autant pour Judy » hi hi…


Pendant les vacances à la ferme, Judy dit à Jervis : « J’aime tant vous écouter ». Jervis est très heureux de l’entendre.
Un violent orage éclate alors que Jervis et Judy se trouvent en pique-nique. Judy tombe dans un petit ravin. Jervis a eu très peur, il a cru qu’elle allait mourir, et il se sent responsable de Judy, il ne se serait jamais pardonné s’il lui était arrivé malheur.
Il vient la chercher. Elle se serre contre lui. Judy lui dit : « Protège moi je t’en supplie » elle le tutoie la première, ce qui manque cruellement de romantisme à mon goût, elle lui manque totalement de respect.




Le lendemain, en partant, Judy lui dit qu’en ce moment elle écrit une histoire d’amour. Jervis lui fait un bisou sur la joue, lui dit qu’elle peut l’appeler Jervis, et qu’elle peut aussi continuer à le tutoyer. Je trouve cela assez moche que cette marque d’intimité soit venue d’abord de la part de Judy. Il aurait était tellement plus beau que ce soit Jervis qu’il le lui suggère en premier.
À présent, Judy pense à se marier avec Jervis, en repensant aux moments de vacances qu’elle a passés avec lui.


Au cinéma, Jimmie invite Judy à prendre une tasse de café.
Jimmie demande à Judy si elle a rencontré un garçon. Elle dit que oui. Jimmie lui dit qu’elle lui plait beaucoup. Judy lui répond qu’elle n’a pas le temps de penser aux garçons, qu’elle veut être indépendante. Jimmie lui demande si elle pourra l’aimer un jour ou si elle a déjà quelqu’un dans sa vie. Il lui demande s’il peut garder un espoir ou non.
Jervis arrive et entend Judy dire : « Je suis désolée il ne faut pas, le garçon dont je t’ai parlé, eh bien je l’aime de tout mon cœur. Je ne pourrai jamais en aimer un autre que lui. »
C’est magnifique que Jervis entende cela, il en est très heureux et cela le rassure (il avait toujours un léger doute quant à ce Jimmie). Jimmie a un choc.
Jimmie demande : « Mais qui c’est ? Tu ne peux pas me le dire hein ? »
Judy se retourne et voit Jervis qui lui sourit, elle s’écrie avec joie : « Jervis ! » C’est vraiment un super moment.
Avant de partir, Jervis lui dit : « J’ai été très touché ».
Judy rougit, elle comprend qu’il a tout entendu hi hi…
Jervis est soulagé, il a la preuve formelle que Judy est amoureuse de lui.




Jimmie invite Judy à une fête à l’université, elle décline l’invitation au téléphone puis pose la condition que Julia soit aussi invitée pour venir.
Judy commence à se dire que si Jervis sait d’où elle vient, il ne voudra plus d’elle.
Jervis lui apporte des roses rouges (symbole d’amour) lors du rendez-vous auquel elle ne se rend pas puisqu’elle s’est rendue à la fête de Jimmie. Judy n’a en effet pas digéré le fait que Jervis lui dise la vérité en face : elle ne pourra jamais être indépendante et libre, vouloir vivre des histoires qu’elle écrit est impossible. La vie est bien cruelle et dure.
Je pense que Jervis allait faire sa demande en mariage ce dimanche où il lui a apporté des roses rouges.
A cinq heures, elle part en vitesse de la cérémonie pour rejoindre Jervis mais il n’est plus là, elle arrive trop tard. Il donne à Melle Srone les roses rouges qu’il comptait offrir à Judy. Il en veut à Judy d’être allée au bal. Judy s’en veut à présent et pleure en disant qu’elle regrette.




Jervis lui envoie un paquet : c’est son roman avec une lettre. Il lui a annoté son roman, il y a énormément d’annotations en rouges. Il lui demande de les lire attentivement. Judy s’en veut encore plus.
Julia appelle Jervis au téléphone pour lui passer Judy (Julia est une très bonne amie). Judy veut venir le voir à New-York, il ne peut pas, il dit qu’il n’a pas de temps libre en ce moment.
Elle lui raccroche au nez, elle est très déçue. Elle repense aux instants qu’elle a passés avec Jervis.
Judy pense que Jervis et elle viennent d’un monde trop différent. Elle commence à très mal se sentir, à s’imaginer des choses horribles et sombres dans sa tête « de folle », elle se dit même que Jervis ne l’a jamais aimée. Elle rate son panier (en jouant au basket) au moment même où Jervis, qui tentait de la joindre, raccroche le combiné téléphonique : c’est symbolique, ils se sont manqués.
Judy fait un cauchemar presque prémonitoire : elle rêve que Jervis est avec une femme. Justement, le père de Jervis lui a présenté une femme (sauf qu’elle ne l’intéresse pas, Jervis n’aime que Judy).
Judy nage en plein désespoir, elle se demande si Jervis la hait, elle est complètement perdue.

Julia dit à Judy d’oublier son oncle : elle a téléphoné à son père qui lui dit que Jervis espère faire prospérer sa compagnie pétrolière, et qu’il compte pour cela faire un mariage d’affaire avec une riche héritière. S’il l’épouse il doublera ses capitaux et sa compagnie deviendra l’une des plus puissantes de tout le pays.
Judy pense au rêve qu’elle a récemment fait. Julia essaie de dire du mal de Jervis pour remonter le moral à Judy : elle lui dit qu’il n’a pas de cœur, lui demande de l’oublier, de ne plus penser à lui, qu’il est stupide.
Judy fait mine de le prendre bien, Sallie tombe dans le panneau mais Julia voit bien que Judy joue la comédie.
Judy fond en larmes, elle est morte de chagrin.

Elle reçoit une lettre de Jervis, elle ne la lit pas.
Judy pense que la lettre de Jervis est une lettre d’adieu, par la suite elle finit par la lire : il s’excuse, il dit qu’il a compris ses paroles blessantes, qu’il n’a jamais eu l’intention de la rejeter, qu’un jour il lui dira pour quelle raison il ne voulait pas qu’elle vienne à New-York mais pour le moment il ne peut rien lui expliquer (car elle aurait deviné que c’est papa longues jambes). Il lui dit de considérer que ce qui s’est passé n’est qu’un simple petit malentendu qui ne change rien à leurs sentiments, il lui donne rendez-vous samedi soir devant le portail.
Judy est fortement soulagée, elle a eu une peur folle de le perdre.
Jervis arrive, Judy pleure et lui saute dessus, se serre contre lui, et lui dit : « Je t’aime tant Jervis. Je t’aime tant, je ne voulais pas te perdre. » Il lui dit : « Je t’aime. Moi aussi je t’aime. » Une fois de plus c’est elle qui fait le premier pas.
Elle lui dit : « Mais ta fiancée ? Il lui répond : « Elle et moi sont tombés sur le fait qu’on ne devait plus jamais se revoir. »
Il la serre dans ses bras. Elle lui redit qu’elle l’aime, elle lève sa tête pour se faire embrasser et il l’embrasse. La scène n’est pas très belle à voir pour moi, j’ai honte pour Judy qui n’est pas attirante, qui ne se montre pas timide et qui se trouve face à un très bel homme, très élégant.
C’est la première à lui avoir dit « Je t’aime », ce qui n’est pas romantique pour moi.




Judy se dit qu’elle doit la vérité à Jervis, qu’elle va tout lui dire, mais elle ne le fera pas, elle n’en aura pas le courage.
Judy retrouve Jervis à la ferme Lock Willow.
Le soir, Jervis la rejoint. Il veut l’emmener dehors mais Judy ne veut pas (elle lui dit : « Pas ce soir, nous parlerons demain. ») car Mme Pendleton a exercé un chantage sur elle et l’a menacée de s’éloigner de Jervis.
Pendant le mariage de Carrie et Jeannot, Jervis regarde Judy qui est émerveillée par la cérémonie.
Il la regarde avec tristesse car il sait que la mère de Julia lui a dit des paroles blessantes. Il sait qu’elle a de la peine et s’en veut de ne pas avoir été là pour la protéger.
Après que la mariée jette le bouquet, Jervis demande Judy en mariage.
Voici sa belle déclaration : « Ecoute-moi ! Le moment est mal choisi mais je voudrai qu’on parle tous les deux, maintenant !
Je veux t’aider, pour ta carrière d’écrivain, tu peux compter sur mon soutien mais avant toute chose j’aimerai que tu deviennes ma femme, je voudrai me marier avec toi.
Judy, épouse-moi. »
Comme c’est romantique !
Il lui tend une bague de mariage. Judy dit que c’est impossible. Jervis lui demande pourquoi, il lui demande si c’est à cause de ce que lui a dit la mère de Julia.
Judy lui dit qu’ils sont trop différents, qu’ils ne peuvent pas se marier. Il lui demande de s’expliquer, il veut qu’elle lui dise. Elle lui dit qu’elle n’est pas assez bien pour lui, qu’ils ne pourront jamais être heureux.
Jervis lui dit : « Dis-moi que tu m’aimes, je n’peux pas vivre sans toi. » C’est tellement beau ! Elle lui dit en larmes qu’elle n’a pas le droit de l’aimer. Elle lui dit : « Je ne t’aime pas, sors de ma vie. » Le choc est terrible pour Jervis, il fait tomber la bague, il s’effondre au sol choquée et ne sait plus que faire. Judy s’en va, emplie de douleur.




Bien qu’elle soit malheureuse à cause de Mme Pendleton, je trouve que Judy a été bien trop dure, après tout ce que Jervis a fait pour elle, après toute sa gentillesse, sa bonté, sa douceur, sa tendresse et son amour.

Le jour de la cérémonie de remise des diplômes, Judy a le terrible choc d’apprendre que Jervis est tombé gravement malade, il est atteint d’une pneumonie.
M. Griggs, affolé, vient la chercher en urgence pour qu’elle aille rejoindre M. John Smith qui est tombé gravement malade. Judy choisit de se rendre au chevet de son papa longues jambes, mais pense aussi à Jervis.
En route, elle pense à tous les instants où papa longues jambes l’a sauvée, offert des cadeaux, à tout ce qu’il a fait pour elle. Elle dit qu’il est tout pour elle.
Ensuite elle pense à Jervis, c’est très dur pour elle de ne pas aller le voir, mais elle se doit d’aller voir son bienfaiteur.
Arrivée chez lui, elle voit la canne de papa longues jambes à coté d’une des portes de chambre de la demeure, elle pénètre dans la pièce, elle revoit son ombre sur le mur. Il lui tend les bras et lui dit : « Judy » C’est Jervis, il l’attendait sur le balcon, il s’approche d’elle chancelant et lui dit : « Je suis ton papa longues jambes. »
Judy lui dit avec grande émotion : « C’est toi qui m’a sauvée la vie en me faisant quitter cet orphelinat de malheur ? C’est toi qui s’es occupé de moi toutes ces années ? »
Il lui dit « Oui » L’amour de Judy pour Jervis est encore plus grand.
Elle lui dit les larmes aux yeux : « Tu es mon sauveur » Il lui demande pardon de ne pas lui avoir dit plus tôt.
Judy lui dit que c’est le plus beau jour de sa vie. Elle lui dit qu’elle ne veut plus jamais le quitter, qu’elle veut finir sa vie auprès de lui, qu’elle l’aime tant, qu’elle est si heureuse.
Il lui dit : « je t’aime tant moi aussi »
Il s’effondre. M Griggs dit à Judy qu’elle est la seule qui puisse le sauver.




M Griggs lui montre un album : toutes les lettres qu’elle a envoyées à papa longues jambes.
Il y est joint une lettre qui lui était destinée mais qui n’avait pas encore était envoyée. Jervis lui écrivait qu’il était à Paris uniquement pour calmer sa tristesse et apaiser son chagrin, il disait qu’il a dû se séparer de la personne qu’il aime le plus au monde car le devoir l’appelait.
Il lui écrit : « Au début, j’ai surtout été intéressé par ton travail, c’est pourquoi j’ai décidé de t’envoyer faire des études dans ce pensionnat.
Ensuite, c’est la curiosité qui m’a conduite jusqu’à toi et c’est là que tout a commencé : dès lors je suis tombé éperdument amoureux. » C’est tellement romantique !
Judy a pris de plus en plus d’importance dans sa vie, il dit qu’il sait à quel point elle a souffert dans cet orphelinat et il espère qu’elle parviendra à oublier un jour tous ces moments tristes pour ne plus penser qu’aux moments heureux qu’ils vont partager ensemble.
Jervis, le soir du bal à Noël, voulait lui avouer toute la vérité, il ne pouvait plus attendre.
Dans cette lettre non envoyée car il était tombé malade, Jervis lui avoue qu’il est son papa longues jambes.
Judy lui tient la main pendant la nuit décisive concernant sa santé. Elle passe toute la nuit à son chevet. À son réveil il va mieux. Judy est en pleurs et lui dit : « Comme je t’aime » et se sert contre lui.




Quatre années après la guérison de Jervis, Judy et lui se marient. Judy est âgée de 21 ans et Jervis de 34 ans.
Au mariage de Judy, tous ses amis sont présents : Julia et Jimmie, Sallie, Mary, Emilie, Leonora, Melle Lippett, Melle Srone, les petites pestes qu’elle a gardées, l’actrice Margot etc.
Je tiens à souligner qu’il s’agit là d’un des rares couples où on assiste entièrement à l’évolution de leur relation, des sentiments, de la déclaration d’amour et enfin au mariage.

Après son mariage, Judy se consacre à l’écriture. Elle écrit à la maison, sous le regard amoureux de son bien-aimé Jervis hi hi…





Jervis est le protecteur et le sauveur de Judy, elle lui doit les plus belles choses de sa vie (et elle le dit). Judy est consciente de la chance fabuleuse qu’elle a.
Jervis avait énormément pitié de Judy, il a bien perçu qu’elle était très traumatisée. Il a voulu qu’elle oublie tout son passé, il sait qu’elle a eu une vie misérable, qu’elle a manqué de beaucoup de choses. Il veut la rendre heureuse et qu’elle oublie tout son malheur.
Judy est une femme qui aime et qui admire son mari. Elle lui est profondément reconnaissante pour tout le bien qu’il lui a fait, elle lui doit vraiment tout et elle le reconnait. Sa reconnaissance est infinie.
C’est un sentiment de grande douceur pour Judy d’appartenir enfin à quelqu’un.






IMAGES



















Voir le profil de l'utilisateur http://www.narcisse-et-les-dessins-animes.com

Message n° 6 Re: Papa longues jambes [1990] [S.Anim] le Ven 28 Fév 2014 - 22:04

@Maman de Narcisse a écrit:Neptune, si tu n’as pas encore eu le temps de le regarder, tu n’as qu’à lire cette présentation de ma fille qui détaille et dissèque le dessin animé entier.

C'est tellement disséqué que j'aurai limite même plus besoin de regarder le DA après  :smiley10: 


Voir le profil de l'utilisateur http://www.planet-series.com/

Message n° 7 Re: Papa longues jambes [1990] [S.Anim] le Sam 1 Mar 2014 - 0:13

Mais si tu pourras, tu les regarderas bouger comme ça. smiley02
En plus c’est tellement bien expliqué qu’on a qu’une envie c’est de vite le voir.
Tu verras Judy vaut le détour smiley25

Moi personnellement je l’ai vu quatre fois et j’ai encore envie de le revoir.
Je remercie ma p’tite Narcisse de me l’avoir offert car au début je n’en voulais pas de ce dessin animé en voyant la tête de l’héroïne et le lieu où elle vivait.
Mais elle m’a raconté l’histoire et je ne m’en lasse plus.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.narcisse-et-les-dessins-animes.com

Message n° 8 Re: Papa longues jambes [1990] [S.Anim] le Mar 2 Sep 2014 - 19:00

J’ai du mal avec la difference d’age entre Jervis et Judy et je n’aime pas trop ce couple mais Narcisse en a fait une presentation formidable, que dire de plus ? C’est a chaque fois tellement bien que je n’ai rien a dire, j’en ai le souffle coupé.
C’est la meilleure presentation du couple et du dessin anime qui existe sur le net, elle fait du bon boulot d’analyse et ses developpements sont toujours bien argumentes.
Moi aussi je prefere Julia.
Je ne le porte pas dans mon cœur, il est trop possessif trop calculateur, mais Epoustouflante analyse du personnage de jervis !
Mon frere aime beaucoup ce que votre fille ecrit sur Judy, il me dit qu’elle explique bien ses etats d’ame qu’il est touché par sa presentation du couple Jervis Judy. je passe son message.

Je reverai de lire une presentation comme ca sur maison ikkoku.
Le minimum serait que le membre qui ouvre un sujet le connaisse un peu, autrement il vaut mieux s’abstenir d’ouvrir un sujet pour copier coller du wikipedia et animeka. Ne voyez aucune mechancete dans mes propos, pour un fan d’animation japonaise c’est tres frustrant et decevant de voir du wikipedia ou planete jeunesse, ca donne pas envie de lire pas envie de s’inscrire.
a ceux qui ouvrent ce genre de sujets, je vous demande pas de faire du Narcisse, elle a un style singulier, mais de faire un resume ou une presentation PERSONNEL et partager votre avis : ca mange pas de pain et ca montre que celui qui ouvre le sujet sait un peu de quoi il parle.
J’ai cru que j’allais me jeter par la fenetre quand j’ai vu un copier coller d’animeka pour maison ikkoku le meilleur dessin anime de tous les temps !!!!!!!!!!!!!

Maman de Narcisse, vu la qualite et profondeur des sujets de votre fille vous devriez lui dire de songer serieusement a creer un blog ou un site web où elle pourrait y mettre toutes ses analyses et reflexions, ses messages sont si constructif et passionnés qu’il faut à mon avis les proposer en dehors du cadre d'un forum car elle donne bien plus qu’un simple avis, elle expose ses travaux, ils ne sont pas a discuter ni a debattre elle est libre de soutenir ses jugements et conceptions, chacun est libre de penser ce qu’il veut, puis ses sujets sont tres complets detailles, developpes et tres argumentes avec des analyses psychologiques poussees, personne ne fait des presentations comme ca sur le net.
Vous nous offrez a lire ses reflexions, c’est pourquoi les immenses travaux de votre fille ont plus leur place sur un site qui lui serait reserve plutot que sur un forum.

Voir le profil de l'utilisateur

Message n° 9 Re: Papa longues jambes [1990] [S.Anim] le Mer 3 Sep 2014 - 22:31

Eric


Fan Club de Narcisse
Fan Club de Narcisse
Ce sujet aussi je dois le lire, j'ai jamais vu ce dessin animé. Oh la la Sylia, ta fille a un nouveau fan^^ c'est vrai Hokuto elle est très forte Narcisse, elle fait tellement d'analyses psychologiques que j'ai cru qu'elle était psychologue mais en fait non j'ai appris qu'elle était juriste. Avec elle on sent la fan mais aussi la perfectionniste, elle va loin dans les analyses. C'est pareil pour les adachi il n'y a que Narcisse sur le net qui en fait des analyses détaillées, subtiles et profondes, pourtant c'est pas simple de comprendre un adachi. Elle rentre même dans les détails importants et les symboliques. Hokuto, ne te suicide pas, si tu veux maison ikkoku c'est simple, tu passes commande chez maman de Narcisse, elle transmet le message à sa fille qui te la prépare, la commande est expédiée et livrée dans un délai plus ou moins looooong lol. mais tu devras attendre j'ai déjà commandé touch et ma fille a commandé la belle au bois dormant^^ j'aurai d'autres adachi à commander, la pauvre Narcisse est exploitée. l'idée d'un site consacré aux travaux de Narcisse est excellente, c'est vrai que vu son niveau elle a de quoi faire cavalier seul. Elle a aussi sa place sur un forum, le seul risque sur un forum c'est que de tels sujets peuvent attirer des personnes malintentionnées, je ne plaisante pas il y a des jaloux sur le net aussi c'est comme dans la vie.
Voir le profil de l'utilisateur

Message n° 10 Re: Papa longues jambes [1990] [S.Anim] le Sam 6 Sep 2014 - 0:05

Hokuto, ton frère est un connaisseur, il est vrai que les créations de Narcisse nous emportent, je parle pour ceux qui maitrisent la langue française, je dis cela car les mots sont très forts, les descriptions totalement en adéquation avec les personnages et, pour chaque personne un thème. On a l’impression que les personnages sont vivants. Ah le pouvoir des mots…Il faut savoir suivre…

Tu peux me tutoyer Hokuto, ici on est censés être tous amis.
Oui ma fille donne plus qu’un avis, c’est un véritable travail de fond et de forme.
Hokuto, je ne mets pas les écrits de ma fille ici pour qu’il y ait rebondissement ou autre, mais juste pour le plaisir des yeux et des moments de détente à ceux qui savent les saisir et faire travailler leur imagination.
Je suis tout à fait d’accord avec toi, ils ne sont pas à débattre et surtout on ne débat pas avec une personne qui n’est pas là pour répondre.
Pour le site, j’y ai pensé mais aux vues de mes obligations, c’était un peu lourd pour moi de le créer, je laisse néanmoins une porte ouverte sur un peut-être…


T’exagères Eric, tu sais très bien que ma Narcisse voulait approfondir sa magnifique création de Touch avec des news toutes fraiches du Japon. Ne t’inquiète pas, tes commandes seront expédiées, tes frais d’envoi remboursés mais encore une dernière faveur : laisse-moi un peu de temps car je te prépare moi aussi une merveilleuse surprise...

En tout cas je vous remercie profondément des compliments que vous adressez à ma fille.

Concernant les jaloux du net que l’on pourrait rencontrer, cela est déjà fait, ma fille en a connus : des trolls bas de gamme, outrageusement jaloux de ses écrits, de son parler, de ses connaissances et de sa façon d’être. Tu ne peux pas savoir comme ils sont d’un ridicule. Heureusement qu’elle n’y prêtait aucune attention et de voir ces gens haineux, malveillants et instables mentalement la faisait plus rire qu’autre chose. D’ailleurs cela a augmenté son envie d’écrire d’autant plus qu’elle a de nombreux fans.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.narcisse-et-les-dessins-animes.com

Message n° 11 Re: Papa longues jambes [1990] [S.Anim] le Sam 6 Sep 2014 - 15:38

Absolument Maman de Narcisse votre fille rend ses ecrits vivants, elle communique les emotions, se demarque du commun.

Raison de plus pour creer un site reserve aux creations de votre fille : aucun risque de presence de personnes malveillantes.
Les lecteurs qui la suivent se retrouveront plus facilement dans un site.

Eric, je ne pense pas que le métier de Narcisse ait un quelconque rapport avec ses ecrits, je pense plus que c’est sa personnalité profonde et analytique qui l’amenent à realiser de telles prouesses. Ici il suffit de lire cette presentation.
Je sens qu’elle a un coté artistique refoulé, il faut qu’elle le deploie.

Je suis d’accord avec vous Eric, Narcisse a de quoi faire cavalier seul, c’est pour cela qu’elle merite d’avoir son site.
Voir le profil de l'utilisateur

Message n° 12 Re: Papa longues jambes [1990] [S.Anim] le Sam 6 Sep 2014 - 17:53

@Hokuto a écrit:
Raison de plus pour creer un site reserve aux creations de votre fille : aucun risque de presence de personnes malveillantes.

Euh, à partir du moment où les membres peuvent laisser des messages (forum) ou des commentaires (blog) le risque est partout le même.
La seule différence est dans le travail de modération effectué, et je précise sous condition qu'il soit effectué, et qu'il le soit de façon impartiale par des modérateurs sachant eux même se modérer.

En ce qui concerne ce forum, je tiens absolument à ce que tous nos membres se sentent à l'aise, du moment que chacun exprime ses opinions dans le respect des autres. J'ai déjà du malheureusement sévir par le bannissement, ça me chagrine d'avoir du en arriver là mais je n'ai absolument aucun remords.




Petite parenthèse à propos de la création de sujets, il en faut pour tous les goûts et effectivement il y a des sujets faits par copier/coller de Wikipedia, mais comment font ils sur Wikipedia ? Ils font eux aussi du copier-coller et ça fait d'ailleurs partie de leurs principes fondateurs (vérifiabilité des sources). Pour ce qui est des informations de base, absolument tous les sites font du copier/coller.
Il y a aussi des sujets plus fouillés, mais sur ces sujets, les personnes n'ayant pas encore visionné la série ne sont pas toujours enclin à lire vu que si on lit on va découvrir des informations qui vont gâcher le plaisir de la découverte par soi-même.

En ce qui me concerne je ne suis pas fan du copier/coller et je préfère de loin quelque chose de plus personnel, mais quand c'est trop détaillé, je m'abstiens de lire tant que j'ai pas vu la série. Ou plutôt je me contente des images.

Bref, sur ce forum il y a et il y aura de la place pour toutes les approches dans la création des sujets de discussion. En revanche la future partie encyclopédique sera très formatée avec très peu de place pour la créativité personnelle.


Voir le profil de l'utilisateur http://www.planet-series.com/

Message n° 13 Re: Papa longues jambes [1990] [S.Anim] le Dim 7 Sep 2014 - 19:29

Eric


Fan Club de Narcisse
Fan Club de Narcisse
Cool Sylia une surprise, merci! Je suis sur que les trolls c'était des femmes. Pfff c'est minable, y'a des gens qui n'ont pas de vie sérieusement, faut jamais répondre aux trolls, ils ragent dans leur coin, n'ont pas de vie sociale, pas de vie conjugale, personne à aimer, ils passent leur vie sur le net, comme je les plains, pourtant il y a tellement de choses plus intéressantes à faire dans la vie que de se perdre à haïr et attaquer quelqu'un par jalousie, la vie est si courte. La jalousie et la haine ne mènent jamais à rien sinon à se perdre soi même, c'est important de respecter les autres. C'est bien que ta fille ait continué à écrire et qu'elle n'y prêtait aucune attention. heureusement que c'est pas comme ça ici, tout le monde est sympa, on est quand même entre personnes "mûres" et matures. J'ai commencé à lire papa longues jambes, elle est zinzin sur les bords cette demoiselle judy lol. Neptune c'est sur il en faut pour tous les goûts, il y en a qui aiment d'abord voir le dessin animé pour ensuite le lire, le plus souvent il y en a qui n'arrivent pas à suivre le dessin animé donc ils préfèrent lire avant les explications pour pouvoir le comprendre, et d'autres n'ont pas le temps de voir des dessins animés donc préfèrent lire. Juste pour info quand on lit Narcisse après avoir vu un dessin animé on découvre des éléments très importants qui ne sont pas du tout expliqués dans un dessin animé. Je suis pourtant un expert en adachi et elle m'a fait découvrir des choses que je n'avais même pas remarqué. Elle va au delà d'une simple description, elle va même plus loin que les détails et les personnalités profondes, elle nous montre aussi les symboliques et les étudie, ex : la tasse de café, la glace, le rêve de kasumi dans une vie nouvelle; le bonhomme de neige dans slow step, les pétales de fleurs de cerisiers et le vent dans h2 et slow step. Sans parler des symboliques des autres créations, ex: chevalier d'eon que j'ai lu et jamais vu : la fleur de lys, les bougies, la montre. Ces passages me donnent envie de les voir. Dans papa longues jambes je viens de finir de lire judy, Narcisse étudie la symbolique de l'orage. Etc. etc. je vais pas citer toutes les symboliques à vous de lire.
Voir le profil de l'utilisateur

Message n° 14 Re: Papa longues jambes [1990] [S.Anim] le Ven 12 Sep 2014 - 23:53

Oui tout à fait Neptune, un wiki a d’ailleurs déjà copié-collé ma fille, en voyant cela mon sang n’a fait qu’un tour, j’ai failli l’attaquer mais j’ai d’abord essayé le dialogue, heureusement qu’il y avait un gentil administrateur très intelligent qui a remédié immédiatement à cette situation.
Narcisse ne fait pas de simples écrits, elle effectue de véritables réflexions, des récits, des chefs d’œuvre…elle est la seule à réaliser ce genre d’écrits, c’est pour cela que si on la copie-colle je suis prête à aller jusqu’en justice et à sortir les griffes s’il le faut.

Merci mon ami Eric, mais tu ne deviendrais pas un peu poète ?
Je plaisante c’est tout à fait vrai ce que tu dis, par contre « mûre et matures » t’exagères, on n’a pas 70 ans ! smiley05
Oui les trolls sont des femmes mais il y a aussi des hommes dedans, si je peux appeler cela des hommes, honte à eux…
Voir le profil de l'utilisateur http://www.narcisse-et-les-dessins-animes.com

Message n° 15 Re: Papa longues jambes [1990] [S.Anim] le Sam 13 Sep 2014 - 13:33

C’est donc Neptune le gerant de ce forum, tres bien. Je reponds a votre message,

Je vous signale que je ne manque de respect à personne, je donne juste mon point de vue.
Les autres forums ne sont pas en reste, ils copient collent betement les sites wikipedia planete jeunesse etcetera
Il n’y avait aucun manque de respect ni aucune mechanceté dans mes propos, copier coller du contenu d’un site n’est pas productif et n’attire pas du public.
Par pitié arretez de chercher des excuses pour vos sujets de wikipedia qu’on copie colle en une fraction de seconde. Vous n’etes pas le seul, tous les forums s’abaissent à le faire, je conseille pour celui qui ouvre un sujet de parler personnellement du dessin anime ne serait-ce d’ecrire que cinq lignes mais de prouver qu’on sait de quoi on parle un minimum.

Vos menaces de bannissement ne m’intimident pas du tout. C’est la seule chose qu’on trouve à faire quand on ne sait pas quoi repondre ? c’est lache.
Mais où donc vous croyez vous ? à la tete d’un empire ? à l’Elysee ? ou dans un concert de Mickael Jackson ?

Il en faut pour tous les gouts vous dites ? S’inscrire sur ce forum pour lire du wikipedia ou une creation de Narcisse ? Lire un simple copier coller ou un travail personnel et constructif ? Hummm entre les deux mon cœur balance. Le choix est cornelien, lequel choisir ? Ce choix est aussi cornelien que choisir entre une danseuse etoile ou ma voisine de 200 kilos pour assurer un spectacle au Palais Garnier.

Vous osez parler de gout ! Quel gout y a-t-il a venir sur un forum pour lire betement du wikipedia. Pas besoin de venir ici, Wiki est deja là !
Vous dites qu’il y a et il y aura de la place pour toutes les approches dans la creation des sujets de discussion mais copier coller du wikipedia n’est pas creer, arretez de vous voiler la face la seule personne qui cree pour le moment ici c’est Narcisse, je n’ai rien lu d’autre de developpé.

C’est faux, tous les sites ne font pas forcement du copier coller, il existe de la creation personnelle et si Narcisse ouvre un site ce sera de la creation personnelle et non du copier coller, Narcisse sera encore une fois l’exception à la regle.
On en a la preuve ici avec ses creations personnelles qu’on ne trouve nulle part ailleurs.

Vous essayez de defendre votre troupe incompetente en vous noyant dans des explications inutiles.
Le copier coller ne vaut jamais rien et rien ne vaut le fait de lire un avis de type constructif, ne serait-ce que quelques lignes peu importe la longueur à partir du moment où vous evitez le copier coller. Ouvrir un sujet en copiant collant betement du Wikipedia, animeka planete jeunesse (planete jeunesse dit souvent des conneries) ou autre, ca fait vraiment le genre qui n'a rien à dire et qui connait rien au sujet.
C’est un manque de respect total pour un dessin anime et pour son lecteur de le presenter sans aucune description. Debattre sur du wikipedia ne sert à rien, ne changez pas de sujet : vous etes sur un forum de discussion, d’echanges.
Quand on ouvre un sujet on en sait un minimum, on donne son point de vue ou on ouvre rien point.

Vous dites que Narcisse vous gache le plaisir de la decouverte ?
Vous n’allez pas me faire croire que tout le monde sait analyser des personnages aussi complexes que Ryô Saeba, Mendoza et Milady apres avoir vu city hunter, les cites d’or et anime sanjushi parce que c’est archi faux, la seule personne sur le net qui a fait des analyses epoustouflantes de ces personnages c’est Narcisse ! Elle voit et analyse des choses qu’on ne decouvre pas en regardant simplement un dessin anime. Meme les forums dedies à un seul dessin anime ne sont pas aussi complets et profonds que ses presentations. J’ai l’impression que vous ne vous rendez meme pas compte de ce qu’elle ecrit ! Vous avez une poule aux œufs d’or dans votre forum et vous la traitez d’une facon irrespectueuse et arrogante. Oser dire ce que vous dites, vous n’avez pas honte ?

Vous dites que quand c’est trop detaillé vous vous abstenez de lire tant que vous n’avez pas pas vu la série.
Donc parmi les milliers de dessins animes existants vous regardez forcement tous les dessins animes qu’elle presente ?
Quel mepris pour son travail ! Quelle pretention !
Quelle honte vous ne vous en cachez meme pas, vous essayer d’inciter les gens à ne pas lire, ce que vous ne voulez pas vous mettre dans le crane c’est que les gens en ont rien a foutre du wikipedia, ils aiment les creations de haut niveau, certains essaient meme de les imiter par jalousie parce qu’ils sont incapables de faire aussi bien.

Ou plutôt vous vous contentez des images ?
Quel mepris, quel manque de respect, se contenter des images et ne pas lire ! Que vous ne lisiez pas du wikipedia ca peut se comprendre mais ne pas lire des creations originales d’une femme talentueuse qui contribue à faire vivre votre forum c’est un total manque de respect. Quand on pretend gerer un forum, le minimum de respect c’est de lire les messages de ceux qui le font vivre !
Vous vous contentez des images ? Vous ne lisez rien ? Vous ne surveillez rien ? Tres bien : je peux ecrire des pavés d’insultes avec des images de Bisounours, vous n’allez regarder que les images de Bisounours ?

Je suis outré que vous sous-entendiez qu’on puisse preferer un copier coller à une magnifique creation originale de haut niveau. En tant qu’artiste votre attitude me revolte vous n’imaginez pas à quel point !
Si Maman de Narcisse retire les creations de sa fille sur votre forum il ne restera que du wikipedia animeka planete jeunesse etc Ca vous plairait peut etre ? Quelle utilite d’avoir un forum qui copie colle, Aucune !
Dans mon art, il y a des selections, je n’accepterai jamais des nuls dans ma troupe, vous imaginez ? Envoyer un nul faire une representation, ma reputation en prendrait un coup ! Je deploie et j’encourage le talent de mes meilleurs eleves, Neptune vous essayez de defendre vos simples sujets d’ouverture de wikipedia, c’est votre probleme mais assumez et n’essayez pas de defendre l’indefendable.
Je me rejouis que vous ne soyez pas a la tete de quelque chose de bien plus important.

Attention Maman de Narcisse les travaux de votre fille sont trop detailles, ils sont d’un trop haut niveau, ils leur gachent leurs instants de recueillement dans les sujets de wikipedia, c’est vrai c’est tellement mieux, c’est si jouissif de lire du wikipedia dans un forum, c’est l’extase ca donne une envie folle aux visiteurs de s’inscrire ici.

Eric je lis que vous etes fan d’adachi, le style de cet auteur me deplait en tout point, j’ai remarqué que vous ne repondez qu’aux sujets d’adachi CREES par Narcisse, j’ai une question à vous poser : seriez vous inscrit ici si tous les sujets d’adachi etaient du simple copier coller de wikipedia, planete jeunesse, animeka ?

Et moi je me suis inscrit pour repondre et dialoguer sur les superbes presentations de Narcisse qui m’inspire. Mon jeune frere voulait s’inscrire pour l’excellente presentation de Narcisse de Papa longues jambes, il ne lit que les sujets de Narcisse, si on veut lire du wikipedia on tape wikipedia sur notre moteur de recherche, pas besoin de perdre son temps à venir chez vous.

Vous dites que vous preferez de loin quelque chose de plus personnel et que « la future partie encyclopédique sera très formatée avec très peu de place pour la créativité personnelle ».
Où est la logique ? Vous vous contredisez. Vous avez honte que votre troupe soit moins competente que cette artiste Narcisse ? Vous etes frustré ? Rassurez-vous, personne ne fait comme elle sur le net.
Vous allez supprimer la creativite personnelle qui fait vivre votre forum parce que votre troupe ne sait pas le faire ? Vous allez supprimer ce qu’il y a de plus interessant aux yeux du lecteur ?
Il n’y a pas de place pour la creativite personnelle chez vous, il n’y a pas de place pour le talent !

Maman de Narcisse je ne le repeterai jamais assez : vu le niveau de votre fille, vu sa creativité et sa competence elle n’a pas sa place dans le collectif mais dans l’individuel uniquement.
A la façon dont vous vous exprimez je pense que vous etes une femme suffisamment intelligente pour comprendre aussi bien que moi ce qu’il veut dire et où est ce qu’il veut en venir.

Je crois que je n’ai plus rien a faire ici, vous en avez trop dit Neptune, j’ai tout compris.

Maman de Narcisse si je dois un jour me manifester ce sera sur un site reserve à votre fille.
Voir le profil de l'utilisateur

Message n° 16 Re: Papa longues jambes [1990] [S.Anim] le Sam 13 Sep 2014 - 18:19

Kaya


Sirène des Canaries
Bonjour Hokuto

Je me permets d'intervenir suite a votre message, je n'ai pas le talent de Narcisse pour m'exprimer, mais j'espère que j'arriverais à utiliser les mots appropriés.

Quand, j'ai lu votre message, j'ai compris que vous pensez que l'on manquait de respect à Narcisse et à son travail. Et je ne peux laisser un telle chose être dite je suis désolée.  smiley19

J'ai connu Narcisse, c'est une fille vraiment extraordinaire que j'apprécie énormément. Elle m'a fait découvrir un dessin animé que j'ai vraiment adoré. Et pour ça je ne l'oublierez jamais. Comme vous l'auriez compris, ici il y a également énormément de personnes qui apprécie Narcisse. Même si l'on ne s'exprime pas comme vous le faites.

Nous n'avons pas tous le talent nécessaire pour le faire. Et moi je n'ai certainement pas le talent de Narcisse pour exprimer mon ressenti, ni mes émotions quand j'ouvre un topic mais je fais de mon mieux et j'y mets tout mon coeur.

Ce que j'essaie de vous dire, c'est que nous essayons de faire au mieux de nos capacités pour que les personnes puissent s'exprimer tout en respectant les opinions des autres. Un site de partage tout simplement !


Voir le profil de l'utilisateur

Message n° 17 Re: Papa longues jambes [1990] [S.Anim] le Sam 13 Sep 2014 - 21:02

Pour information ce sujet fera l'objet d'un nettoyage dans les jours qui suivent

@Hokuto a écrit:Je vous signale que je ne manque de respect à personne, je donne juste mon point de vue.
Une panoplie des points de vue tirée du même message

- Vos menaces de bannissement ne m’intimident pas du tout. C’est la seule chose qu’on trouve à faire quand on ne sait pas quoi repondre ? c’est lache.
- Mais où donc vous croyez vous ? à la tete d’un empire ?
- Vous essayez de defendre votre troupe incompetente

Ce que vous appelez un point de vue, moi j'appelle ça des insultes et du mépris à l'égard de nos membres.

@Hokuto a écrit:Vos menaces de bannissement ne m’intimident pas du tout. C’est la seule chose qu’on trouve à faire quand on ne sait pas quoi repondre ? c’est lache.
Il n'y avait aucune menace dans mes propos mais vous semblez ne pas avoir lu ce qui précédait

Neptune a écrit:La seule différence est dans le travail de modération effectué, et je précise sous condition qu'il soit effectué, et qu'il le soit de façon impartiale par des modérateurs sachant eux même se modérer.
En ce qui concerne ce forum, je tiens absolument à ce que tous nos membres se sentent à l'aise, du moment que chacun exprime ses opinions dans le respect des autres. J'ai déjà du malheureusement sévir par le bannissement, ça me chagrine d'avoir du en arriver là mais je n'ai absolument aucun remords.
C'était une allusion au fait que ce forum se construit beaucoup en tirant les enseignements des erreurs ou du laxisme de certains forums qui laissent un individu plomber l'ambiance d'une communauté plusieurs mois voire années jusqu'à ce que cela tourne à la limite de l'ingérable.
Ici le travail de modération est fait, et il l'est rapidement.

@Hokuto a écrit:Debattre sur du wikipedia ne sert à rien, ne changez pas de sujet : vous etes sur un forum de discussion, d’echanges.
Oui, exactement, ce forum n'est pas un forum littéraire (la qualité de votre orthographe vous aurait empêché de finaliser une inscription sur un forum littéraire n'est ce pas. Qui êtes vous donc pour critiquer la façon de certains d'ouvrir des sujets vu que vous n'en avez pas ouvert un seul.
Qui dit forum de discussion implique d'accepter que certains aient des avis différents, sans divergence d'opinion, pas de discussion possible.

@Hokuto a écrit:Vous avez une poule aux œufs d’or dans votre forum et vous la traitez d’une facon irrespectueuse et arrogante. Oser dire ce que vous dites, vous n’avez pas honte ?
La façon irrespectueuse et arrogante me fait lourdement penser à quelqu'un. Mais pas à moi.

@Hokuto a écrit:Vous dites que quand c’est trop detaillé vous vous abstenez de lire tant que vous n’avez pas pas vu la série.
...
Quel mepris pour son travail ! Quelle pretention !
Quelle honte vous ne vous en cachez meme pas, vous essayer d’inciter les gens à ne pas lire
C'est mon droit de ne pas vouloir lire si trop détaillé. Je préfère ne pas lire plutôt que me priver de la découverte avec mes propres yeux et mon propre ressenti. Une fois que j'ai visionné la série, je lirai les sujets de Narcisse pour comparer son approche à la mienne et éventuellement découvrir des détails qui m'auraient échappé.
Et pourquoi en aurai-je honte. Je suis au contraire fier de faire preuve de franchise et je n'ai jamais incité qui que ce soit à ne pas lire les sujets de Narcisse. Je le dis et je le répète, sur ce forum il y a de la place pour tous les styles tant qu'on respecte les autres.

@Hokuto a écrit:ce que vous ne voulez pas vous mettre dans le crane c’est que les gens en ont rien a foutre du wikipedia
Ce que vous ne voulez pas vous mettre dans vptre crâne, c'est que votre avis ne constitue aucunement une généralité. Pour info, Wikipedia est le sixième site le plus consulté de la planète.

@Hokuto a écrit:Vous vous contentez des images ? Vous ne lisez rien ? Vous ne surveillez rien ? Tres bien : je peux ecrire des pavés d’insultes avec des images de Bisounours, vous n’allez regarder que les images de Bisounours ?
Comme dans ce message il n'y avait pas de bisounours j'ai du lire le pavé d'insultes. Je lis, je surveille et mon équipe aussi. Même si je ne lis pas nécessairement tous les messages, il y aura forcément quelqu'un pour relever ce qui n'a rien à faire sur ce forum.

J'avais pourtant glissé une allusion dans mon message précédent
Neptune a écrit:La seule différence est dans le travail de modération effectué, et je précise sous condition qu'il soit effectué, et qu'il le soit de façon impartiale par des modérateurs sachant eux même se modérer.

@Hokuto a écrit:Dans mon art, il y a des selections, je n’accepterai jamais des nuls dans ma troupe
Idem dans mon art à moi, il y a une sélection. Félicitations, vous avez tenu 11 jours et détenez le record du boulet banni le plus vite.

@Hokuto a écrit:Vous dites que vous preferez de loin quelque chose de plus personnel et que « la future partie encyclopédique sera très formatée avec très peu de place pour la créativité personnelle ».
Où est la logique ? Vous vous contredisez.
Si je crée une deuxième section, ce n'est sûrement pas pour que le contenu soit le même dans les deux. Il n'y a absolument rien de contradictoire là-dedans.
La section encyclopédique reposera sur un système de fiches techniques et la seule possibilité de créativité sera dans le choix du synopsis et des illustrations. Si des sites comme l'IMDb ou l'Anime News Network ont valeur de référence c'est en grande partie grâce à leur formattage qui traite tous les articles sur un pied d'égalité.
- Une partie discussion où le format est libre
- Une partie encyclopédique où il sera imposé pour permettre à tout un chacun de trouver l'info qu'il cherche en quelques secondes.


Voir le profil de l'utilisateur http://www.planet-series.com/

Message n° 18 Re: Papa longues jambes [1990] [S.Anim] le Dim 14 Sep 2014 - 9:06

J'aimerais mettre aussi mon ressenti  sur ce que j'ai lu au-dessus.

Je commencerais d'abord par les propos d'Hokuto, je n'aime pas me faire traiter de nulle ou d'incompétente sans réagir.  Mais moi et d'autres ont tentent de faire vivre ce forum en ouvrant des topics et on ne se contente pas de lire les sujets. On donne notre avis sur le sujet et pas sur le travail de l'éditeur.

Après, je me rend compte que le travail fourni par Narcisse est impressionnant et je suis loin d'en arriver à ce qu'elle fabrique.

Mais pour moi un forum, c'est un lieu de discussions et si tout est déjà détaillé dans le 1er sujet que pouvons-nous rajouter?
Je suis également comme Neptune, je n'ai lu aucun sujet de Narcisse pas parce que c'est trop grand mais pour ma part c'est trop développé. C'est pas parce que je suis inscrite ici que je connais tous les dessins animés et pour moi lire son topic avant visionnage c'est comme dire à quelqu'un la fin d'un bon polar en lui disant qui est l'assassin alors qu'il en est qu'aux premières pages.
Déjà, sur une autre forum, je me suis fait spoilé en lisant un sujet sur un animé (quelque chose que j'avais déjà vu mais qui ne faisait plus partie de mes souvenirs) et quand j'ai revu ce DA en connaissant la fin je ne l'ai pas regardé de la même façon que je ne l'aurais du.
Spoiler:

Dans Candy, qui est l'oncle William
La plupart des membres (amis) qui sont ici connaissent mon "fanatisme" pour la série "The walking dead", je pourrais monter un super sujet comme Narcisse en racontant toutes les saisons, tous les épisodes, qui sont morts, qui ont croyait mort etc... et aussi montrer l'évolution des personnages au fil des saisons, y a tellement à dire sur cette série. Et j'e pourrais en faire une tartine mais mon but premier est de les pousser à regarder TWD (même si c'est une cause perdue) alors si je raconte tout, il n'y aurait pas de plaisir pour eux à la suivre si j'arrive à les faire changer d'avis.


@Neptune: Tu peux effacer ce post après, j'aurais au moins dit ce que je pense


Voir le profil de l'utilisateur

Message n° 19 Re: Papa longues jambes [1990] [S.Anim] le Dim 14 Sep 2014 - 18:44

Je n’ai pas aimé les attaques directes d’Hokuto, j’ai été irritée et embarrassée par certains propos. Je n’ai pas aimé tous ces débats inutiles concernant ma fille (je ne lui ai transmis que les gentillesses des écrits d’Hokuto, non les attaques gratuites à l’équipe).
J’en suis un peu confuse, je sais que ma Narcisse attire par ses écrits certaines « espèces » de personnes acharnées en tout genre. Mais je ne peux pas lui jeter la pierre puisqu’il aime et admire les créations de ma fille.
Je n’aime pas les mauvaises ambiances, il est donc préférable qu’Hokuto soit parti de ce forum.
Merci Hokuto pour tes gentillesses, mais sache modérer tes paroles, chacun est comme il est, chacun à sa place, il ne faut jamais attaquer son prochain, les paroles peuvent affaiblir, blesser, abimer une personne. Narcisse n’aurait sûrement pas apprécié ce genre de propos.

Kaya, je te remercie pour ton message de sympathie envers ma fille, je ne pensais pas que faire partager les sujets de Narcisse pouvait amener à de telles dérives. Sache que je trouve tes topics très mignons et je t’encourage à continuer dans ce sens, j’ai hâte de lire les prochains.

Je tiens à te dire que ma fille t’apprécie aussi énormément, elle me parlait beaucoup de toi et de vos longues discussions concernant Laura ou la passion du théâtre. Elle me disait que vous étiez proches et que tu lui as fait découvrir la série télévisée Orgueil et Préjugés (même si elle préfère son Maxime Darcy du dessin animé smiley02).
Elle ne t’a pas oubliée, et a été ravie de savoir que c’est toi qui aies ouvert le topic sur Laura.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.narcisse-et-les-dessins-animes.com

Message n° 20 Re: Papa longues jambes [1990] [S.Anim] le Dim 14 Sep 2014 - 19:48

Kaya


Sirène des Canaries
@Maman de Narcisse a écrit:
Kaya, je te remercie pour ton message de sympathie envers ma fille, je ne pensais pas que faire partager les sujets de Narcisse pouvait amener à de telles dérives. Sache que je trouve tes topics très mignons et je t’encourage à continuer dans ce sens, j’ai hâte de lire les prochains.

Je tiens à te dire que ma fille t’apprécie aussi énormément, elle me parlait beaucoup de toi et de vos longues discussions concernant Laura ou la passion du théâtre. Elle me disait que vous étiez proches et que tu lui as fait découvrir la série télévisée Orgueil et Préjugés (même si elle préfère son Maxime Darcy du dessin animé smiley02).
Elle ne t’a pas oubliée, et a été ravie de savoir que c’est toi qui aies ouvert le topic sur Laura.

Merci beaucoup smiley20
C'est vrai que l'on avait vu avec ta fille que l'on aimait le même style de chose, on avait le même côté romantique.smiley31  Tu lui feras un bisou de ma part et lui dira que je la félicite et lui souhaite encore une fois beaucoup de bonheur !


Voir le profil de l'utilisateur

Message n° 21 Re: Papa longues jambes [1990] [S.Anim] le Mer 17 Sep 2014 - 19:46

Merci Kaya, je n’y manquerai pas, je lui ferai un bisou de ta part et je lui transmettrai ton message.
Je te remercie profondément pour tes vœux  smiley28
Voir le profil de l'utilisateur http://www.narcisse-et-les-dessins-animes.com

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum